Plaidoyer pour une Révolution tranquille 2.0

Kharoll-Ann Souffrant, Ricochet, 5 MARS 2021

C’était une nuit en 2020. Je dormais paisiblement, contrairement aux nombreuses nuits agitées de cette première année de COVID-19. Je dois vous dire que je suis né la même année que le premier album de Daniel Bélanger, Les Insomniaques s’amusent , est sorti. Je ne sais pas pourquoi, mais vers une ou deux heures du matin, j’ai ouvert les yeux. Je me suis levé et j’ai regardé mon téléphone portable, qui était en mode silencieux.
À ce moment précis, un ancien collègue à qui je n’avais pas parlé depuis près de sept ans m’écrivait avec frénésie. J’ai tout de suite su qu’il était en pleine crise suicidaire. Alors j’ai fait ce que vous faites quand quelqu’un est à son point le plus bas: reconnaître son humanité. Je ne dis pas ça pour me faire bien paraître. Reconnaître l’humanité d’une autre personne est, franchement, assez basique. Mais ça change tout, car c’est encore si rare.
Quand quelqu’un se donne la peine de demander quelque chose, c’est parce qu’il en a besoin. Point final. C’est louable, même, car cela signifie qu’ils ont décidé de ne pas se chauffer au gaz eux-mêmes, ce qui est également rare.
Cet article a été initialement publié dans l’édition française de Ricochet et a été traduit en anglais.
Même si j’étais triste de voir quelqu’un dans cet état, je me suis dit: «Ah, enfin un peu de vérité dans ce monde de faux-semblants.» Nous avons parlé pendant une heure au plus. Et quand j’ai senti qu’il était hors du bois, je suis retourné me coucher. Aujourd’hui, il va beaucoup mieux. Il travaille tous les jours et il ne me donne plus de mises à jour aussi souvent, car tout va bien. J’ai fait ce que j’avais à faire, simplement et sans fanfare. J’étais gentil. Malheureusement, dans notre société, être gentil est suffisamment rare pour être considéré avec suspicion – comme la tactique louche d’un carriériste.
Aucun humain n’est à l’abri de la fatigue de la compassion. Nous en avons vu la preuve récemment encore avec les travailleurs de la protection de la jeunesse qui se sont suicidés, usés jusqu’aux os par toutes les différentes réalités de notre système.
J’ai écrit la semaine dernière que je ne comprends pas les mœurs de la société occidentale. Je porte les idéaux des révolutionnaires haïtiens avec moi chaque jour de ma vie. Je plaide pour une culture qui humanise l’être humain, comme l’a dit l’historien et politologue Frantz Voltaire à Radio-Canada. Je rêve d’une humanité qui s’humanise. En fait, j’irai encore plus loin: ce dont le Québec a besoin, c’est d’une révolution tranquille pour l’ère numérique. Une révolution silencieuse 2.0.
Une crise de santé mentale sans précédent
En 2020, nous avons vu les visages de trop de personnes décédées par suicide défiler sur nos fils de médias sociaux. Ces visages n’ont pas nécessairement fait la une des journaux, mais un récent sondage Léger commandé par l’Union étudiante du Québec a révélé que 81% des étudiants universitaires vivent avec des niveaux élevés de détresse psychologique, y compris des idées suicidaires et des tentatives de suicide.
Chaque fois que nous disons à quelqu’un que nous «n’avons pas les ressources», nous disons essentiellement: «Votre douleur me rappelle trop la mienne», «J’ai un complexe d’infériorité envers vous» ou «Je suis désolé que le capitaliste la société m’a privé du temps que j’aimerais passer avec vous.
Je ne peux pas comprendre comment nous pouvons entendre parler de «déchargement» des hôpitaux (report et annulation des chirurgies et soins pour garder les ressources disponibles pour les cas de COVID) et ne pas penser «violations des droits de l’homme et utilisation du COVID-19 comme excuse». Une société où les morts s’entassent comme des nombres, sans histoire.
Les professionnels de la santé et les travailleurs sociaux, ceux de la communauté, que ce soit dans le secteur public ou privé, disent qu’ils n’ont pas les ressources dont ils ont besoin. C’était déjà vrai bien avant la pandémie. Je sais de quoi je parle: j’ai travaillé dans ce système. Nous sommes nombreux à tirer la sonnette d’alarme, et nous le faisons depuis longtemps. Notamment, le livre de 2015 d’Aurélie Lanctôt, Les libéraux n’aiment pas les femmes , expliquait avec brio comment le néolibéralisme et l’austérité ont été utilisés pour briser le filet de sécurité sociale des Québécois.
Alors que notre premier ministre se donne des notes parfaites pour l’un des pires enregistrements COVID-19 par habitant au Canada, tout ce que je vois au plus profond de mon cœur est une terre qui pleure.
Sans surprise, dans la pandémie COVID-19, les femmes sont une fois de plus les grandes perdantes, en partie parce qu’elles sont surreprésentées dans le secteur des soins, plutôt que de profiter au centre de l’économie capitaliste. Cela est particulièrement vrai pour les femmes d’ascendance africaine et les femmes racialisées, qui sont nombreuses dans les rangs des travailleurs sociaux.
Tout comme les anciens combattants ont besoin d’un soutien psychologique après leur retour de guerre, de nombreux travailleurs de la santé et des services sociaux qui sont en guerre contre la pandémie auront besoin de soutien.
Ces guerriers ont dû faire des choix difficiles sur le plan humain, ce qui ne doit pas être minimisé ou sous-estimé. Aucun humain n’est à l’abri de la fatigue de la compassion. Nous en avons vu la preuve récemment encore avec les travailleurs de la protection de la jeunesse qui se sont suicidés, usés jusqu’aux os par toutes les différentes réalités de notre système.
S’adapter à un système malade
Je n’oublierai jamais mon superviseur lors d’un internat à l’hôpital, qui a laissé entendre que je n’avais pas ce qu’il fallait pour être travailleur social. Je suis une personne qui se réveille toujours du côté droit du lit et qui attaque le jour. Au cours de ce stage, je me suis retrouvé de plus en plus en retard. J’ai décidé de changer de stage en milieu d’année, car je ne me reconnaissais plus.
Je vois cela comme un acte d’auto-préservation, même si je devais faire un stage en dehors de mes intérêts habituels pour apprendre. L’année suivante, ce superviseur a soumis un camarade de classe, dont le père était mourant, à une épreuve similaire. Quelques mois après ce stage, l’Ordre des travailleurs sociaux et des thérapeutes conjugaux et familiaux du Québec m’a remis le prix Relève. Aujourd’hui, je reconnais que ce superviseur avait été brisé par le système.
La même dynamique existe également dans les milieux communautaires. Mélanie Ederer, étudiante à la maîtrise en travail social, a courageusement dénoncé ces pratiques dans une lettre ouverte l’année dernière. Lors d’un stage au cégep dans un organisme communautaire de femmes, j’ai vu une quinzaine d’employées tomber comme des mouches, prenant des congés de maladie les unes après les autres, au cours d’une seule année. Je me suis accroché aux murs pour éviter de m’impliquer dans la violence psychologique que ces femmes s’infligeaient mutuellement. Me voyant submergé par un inconfort profond dans cet environnement, mon superviseur de l’époque m’a dit: «Il est normal que vous ne vous sentiez pas bien. Vous êtes en bonne santé. Vous ne courez pas sur la toxicité. J’ai réussi le stage avec brio.
Je me souviens aussi des travailleurs qui ont exprimé à plusieurs reprises leur espoir de «mourir plutôt que de vieillir au Québec» devant moi, une femme d’une vingtaine d’années.
Repenser le modèle québécois
Je demande que nous repensions notre sens de l’identité commune et nos utopies collectives. Le moment est venu de le faire, ou jamais.
Il n’y a pas de «victimes de tout». Il n’y a que des gens qui ont la capacité et le confort de mettre des mots sur les problèmes de ceux qui ne peuvent pas. C’est l’exposition à la différence qui conduit à la prise de conscience de nos propres préjugés. C’est ainsi que nous prenons conscience que ce qui est normal pour nous n’est pas la même chose que ce qui est normal pour les autres, même lorsque «l’autre» est notre prochain. Ce n’est pas être victime d’exiger mieux – «victime», autre mot coopté par l’extrême droite, comme le mot «réveillé», quand le terme est simplement utilisé pour dénoncer une injustice – c’est participer au projet social et s’investir dans sa société.
Alors que notre premier ministre se donne des notes parfaites pour l’un des pires enregistrements COVID-19 par habitant au Canada, tout ce que je vois au plus profond de mon cœur est une terre qui pleure. Mais entre ces nuits de larmes, les jeunes et les vieux construisent le Québec de demain. Ils transforment déjà notre sens de l’identité collective, en temps réel. J’ai une confiance pleine et entière dans la génération Z.