Pétition pour la sauvegarde de l’éducation universitaire en français en Saskatchewan

Par Mis en ligne le 04 août 2012

L’Institut fran­çais, la seule ins­ti­tu­tion d’éducation uni­ver­si­taire fran­co­phone de la Saskatchewan, est menacé. Il y va de l’avenir de la com­mu­nauté fran­sas­koise et du bilin­guisme en Saskatchewan.

L’éducation uni­ver­si­taire de langue fran­çaise existe depuis 1919 en Saskatchewan. En 1988, une entente entre les gou­ver­ne­ments du Canada et de la Saskatchewan crée l’Institut de for­ma­tion lin­guis­tique à l’Université de Regina « pour élar­gir les pos­si­bi­li­tés de for­ma­tion et de per­fec­tion­ne­ment en fran­çais pour les adultes fran­co­phones et anglo­phones de la Saskatchewan. » Un édi­fice, le Language Institute Building, est construit pour rem­plir cette mis­sion. En 2003, l’Institut fran­çais prend la relève de l’Institut de for­ma­tion lin­guis­tique dans le cadre d’un par­te­na­riat entre la com­mu­nauté fran­sas­koise et l’Université de Regina. Depuis près de dix ans, il par­ti­cipe acti­ve­ment au déve­lop­pe­ment global de la com­mu­nauté fran­sas­koise et à la pro­mo­tion du bilin­guisme offi­ciel en Saskatchewan.

Depuis 2011, au mépris de la réa­lité de l’éducation en milieu mino­ri­taire, l’Université de Regina bloque le déve­lop­pe­ment de l’Institut fran­çais pré­tex­tant le même trai­te­ment pour tous sur le campus. Elle s’obstine depuis un an à ne plus recon­naître les pos­si­bi­li­tés qui s’ouvrent aux uni­ver­si­tés qui s’engagent à déve­lop­per l’éducation en fran­çais en milieu mino­ri­taire de façon cré­dible.

Pourtant, en 2010, la rec­trice Vianne Timmons s’était for­mel­le­ment enga­gée par écrit et devant la com­mu­nauté fran­sas­koise à éta­blir un pro­ces­sus authen­tique qui devait abou­tir à un statut aca­dé­mique cré­dible pour l’Institut fran­çais qui en est tou­jours privé et qui lui per­met­trait de déve­lop­per et de gérer ses propres pro­grammes en plus de créer son propre corps pro­fes­so­ral. Jamais la com­mu­nauté fran­sas­koise n’aura été aussi proche de réa­li­ser son rêve d’une édu­ca­tion uni­ver­si­taire de langue fran­çaise en Saskatchewan, durable et adap­tée à ses besoins.

C’est d’autant plus trou­blant, qu’aujourd’hui, Madame Timmons revient sur son enga­ge­ment :

  • en minant le lea­der­ship de l’Institut fran­çais et en ren­ver­sant sa direc­tion actuelle ;
  • en blo­quant toute démarche d’unification de l’ensemble de la pro­gram­ma­tion fran­çaise sur le campus de l’Université de Regina ;
  • en culti­vant la divi­sion des unités de langue fran­çaise à l’université ;
  • en obs­truant le déve­lop­pe­ment de pro­grammes de langue fran­çaise ;
  • en ne per­met­tant pas l’obtention d’un statut aca­dé­mique pour l’Institut fran­çais ;
  • en niant l’approche consul­ta­tive que l’Université de Regina avait tou­jours pri­vi­lé­giée à l’égard de la com­mu­nauté fran­sas­koise en ce qui concerne l’Institut fran­çais.

Depuis un an, Madame Timmons a renoncé à une vision pour l’Université en fran­çais !

Pour le droit et la sau­ve­garde de l’éducation uni­ver­si­taire en fran­çais en Saskatchewan, la rec­trice Timmons doit s’engager à :

  • consul­ter de bonne foi la com­mu­nauté fran­sas­koise sur la direc­tion et les orien­ta­tions stra­té­giques de l’Institut fran­çais ;
  • réta­blir un pro­ces­sus authen­tique per­met­tant à l’Institut fran­çais d’obtenir un statut aca­dé­mique cré­dible l’autorisant à gérer ses pro­grammes et à créer un corps pro­fes­so­ral.

L’absence de tels enga­ge­ments devrait encou­ra­ger la com­mu­nauté fran­sas­koise à reven­di­quer le Language Institute Building. C’est son édi­fice !

Les amis de l’Institut fran­çais

Signez la péti­tion en ligne

Les commentaires sont fermés.