Thème

No. 22 – Automne 2019

 
Valleyfield, mémoires et résistances
Une classe ouvrière qui résiste
Les enjeux pour le mouvement populaire

Tout au long de son his­toire, Salaberry-de-Valleyfield a été mar­quée par une com­ba­ti­vité ouvrière hors du commun. Une des pre­mières grèves au Canada a été déclen­chée en 1843 par les ouvriers irlan­dais qui tra­vaillaient à la construc­tion du canal de Beauharnois. Réprimés par l’armée, ils occu­pèrent pen­dant 22 jours la ville de Saint-Timothée qui fait aujourd’hui partie du ter­ri­toire de Valleyfield. Au moins 18 ouvriers, qui récla­maient de meilleures condi­tions de tra­vail, ont péri sous les balles des sol­dats anglais lors de ce sou­lè­ve­ment[1]. L’usine de tex­tile Montreal Cotton éta­blie en 1875 a été le théâtre de plu­sieurs grèves, dont l’importante grève de 1946[2].

Lire la suite...
Valleyfield, mémoires et résistances
L’Église catholique, du pouvoir occulte à la solidarité
Il était une fois Valleyfield
mercredi 11 mars 2020
No. 22 - Automne 2019

L’Église dio­cé­saine de Valleyfield, dans sa dimen­sion ins­ti­tu­tion­nelle, a agi comme un puis­sant pou­voir d’influence, de la fon­da­tion de la ville jusqu’à la fin des années 1970. L’Église catho­lique romaine a investi pra­ti­que­ment toutes les acti­vi­tés de la vie humaine, comme par­tout au Québec, dans le but de trans­mettre son idéo­lo­gie, avec ses valeurs d’amour et de fra­ter­nité, mais aussi avec le côté sombre de ses injonc­tions, ses menaces, ses dic­tats. L’Église a accom­pa­gné les citoyennes et les citoyens, et ce, de la nais­sance, avec le bap­tême, à la mort, avec les rites funé­raires, en pas­sant par le mariage, avec les cours de pré­pa­ra­tion au mariage et ses obli­ga­tions concer­nant les rôles sociaux où les femmes étaient réduites, par l’enfantement, à assu­rer une pro­gé­ni­ture garan­tis­sant l’avenir de l’Église « pour des siècles et des siècles ». On se sou­vient éga­le­ment du rôle joué par le futur car­di­nal Paul-Émile Léger, alors curé à la cathé­drale de Valleyfield, pour briser la grève de 1946 à la Montreal Cotton et pour orga­ni­ser la chasse aux com­mu­nistes et aux syn­di­ca­listes.

Lire la suite...
Valleyfield, mémoires et résistances
Une économie en transition
Il était une fois Valleyfield
lundi 9 mars 2020
No. 22 - Automne 2019

À l’origine

Au début de l’industrialisation, l’industrie légère domine l’économie de la ville de Salaberry-de-Valleyfield : un nom à rete­nir, la Montreal Cotton (MoCo). Bien plus qu’une simple usine de fila­ture, la MoCo employait à une cer­taine époque près de 50 % de la popu­la­tion de la ville[1] ! Son empreinte dans le pay­sage cam­pi­val­len­sien ne se limi­tait pas à l’emploi, elle mar­quait aussi la vie de quar­tier en fai­sant ériger des mai­sons à proxi­mité de l’usine pour les employé-e-s ainsi que pour les cadres venus du Royaume-Uni et d’ailleurs. Les traces de ce passé indus­triel se retrouvent désor­mais dans les briques et le mor­tier des rési­dences qui jalonnent les rues au nom des anciens diri­geants de la Montreal Cotton.

Lire la suite...
Valleyfield, mémoires et résistances
Une région en mal d’éducation
Il était une fois Valleyfield
jeudi 5 mars 2020
No. 22 - Automne 2019

L’éducation pri­maire et secon­daire dans la ville de Salaberry-de-Valleyfield est régie par la Commission sco­laire (CS) de La-Vallée-des-Tisserands qui orga­nise les ser­vices de quelque 7900 élèves[1], dont envi­ron 3400 à Valleyfield même, 2100 au pri­maire et 1300 au secon­daire. C’est une petite com­mis­sion sco­laire qui couvre un très grand ter­ri­toire.

Lire la suite...
Valleyfield, mémoires et résistances
Bref portrait d’une ville fragile
Il était une fois Valleyfield
mardi 3 mars 2020
No. 22 - Automne 2019

La muni­ci­pa­lité de Salaberry-de-Valleyfield d’aujourd’hui est née en 2002 de sa fusion avec les anciennes villes de Saint-Timothée et de Grande-Île. Comme capi­tale de la région du Suroît, elle dis­pose d’un impor­tant pôle ins­ti­tu­tion­nel : hôpi­tal, CLSC, cégep, école secon­daire. La situa­tion géo­gra­phique de la ville, en plein milieu du fleuve Saint-Laurent, à cheval entre les deux rives, entou­rée ainsi de magni­fiques plans d’eau, consti­tue un avan­tage impor­tant pour le tou­risme et les acti­vi­tés aqua­tiques, mais en raison de la proxi­mité de la fron­tière avec les États-Unis, elle com­porte aussi des aspects néga­tifs, dont la contre­bande de ciga­rettes.

Lire la suite...
Valleyfield, mémoires et résistances
Salaberry-de-Valleyfield : un nom, une histoire
Il était une fois Valleyfield
dimanche 1 mars 2020
No. 22 - Automne 2019

Salaberry-de-Valleyfield est ainsi nommée à la suite d’un com­pro­mis entre, d’une part, la popu­la­tion fran­co­phone qui sou­hai­tait attri­buer à la ville le nom de Salaberry en l’honneur du lieu­te­nant-colo­nel Charles-Michel d’Irumberry de Salaberry qui gagna la bataille de Châteauguay en 1813 et, d’autre part, le pro­prié­taire de l’importante fabrique de papier de la ville, Alexander Buntin qui sou­hai­tait, quant à lui, attri­buer à la ville le nom d’un « moulin à papier » de son Écosse natale, le Valleyfield Mills. Après des débats enflam­més entre les deux camps, on réso­lut d’accoler les deux noms afin de mettre un terme au conflit. Aujourd’hui ville de 41 000 habi­tants à 96 % fran­co­phones, Salaberry-de-Valleyfield est issue de diverses vagues de fusions muni­ci­pales dont la der­nière, en 2002, engloba Grande-Île et Saint-Timothée. Entourée d’eau, Salaberry-de-Valleyfield est consi­dé­rée comme la capi­tale régio­nale du Suroît. Par ailleurs, et c’est l’objet de ce dos­sier, son his­toire est liée étroi­te­ment aux luttes et résis­tances ouvrières et citoyennes. On peut parler ici d’une impor­tante ville ouvrière.

Lire la suite...
Valleyfield, mémoires et résistances
Valleyfield, mémoires et résistances
Introduction au dossier
vendredi 28 février 2020
No. 22 - Automne 2019

Pourquoi un dossier sur Valleyfield ?

Ce dos­sier des Nouveaux Cahiers du socia­lisme (NCS) a été conçu en par­tant de l’idée que ce qui se passe à Salaberry-de-Valleyfield peut offrir des ensei­gne­ments à toute la gauche au Québec. Sans nier les impor­tants défis qu’elle doit rele­ver, on peut dire que cette gauche cam­pi­val­len­sienne est bien vivante. Elle a su notam­ment créer, conso­li­der et entre­te­nir un pôle com­ba­tif qui a rem­porté des vic­toires impor­tantes, entre autres lors de luttes syn­di­cales et envi­ron­ne­men­tales. Pour les NCS, il s’agissait d’aller à la ren­contre des pro­ta­go­nistes de cette gauche pour voir com­ment son expé­rience peut nous aider à mieux cou­vrir cer­tains angles morts de la pra­tique et de la pensée mili­tante au Québec.

Lire la suite...
Numéro 22, Automne 2019
Valleyfield, mémoires et résistances
mercredi 28 août 2019
No. 22 - Automne 2019

Nouveaux Cahiers du socialisme, numéro 22, Automne 2019 : VALLEYFIELD, mémoires et résistances

Pour consul­ter des extraits de ce numéro, cli­quer sur l’image.

Pourquoi un dossier sur Valleyfield ?

Ce dos­sier des Nouveaux Cahiers du socia­lisme (NCS) a été conçu en par­tant del’idée que ce qui se passe à Salaberry-de-Valleyfield peut offrir des ensei­gne­ments à toute la gauche au Québec. Sans nier les impor­tants défis qu’elle doit rele­ver, on peut dire que cette gauche cam­pi­val­len­sienne est bien vivante. Elle a su notam­ment créer, conso­li­der et entre­te­nir un pôle com­ba­tif qui a rem­porté des vic­toires impor­tantes, entre autres lors de luttes syn­di­cales et envi­ron­ne­men­tales. Pour les NCS, il s’agissait d’aller à la ren­contre des pro­ta­go­nistes de cette gauche pour voir com­ment son expé­rience peut nous aider à mieux cou­vrir cer­tains angles morts de la pra­tique et de la pensée mili­tantes au Québec.

Par
Lire la suite...