Perturbations et actions symboliques contre des recteurs québécois partout au Québec

Par Mis en ligne le 21 janvier 2011

Montréal, 19 jan­vier 2010 – Sur l’appel de l’Association pour une Solidarité Syndicale Étudiante (ASSÉ), des actions de per­tur­ba­tion se sont dérou­lées simul­ta­né­ment à proxi­mité des bureaux de Claude Corbo, rec­teur de l’Université du Québec à Montréal (UQAM), de Michel Belley, rec­teur de l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC), de Denis Brière, rec­teur de l’Université Laval (UL) et de Guy Breton, rec­teur de l’Université de Montréal (UdeM). Ces actions visent à réagir aux récentes prises de posi­tion de la Conférence des rec­teurs et prin­ci­paux des uni­ver­si­tés du Québec (CREPUQ) en faveur d’une hausse mas­sive des frais de scolarité.

« D’une main, les rec­trices et rec­teurs des uni­ver­si­tés se paient des salaires exor­bi­tants et détournent les fonds publics vers des pro­jets immo­bi­liers méga­lo­manes et de l’autre, ils se plaignent du sous-finan­ce­ment des uni­ver­si­tés et plaident pour une aug­men­ta­tion ver­ti­gi­neuse des frais ! Nous ne sommes pas dupes de leur hypo­cri­sie ! », affirme Gabriel Nadeau-Dubois, porte-parole de l’ASSÉ.

À l’UQAM, des étu­diants et des étu­diantes ont tenté-e-s d’occuper les bureaux du rec­teur Corbo, pour fina­le­ment déployer une ban­nière et blo­quer l’accès à ses bureaux. « Comment notre rec­teur ose-t-il récla­mer une aug­men­ta­tion des frais de sco­la­rité alors que c’est la direc­tion de l’UQAM qui plonge l’université dans des déboires finan­ciers ? Ce ne sont pas les étu­diants et les étu­diantes qui ont mis sur pied le projet de l’îlot voya­geur ! » s’indigne Jaouad Laaroussi, étu­diant à l’UQAM. Dans l’Agora prin­ci­pale de l’université était aussi déployée une ban­nière qui dénon­çait l’intention du gou­ver­ne­ment Charest d’augmenter les frais de sco­la­rité en automne 2012.

À l’Université de Montréal, des étu­diants et des étu­diantes ont aussi répon­dus à l’appel de l’ASSÉ en déployant une ban­nière dénon­çant les prises de posi­tion du rec­teur Guy Breton en faveur de la hausse des frais de sco­la­rité. « Si Monsieur Breton sor­tait plus sou­vent de son bureau, il ver­rait bien ce qu’est la réa­lité des étu­diants et étu­diantes ! Nous de fai­sons pas 365 000$ par année, nous ! » s’exclame Héloïse Lanouette, étu­diante à l’Université de Montréal. Rappelons en effet que le salaire du rec­teur Guy Breton a été de 365 000$ cette année, alors que, selon les plus récents chiffres, le revenu moyen d’un étu­diant était d’à peine 12 000$.

Pendant ce temps, à l’Université Laval, des étu­diantes et des étu­diants inter­pel­laient Denis Brière dans le même objec­tif. À l’UQAC, après un point de presse, les mani­fes­tants et mani­fes­tantes se sont rendus devant les bureaux du rec­teur Belley, y lais­sant une ban­nière dénon­çant ses posi­tions en faveur de la hausse des frais.

Seule asso­cia­tion étu­diante natio­nale com­pre­nant des membres de tous les cycles d’enseignement supé­rieur confon­dus, l’ASSÉ regroupe actuel­le­ment plus de 40 000 membres dans les cégeps et les uni­ver­si­tés du Québec. Elle milite depuis sa créa­tion pour l’accessibilité à un sys­tème d’éducation gra­tuit, public et de qualité.

Les commentaires sont fermés.