Suivez-nous sur Facebook

Numéro 12, Automne 2014

La santé malade du capitalisme

Couverture du numéro

À propos de ce numéro

Bien qu’au Québec et au Canada le domaine des soins de santé soit, depuis plus de 40 ans, majoritairement dans le giron public, l’influence du capitalisme sur la santé se fait sentir de plusieurs manières.

On la retrouve bien sûr dans la forme particulière qu’ont prise les pratiques médicales et l’organisation du système de soins à travers les époques, et elle pénètre également, jusque dans ses replis les plus intimes, le rapport plus général que nous entretenons, en tant qu’individus, mais aussi en tant que société, à la santé.

Ce sont ces rapports contradictoires et complexes entre santé et capitalisme que le présent numéro des Nouveaux Cahiers du socialisme propose d’explorer.

Table des matières

DOSSIER : LA SANTÉ MALADE DU CAPITALISME

  • Introduction au dossier - RENÉ CHAREST, MARIE-CLAUDE GOULET, GUILLAUME HÉBERT, ANNE PLOURDE ET OUANESSA YOUNSI

Santé et capitalisme

  • La santé, les soins et le capitalisme - COLIN LEYS
  • Néolibéralisme, néomédicalisation et individualisme : un mélange toxique pour la santé des femmes - ABBY LIPPMAN
  • Vieillissement et capitalisme : de l’exclusion à la solidarité ? -  JULIEN SIMARD
  • Stratification sociale et santé. Injustice et problèmes de santé vont de pair - MARIE-FRANCE RAYNAULT ET SIMON TESSIER

Souffrance psychique et capitalisme

  • Biopouvoir et souffrance psychique - ENTREVUE AVEC MIGUEL BENASAYAG, MARIE-CLAUDE GOULET
  • La dépression : une épreuve sociale à part entière - MARCELO OTERO
  • Surdiagnostic et surtraitement de la détresse psychologique - JEAN-CLAUDE ST-ONGE

Système de santé : enjeux politiques au Québec, au Canada et ailleurs

  • Système de santé : bien commun ou marchandise ? Quand la gouvernance entrepreneuriale remplace la gestion publique - MARIE-CLAUDE GOULET, GUILLAUME HÉBERT ET CORY VERBAUWHEDE
  • Santé et capitalisme : ce que nous apprend le cas des CLSC - ANNE PLOURDE
  • Les coupures aux soins de santé pour les réfugiéEs : la pointe de l’iceberg des injustices en matière de santé pour les migrantes et les migrants - SAMIR SHAHEEN-HUSSAIN
  • Le rôle essentiel de la recherche publique en santé - MARC-ANDRÉ GAGNON

Luttes et résistances

  • Déclaration de résistance à la nouvelle gestion publique dans la santé et les services sociaux  - RÉSISTANCE NGP
  • Pour la survie de notre santé  - JACQUES BENOIT

BILAN DE LUTTES

  • La solidarité internationale en lambeaux ? - -MICHEL LAMBERT
  • Percée syndicale chez Couche-Tard  - SYLVIE JOLY

PERSPECTIVES

Le Québec après les élections du 7 avril 2014

  • La révolution « solidaire ». Quelques éléments pour une nouvelle stratégie de gauche au Québec - JONATHAN DURAND-FOLCO
  • La voie de la rupture démocratique - PIERRE MOUTERDE

Histoire et théorie

  • Le Québec et l’Empire. Dominations et résistances - CLAUDE COUTURE
  • Anarchisme, marxisme et socialisme : le débat continue - PIERRE BEAUDET

Stratégies et résistances... partout dans le monde

  • Pourquoi Lavalas n’est pas une alternative pour Haïti - RENEL EXENTUS
  • Guy Debord à Istanbul. Mobilisation populaire et critique émancipatrice en Turquie - EFE CAN GÜRCAN ET EFE PEKER
  • Tunisie : les dilemmes de la démocratie - STÉPHANE CHALIFOUR ET JUDITH TRUDEAU

 

NOTES DE LECTURE 

Articles en lien avec ce numéro

La santé malade du capitalisme
Christian Nadeau, Liberté, égalité, solidarité. Refonder la démocratie et la justice sociale, Montréal, Boréal, 2013
Notes de lecture
3 juin 2020
No 12 - Automne 2014

Christian Nadeau, pro­fes­seur de phi­lo­so­phie poli­tique à l’Université de Montréal, écrit dans la conclu­sion de son livre que « ce plai­doyer phi­lo­so­phique pour la soli­da­rité et pour la gauche au Québec a pré­senté l’esquisse d’une argu­men­ta­tion, qui deman­de­rait bien entendu à être déve­lop­pée davan­tage, sur le type de gauche qui a fait et fait tou­jours partie de notre pay­sage poli­tique, et dont nous avons ten­dance par­fois à oublier le sens et la raison d’être » (p. 257).

Suite...
La santé malade du capitalisme
Sheila Rowbotham, Lynne Segal et Hilary Wainwright, Beyond the Fragments : Feminism and the Making of Socialism, Black Point (Nouvelle-Écosse), Fernwood Publishing, 2013 [1979]
Notes de lecture
3 juin 2020
No 12 - Automne 2014

Beyond the Fragments demeure un ouvrage clas­sique de la lit­té­ra­ture fémi­niste anti­ca­pi­ta­liste. Une pre­mière ver­sion a été publiée dans la foulée de la défer­lante conser­va­trice ayant porté Margaret Thatcher au pou­voir en 1979. Elle visait, de l’avis même des auteures, à penser la lutte à tra­vers « la rela­tion du mou­ve­ment fémi­niste à la gauche domi­née par les hommes ; les manières dont nous nous orga­ni­sons pour le socia­lisme et ce que nous enten­dons par socia­lisme ; com­ment nous ren­dons compte et com­pre­nons la variété des expé­riences […] qui ont été partie inté­grante du mou­ve­ment anti­ca­pi­ta­liste »[1] (p. 105).

Suite...
La santé malade du capitalisme
Stéphane Haber, Penser le néocapitalisme. Vie, capital et aliénation, Paris, Les Prairies ordinaires, 2013
Notes de lecture
3 juin 2020
No 12 - Automne 2014

Professeur de phi­lo­so­phie à l’Université de Nanterre, Stéphane Haber tra­vaille depuis une quin­zaine d’années en théo­rie sociale, en par­ti­cu­lier dans le sillage de la récep­tion fran­çaise de l’école de Francfort. Son der­nier livre, Penser le néo­ca­pi­ta­lisme, est une étude d’ontologie sociale visant à expli­ci­ter le cadre concep­tuel adé­quat pour com­prendre le « néo­ca­pi­ta­lisme ». Une dou­zaine d’analyses sont regrou­pées en trois par­ties : une pre­mière où l’auteur étudie l’opposition entre la dyna­mique expan­sive du capi­ta­lisme et la « vie » (on par­court ici des ana­lyses de Marx, Michel Henry et Freud) ; une deuxième où sont dis­cu­tées les contri­bu­tions de cer­tains phi­lo­sophes contem­po­rains à la cri­tique du néo­li­bé­ra­lisme (notam­ment Hardt et Negri, Honneth et Foucault); et une troi­sième où sont pro­po­sés trois essais cri­tiques ori­gi­naux sur le néo­ca­pi­ta­lisme (le pre­mier por­tant sur le consu­mé­risme, un second sur l’espace public et le troi­sième sur le concept de « monde de la vie »).

Suite...
La santé malade du capitalisme
Franck Gaudichaud, Chili 1970-1973. Mille jours qui ébranlèrent le monde, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013
Notes de lecture
3 juin 2020
No 12 - Automne 2014

Le rappel des 40 ans du coup d’État au Chili a donné lieu à une mul­ti­tude de revues his­to­riques, de docu­men­taires et d’ouvrages s’ajoutant à la mon­tagne déjà écrite sur les évé­ne­ments qui ont pré­cédé et suivi le fati­dique 11 sep­tembre 1973. Parmi les nou­velles publi­ca­tions sur le sujet, Chili 1970-1973. Mille jours qui ébran­lèrent le monde de Frank Gaudichaud, apporte une brise rafrai­chis­sante sur l’interprétation de cette période mou­ve­men­tée.

Suite...
La santé malade du capitalisme
Tunisie : les dilemmes de la démocratie
Perspectives
2 juin 2020
No 12 - Automne 2014

Plus de trois ans après la chute du dic­ta­teur Ben Ali, la Tunisie, ber­ceau du prin­temps arabe, semble len­te­ment sortir d’une crise poli­tique dont les déra­pages avaient refroidi les ardeurs de ceux qui voyaient dans cette révo­lu­tion le labo­ra­toire d’une forme spé­ci­fi­que­ment arabe de tran­si­tion à la démo­cra­tie.

L’impasse

Le 23 octobre 2011, les pre­mières élec­tions légis­la­tives portent au pou­voir le Parti (isla­miste) de la renais­sance, Ennhada. Simultanément, l’Assemblée consti­tuante issue des urnes est man­da­tée pour accou­cher d’une nou­velle consti­tu­tion à la fois garante du res­pect des liber­tés indi­vi­duelles et du fonc­tion­ne­ment des grandes ins­ti­tu­tions qui sous-tendent l’État de droit. Or rapi­de­ment, les débats entre les isla­mistes et la mou­vance démo­cra­tique et pro­gres­siste s’enveniment. Le pays semble vou­loir som­brer dans le chaos avec en toile de fond la peur d’une guerre civile et une éco­no­mie exsangue. Se récla­mant offi­ciel­le­ment d’un islam poli­tique « modéré », Ennhada est accusé de jouer le jeu des grou­pus­cules extré­mistes, dits « sala­fistes », après les assas­si­nats, en février et juillet 2013, des lea­ders de la gauche laïque Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi.

Suite...
La santé malade du capitalisme
Guy Debord à Istanbul Mobilisation populaire et critique émancipatrice en Turquie
Perspectives
1 juin 2020
No 12 - Automne 2014

Le 31 mai 2013, une mani­fes­ta­tion locale contre la des­truc­tion d’un parc public au cœur d’Istanbul (le parc Gezi) ouvre un cycle de pro­tes­ta­tion anti­gou­ver­ne­men­tale à une échelle natio­nale sans pré­cé­dent dans l’histoire moderne de la Turquie. Avant l’aube, la police inter­vient pour dis­per­ser vio­lem­ment quelques cen­taines de mani­fes­tants qui occu­paient l’espace pour empê­cher la des­truc­tion du parc dans le cadre d’un projet de réno­va­tion urbaine. À la fin de la jour­née, des cen­taines de mil­liers de per­sonnes à tra­vers tout le pays des­cendent dans les rues pour pro­tes­ter contre l’autoritarisme et le conser­va­tisme du Parti pour la jus­tice et le déve­lop­pe­ment (AKP). Un parc urbain modeste est ainsi trans­formé en un sym­bole de résis­tance contre la domi­na­tion de plus en plus auto­ri­taire et inter­ven­tion­niste de l’AKP et du pre­mier ministre, Recep Tayyip Erdoğan. Dans les semaines sub­sé­quentes, plus de 2,5 mil­lions de per­sonnes occupent les lieux publics dans 79 villes, où la vio­lence de la police cause plus de 7500 bles­sés et 5 morts.

Suite...
La santé malade du capitalisme
Pourquoi Lavalas n’est pas une alternative pour Haïti
Perspectives
31 mai 2020
No 12 - Automne 2014

Vous, appre­nez à voir, plutôt que de rester
Les yeux ronds. Agissez au lieu de bavar­der.
Voilà ce qui aurait pour un peu dominé le monde !
Les peuples en ont eu raison, mais il ne faut
Pas nous chan­ter vic­toire, il est encore trop tôt :
Le ventre est encore fécond, d’où a surgi la bête immonde.

Bertolt Brecht, Théâtre com­plet, 1941.

Au tour­nant des années 1980, le mou­ve­ment Lavalas est par­venu au pou­voir en Haïti. Sous la pous­sée du mou­ve­ment popu­laire, il a mis fin au règne san­gui­naire de Papa Doc. Par la suite, Lavalas n’est pas arrivé à décons­truire le sys­tème, celui des gran­dons (grands pro­prié­taires ter­riens) et des bour­geois com­pra­dores. Ce sys­tème, en péri­phé­rie de l’impérialisme, consti­tue le nœud gor­dien de la crise sociale haï­tienne, au cœur de cette société depuis l’Indépendance (1804). Au total, les régimes suc­ces­sifs n’ont jamais pris en consi­dé­ra­tion les reven­di­ca­tions sociales des classes labo­rieuses et même plus encore, ils les ont tou­jours répri­mées.

Suite...
La santé malade du capitalisme
Anarchisme, marxisme et socialisme : le débat continue
Perspectives
30 mai 2020
No 12 - Automne 2014

Depuis déjà quelques années, les pers­pec­tives anar­chistes et liber­taires connaissent un regain d’intérêt au Québec et dans le monde. Et pour cause. Il y a dans cette tra­di­tion de belles valeurs de com­ba­ti­vité, de révolte, d’authenticité, de cou­rage. Des mili­tantes et des mili­tants anars et liber­taires ont sou­vent joué un rôle impor­tant dans les mou­ve­ments popu­laires et dans les luttes pour la démo­cra­tie et la jus­tice. Au moment de la Commune de Paris, lors de la révo­lu­tion sovié­tique ou de la lutte anti­fas­ciste en Espagne, et plus récem­ment dans l’essor des luttes popu­laires en Argentine, en Grèce, au Québec et ailleurs, dra­peaux noirs et dra­peaux rouges ont flotté ensemble dans les mobi­li­sa­tions, témoi­gnant des espoirs et des pro­po­si­tions mises de l’avant par les diverses com­po­santes des nou­veaux mou­ve­ments sociaux.

Suite...
La santé malade du capitalisme
Le Québec et l’Empire Dominations et résistances[1]
Perspectives
29 mai 2020
No 12 - Automne 2014

Il a été beau­coup ques­tion au Québec, ces der­nières années, de répu­blique, de laï­cité, de neu­tra­lité reli­gieuse dans l’espace public. Le débat se déroule, comme d’habitude, sans réfé­rence à une dimen­sion fon­da­men­tale de l’histoire, soit la rela­tion de domi­na­tion éta­blie à l’origine entre la popu­la­tion cana­dienne-fran­çaise et l’Empire bri­tan­nique. Cette amné­sie nous empêche de com­prendre des pans entiers de l’histoire natio­nale, mais éga­le­ment de faire le vide sur la tra­di­tion de résis­tance qui n’a cessé contre cet Empire, non seule­ment au Canada, mais dans l’Empire bri­tan­nique dans sa tota­lité, en Irlande par exemple.

Suite...
La santé malade du capitalisme
La voie de la rupture démocratique
Perspectives
28 mai 2020
No 12 - Automne 2014

Au terme de la cam­pagne élec­to­rale du prin­temps 2014, les ques­tions res­tent nom­breuses pour les par­ti­sanes et les par­ti­sans de Québec soli­daire (QS). Au-delà d’une pro­gres­sion modeste au niveau des suf­frages, on peut craindre que QS reste un parti à la marge, juste bon à épicer les débats publics et à avan­cer quelques idées géné­reuses, une sorte de « sel de la terre » inof­fen­sif. Quelles sont les options pour éviter cette « douce » mar­gi­na­li­sa­tion ? Certains diront que pour avan­cer, il faut deve­nir un peu comme tout le monde, c’est-à-dire social-libé­ral[1], ce qui veut revient à dire qu’il faut s’en tenir à pro­mou­voir des réformes réa­li­sables dans le contexte du capi­ta­lisme nord-amé­ri­cain. Entre ce réa­lisme fri­leux et la chi­mère d’un « grand soir » pensé pour demain, est-ce qu’il y a une autre voie ? Je pense que oui. QS peut conti­nuer à explo­rer d’autres voies en tenant auda­cieu­se­ment le dra­peau d’une société sou­cieuse de jus­tice sociale, fémi­niste, indé­pen­dan­tiste, alter­mon­dia­liste et éco­lo­giste. On pour­rait appe­ler cela la voie de la rup­ture démo­cra­tique.

Suite...