Suivez-nous sur Facebook

Numéro 22, Automne 2019

Valleyfield, mémoires et résistances

Couverture du numéro

À propos de ce numéro

Pourquoi un dossier sur Valleyfield ?

Ce dossier des Nouveaux Cahiers du socialisme (NCS) a été conçu en partant del’idée que ce qui se passe à Salaberry-de-Valleyfield peut offrir des enseignements à toute la gauche au Québec. Sans nier les importants défis qu’elle doit relever, on peut dire que cette gauche campivallensienne est bien vivante. Elle a su notamment créer, consolider et entretenir un pôle combatif qui a remporté des victoires importantes, entre autres lors de luttes syndicales et environnementales. Pour les NCS, il s’agissait d’aller à la rencontre des protagonistes de cette gauche pour voir comment son expérience peut nous aider à mieux couvrir certains angles morts de la pratique et de la pensée militantes au Québec.

« Je me souviens »

Pour plusieurs générations militantes du Québec, Valleyfield a longtemps représenté un site de mémoire et de réjouissances. Au moment où la Révolution pas-si-tranquille s’esquissait, une grève héroïque paralysait la Montreal Cotton, la plus grosse entreprise de textile au Canada. Pendant 100 jours, de juin à septembre 1946, 3000 ouvrières et ouvriers ont tenu tête aux patrons, aux briseurs de grève, aux gros bras de la Sûreté du Québec déployés par le premier ministre Maurice Duplessis. Finalement, la victoire a été arrachée par toute une communauté soudée derrière les grévistes, et avec l’aide de deux militants syndicalistes et communistes exceptionnels, Madeleine Parent et Kent Rowley (voir le texte d’Andrée Lévesque et Pierre LaGrenade). Soixante-treize ans plus tard, si notre devise nationale nous dit qu’il faut se souvenir, ce sont les luttes de Valleyfield que nous devons commémorer.

Le syndicalisme de combat.

Plus tard, dans le tourbillon des années 1970, des jeunes de Valleyfield et des environs ont plongé tête première dans le militantisme, en particulier dans les syndicats des grandes usines de la région (voir le texte de Guillaume T.-Boily). En plus de leurs succès syndicaux – renforcement de la santé et sécurité au travail, maintien des emplois, amélioration des conditions, etc. – ils et elles ont mis sur pied un réseau militant qui a su se mobiliser à des moments clés (comme la bataille du Suroît contre la centrale thermique que raconte Marc Laviolette). Parallèlement au syndicalisme de combat, une gauche campivallensienne prenait forme à travers des luttes à plusieurs niveaux renforcées par des coalitions syndicales-populaires inédites. En s’enracinant dans un milieu et en s’impliquant dans la durée, un noyau militant a pu laisser des traces qui se perpétuent depuis.

Table des matières

Introduction au dossier
Pierre Beaudet, Denise Boileau, Louis-Philippe Boucher, Yvon Boucher, Pierre LaGrenade, Dominique Reynolds et Guillaume Tremblay-Boily

Il était une fois Valleyfield

  • Salaberry-de-Valleyfield : un nom, une histoire
    Pierre LaGrenade
  • Bref portrait d’une ville fragile
    Louis-Philippe Boucher
  • Une région en mal d’éducation
    Dominique Reynolds
  • Une ville sous influence
    Yvon Boucher
  • Une économie en transition
    Pierre Spénard
  • L’Église catholique, du pouvoir occulte à la solidarité
    Yvon Boucher

Les enjeux pour le mouvement populaire

  • Une classe ouvrière qui résiste
    Pierre LaGrenade
  • Les syndicats à Salaberry-de-Valleyfield : résistants et innovateurs. Entrevue avec Daniel Mallette
    Pierre Beaudet
  • Résistances et mobilisations dans le secteur public
    Jonathan Scott et Pierre LaGrenade
  • Luttes citoyennes à Valleyfield : des batailles gagnées et d’autres perdues
    Yvon Boucher
  • Mouvement communautaire et enjeux de la pauvreté à Salaberry-de-Valleyfield
    Louis-Philippe Boucher
  • Le mouvement étudiant et l’« école de Valleyfield »
    Trycia Lanthier et Jonathan Scott
  • Un mouvement féministe fort et engagé
    Denise Boileau et Marie Reynolds
  • Des enjeux urbains en mutation
    Pierre Spénard
  • Socialistes à Valleyfield
    Pierre Beaudet
  • L’indépendance, toujours à l’ordre du jour. Entrevue avec Pierre LaGrenade
    Pierre Beaudet

Revenir en arrière pour regarder vers l’avant

  • Valleyfield 1946
    Andrée Lévesque et Pierre LaGrenade
  • Le « soviet » de Valley eld. Succès et échecs du travail communiste en usine
    Guillaume Tremblay-Boily
  • La grande bataille du Suroît contre la centrale thermique. Entrevue avec Marc Laviolette
    Pierre Beaudet

Valleyfield, un enjeu québécois

  • Valleyfield 2019 : un militantisme en mutation
    Pierre LaGrenade et Pierre Beaudet
  • Le grand dé des régions
    Guy Chiasson

PARCOURS MILITANT

  • MARIE BLAIS. Profession : chargée de cours en urbanisme. Posture syndicale : éternelle battante. Entrevue
    Jean Trudelle

BILAN DE LUTTES

  • Négociations ardues dans les CPE de Montréal et de Laval.
    Nathalie Fontaine
  • Les enseignantes et enseignants d’Oakland ont gagné leur grève
    Eric Blanc
  • Le mouvement pour 15 dollars l’heure : où en sommes-nous ?
    Mylène Fauvel

DÉBAT SUR LE MUNICIPALISME

  • Réflexions engagées sur le municipalisme au Québec
    Donald Cuccioletta et Emanuel Guay
  • La gentri cation contre le droit à la ville. Le cas de Parc-Extension
    Emanuel Guay, Alex Megelas et Naomi Nichols
  • Les défis de Projet Montréal. Entretien avec Michel Camus
    Pierre Beaudet
  • Un fragile « printemps » municipal en Turquie
    Bengi Akbulut

PERSPECTIVES

NOTES DE LECTURE

Articles en lien avec ce numéro

Numéro 22, Automne 2019
Valleyfield, mémoires et résistances
28 août 2019
No. 22 - Automne 2019

Nouveaux Cahiers du socialisme, numéro 22, Automne 2019 : VALLEYFIELD, mémoires et résistances

Pour consul­ter des extraits de ce numéro, cli­quer sur l’image.

Pourquoi un dossier sur Valleyfield ?

Ce dos­sier des Nouveaux Cahiers du socia­lisme (NCS) a été conçu en par­tant del’idée que ce qui se passe à Salaberry-de-Valleyfield peut offrir des ensei­gne­ments à toute la gauche au Québec. Sans nier les impor­tants défis qu’elle doit rele­ver, on peut dire que cette gauche cam­pi­val­len­sienne est bien vivante. Elle a su notam­ment créer, conso­li­der et entre­te­nir un pôle com­ba­tif qui a rem­porté des vic­toires impor­tantes, entre autres lors de luttes syn­di­cales et envi­ron­ne­men­tales. Pour les NCS, il s’agissait d’aller à la ren­contre des pro­ta­go­nistes de cette gauche pour voir com­ment son expé­rience peut nous aider à mieux cou­vrir cer­tains angles morts de la pra­tique et de la pensée mili­tantes au Québec.

Par
More...