2e États généraux de l’itinérance

Pour que tout le monde s’en mêle !

Par Mis en ligne le 29 août 2010

Faire le pont avec l’ensemble du mou­ve­ment, au-delà du com­mu­nau­taire, avec tous les acteurs, pour affir­mer qu’une réponse doit passer pas une vision et des valeurs par­ta­gées. C’est ensemble, avec les per­sonnes elles-mêmes et les dif­fé­rentes par­ties pre­nantes que la lutte à l’itinérance pourra réel­le­ment conti­nuer d’évoluer.

Les deuxième États généraux sur l’itinérance… Pourquoi ?

En 2005, le RSIQ orga­ni­sait les pre­miers États géné­raux de l’itinérance pour cerner les besoins et porter haut les reven­di­ca­tions en matière d’itinérance. Cinq ans plus tard, le RSIQ réci­dive et redonne la parole au milieu com­mu­nau­taire, au milieu ins­ti­tu­tion­nel, au milieu de la recherche et aux citoyennes et citoyens : Réflexions et débats sur la situa­tion actuelle.

Septembre 2010

Cinq ans plus tard, qu’aurons-nous gagné ? Perdu ? Que devrons-nous défendre ? Sommes-nous mieux outillés pour faire face à la situa­tion ? Ou, au contraire, de nou­veaux pro­blèmes ont-ils été créés depuis 5 ans ? Un por­trait de l’itinérance, les visages de l’itinérance, la réa­lité des dif­fé­rentes régions, l’approche « Housing first » (ou le loge­ment d’abord), le défi lié aux res­sources humaines, la lutte à la pau­vreté, la place du com­mu­nau­taire dans la lutte à l’itinérance… autant de sujets éter­nels ou actuels dont nous vou­lons débattre…

C’est ce que nous pro­po­sons de faire avec vous ! Le RSIQ lance les deuxième États géné­raux de la lutte à l’itinérance. Pour que ces États géné­raux reflètent au mieux les aspi­ra­tions des per­sonnes iti­né­rantes ou à risque de le deve­nir, des orga­nismes et des ins­ti­tu­tions impli­quées. Il est impor­tant d’être nom­breuses et nom­breux à y par­ti­ci­per, de dif­fé­rentes pro­ve­nances, pour réflé­chir ensemble.

Des États géné­raux pour débattre, mieux connaître, recen­ser les attentes, les demandes et défi­nir ainsi les prin­ci­paux enjeux pour pour­suivre le tra­vail. Ces États Généraux devront per­mettre de :

  • Dresser un constat de la situa­tion, 5 ans aprè la tenue des pre­miers États géné­raux :
    • évo­lu­tion, régres­sion, étapes fran­chies, gains, pertes… et non pas faire table rase ;
  • Constituer un appel à écou­ter et entendre les besoins du milieu de l’itinérance et les per­sonnes concer­nées ;
  • Confirmer que les chan­ge­ments atten­dus ne peuvent se faire aujourd’hui qu’avec une approche réunis­sant les dif­fé­rents sec­teurs et minis­tères, inté­grant plu­sieurs pré­oc­cu­pa­tions de même niveau, tout en tenant compte des limites et man­dats de chacun (objec­tif commun, moyens dif­fé­rents de l’atteindre).
  • Faire le pont avec l’ensemble du mou­ve­ment, au-delà du com­mu­nau­taire, avec tous les acteurs, pour affir­mer qu’une réponse doit passer pas une vision et des valeurs par­ta­gées. C’est ensemble, avec les per­sonnes elles-mêmes et les dif­fé­rentes par­ties pre­nantes que la lutte à l’itinérance pourra réel­le­ment conti­nuer d’évoluer.

Programmation

Jeudi 23 sep­tembre 2010

  • 8h30 Inscriptions et accueil
  • 9h30 Mot d’ouverture du RSIQ,
    par Marie-Claude Vézina, pré­si­dente
  • 9h45 Conférence d’introduction
    L’itinérance au Québec : Retour sur l’histoire de cette lutte par René Charest, pra­ti­cien-cher­cheur, CREMIS
  • 10h15 Panel
    La portée des actions de lutte à l’itinérance au Québec I] L’intervention fédé­rale en iti­né­rance depuis plus d’une décen­nie Le rôle du fédé­ral, par sa stra­té­gie en matière d’itinérance a été et demeure un levier d’actions impor­tant. Qu’en est-il en 2010 ?
  • 10h30 Pause
  • 10h45 Suite du Panel
    Qu’en est-il du Québec ? Les pre­miers États géné­raux de l’itinérance du RSIQ ont mené à sa pla­te­forme de reven­di­ca­tions pour une Politique en iti­né­rance. Depuis, des pas ont été faits pour mieux com­prendre et répondre aux demandes du milieu (Commission par­le­men­taire, Plan d’action inter­mi­nis­té­riel…), mais est-ce suf­fi­sant ?
  • 11h30 Questions/​échanges
  • 12h Dîner pris sur place
  • 12h30 (suite du dîner) Plénière animée
    L’itinérance, toutes les régions en parlent ! L’itinérance, un phé­no­mène par­tout au Québec ! Pour en dis­cu­ter, sus­ci­ter des réflexions et déga­ger les enjeux impor­tants, la parole est aux régions.
  • 14h45 Ateliers d’échanges et de réflexions sur ces dif­fé­rentes réa­li­tés et enjeux régio­naux.
  • 16h15 Mot de clô­ture de la pre­mière jour­née par Benoit Poirier, coor­don­na­teur du RSIQ
  • 16h30 Activité sociale sur place
    Parler pour parler ! Cocktail pour les échanges et dis­cus­sions infor­melles en fin de jour­née.

Vendredi 24 sep­tembre 2010
Tout le monde dans la mêlée !

  • 8h30 Inscriptions et accueil
  • 9h00 Ateliers thé­ma­tiques (incluant pause) Parlons-en !
    Les enjeux de la lutte à l’itinérance en 2010.
    • [A] Un nou­veau por­trait de l’itinérance Un consen­sus : il n’y a pas de fac­teur unique qui mène à l’itinérance, il est impor­tant d’agir à plu­sieurs niveaux. On demande sans cesse des chiffres, on veut savoir com­bien. Mais est-ce la bonne ques­tion à se poser ? Veut-on un dénom­bre­ment ? Quel serait le réel besoin ?
    • [B] La par­ti­ci­pa­tion citoyenne Que ce soit par les per­sonnes fré­quen­tant les orga­nismes, les tra­vailleurs et tra­vailleuses, les béné­voles, la par­ti­ci­pa­tion est pri­mor­diale pour passer à l’action. Qu’est ce que cela implique ? Quelles formes cette par­ti­ci­pa­tion prend-t-elle ?
    • [C] Quelles réponses appor­ter en loge­ment ? De l’approche « Housing first » (loge­ment d’abord), en pas­sant par le sou­tien com­mu­nau­taire en loge­ment et bien d’autres, quelles sont ces réponses ? Qu’est-ce qu’elles impliquent ?
    • [D] La désaf­fi­lia­tion sociale : une pers­pec­tive à explo­rer Depuis les années 80, on observe une crois­sance conti­nue de gens vul­né­ra­bi­li­sés par la pré­ca­ri­sa­tion, dans des zones de rup­ture sociale et l’avenir nous bous­cu­lera encore davan­tage. Qu’est-ce que cela signi­fie ? Quelles en sont les causes ? Les consé­quences ?
    • [E] Les res­sources humaines : encore et tou­jours de grands défis à rele­ver ! Roulement de per­son­nel, épui­se­ment, pro­fes­sion­na­li­sa­tion… mais aussi pas­sion et enga­ge­ment ! Quels sont, en 2010, les constats à faire ?
    • [F] Le pro­fi­lage social envers les popu­la­tions mar­gi­na­li­sées. Ce pro­fi­lage existe, la CDPDJQ en est venue a cette conclu­sion à Montréal. Quels paral­lèles peuvent être faits avec les autres villes du Québec ? Quels sont les enjeux liés ?
    • [G] Une réelle lutte à la pau­vreté, ça s’adresse à qui ? Ça passe par quoi ? Qu’en est-il de l’accroissement tou­jours constant de l’écart entre riches et pauvres ? Que penser des mesures gou­ver­ne­men­tales pro­po­sées ?
    • [H] L’accès et la conti­nuité des ser­vices. En 2010, il est encore dif­fi­cile d’accéder aux ser­vices et d’exercer des droits qui sont pour­tant fon­da­men­taux, comme le droit à la santé. Qu’en est-il lorsqu’une per­sonne pré­sente en plus de mul­tiples « pro­blé­ma­tiques » ?
  • 11h Plénière : retour sur les ate­liers
  • 12h00 Dîner pris sur place
  • 13h15 Panel L’itinérance, c’est l’affaire de tout le monde !
    Trois pané­listes de dif­fé­rents hori­zons pré­sen­te­ront leur com­pré­hen­sion du phé­no­mène, les pers­pec­tives et enjeux qui s’en dégagent !
  • 14h00 Mise en scène Une Politique en iti­né­rance : La fin du monde ou le début de la fin ?
  • 14h15 Période d’échanges sur les enjeux sou­le­vés et déga­gés lors de ces deuxièmes États géné­raux.
  • 14h45 Mot de clô­ture Tout le monde s’en va avec… par Benoit Poirier, coor­don­na­teur du RSIQ
  • 15h Clôture

Les commentaires sont fermés.