Thème

No. 22 – Automne 2019

 
Valleyfield, mémoires et résistances
Valleyfield 1946
Revenir en arrière pour regarder vers l’avant

Pour la classe ouvrière au Québec, 1946 est une année excep­tion­nelle, alors que le capi­ta­lisme nord-amé­ri­cain tente un retour à la nor­male après cinq années de guerre. La guerre froide pointe à l’horizon, les États-Unis, à peine sortis du conflit avec l’Allemagne nazie, déci­dant de confron­ter l’Union sovié­tique. En Angleterre, le pre­mier ministre conser­va­teur Winston Churchill affirme qu’un rideau de fer s’est abattu sur l’Europe la divi­sant en zones, com­mu­niste à l’est et « libre » à l’ouest, et qu’il appar­tient aux pays capi­ta­listes d’aider à « libé­rer » l’Europe. Au Canada, ce tour­nant bel­li­queux prend forme au sein du gou­ver­ne­ment. Des mili­tantes et des mili­tants de gauche et des syn­di­ca­listes sont sus­pec­tés d’être « à la solde » de l’URSS. Plusieurs sont arrê­tés à la suite d’une affaire d’« espion­nage » qui don­nera lieu à des accu­sa­tions, des empri­son­ne­ments et des vies bri­sées, même si la plu­part des per­sonnes « accu­sées » seront fina­le­ment dis­cul­pées.

Lire la suite...
Valleyfield, mémoires et résistances
L’indépendance, toujours à l’ordre du jour, Entrevue avec Pierre LaGrenade
Les enjeux pour le mouvement populaire

Ce n’est pas d’hier que la ques­tion dite natio­nale domine la société à Valleyfield et dans la région du Suroît. Après la Conquête, le nou­veau sei­gneur de Beauharnois nommé par l’administration colo­niale, Edward Ellice, s’empare des terres et devient « une sorte de tyran régio­nal, très impo­pu­laire, fré­quem­ment dénoncé[2] ». Lors de l’insurrection répu­bli­caine de 1837-1838, les Patriotes sont très actifs dans la région. Dans les années sub­sé­quentes, les capi­ta­listes anglo-cana­diens prennent le contrôle de l’économie locale qui culmine avec l’installation de la Montreal Cotton. Les pro­fits sont énormes, les salaires misé­rables. L’intervention de l’armée colo­niale est fré­quente pour répri­mer les mou­ve­ments de grève. Des « admi­nis­tra­teurs » délé­gués par la Cotton, tous anglo­phones, sont pré­sents aux séances du conseil muni­ci­pal pour sur­veiller ce qui se passe, car, jusque dans les années 1950, Valleyfield est une véri­table « com­pany town ». Dans la ville ségré­gée, il y a les quar­tiers pour les patrons anglo­phones, ceux pour le per­son­nel tech­nique et d’encadrement (majo­ri­tai­re­ment bri­tan­niques et écos­sais) et ceux pour la masse ouvrière cana­dienne-fran­çaise à 95 %.

Durant les années 1970, une nou­velle géné­ra­tion de mou­ve­ments sociaux prend forme avec au pre­mier plan les syn­di­cats. Valleyfield devient une ville mili­tante où les syn­di­ca­listes en mènent large. En 1976, un jeune ensei­gnant, Laurent Lavigne, est élu dans le comté sous la ban­nière du Parti qué­bé­cois (PQ). La défaite du OUI au pre­mier réfé­ren­dum de 1980 fait mal. Pour plu­sieurs mili­tantes et mili­tants, la stra­té­gie « éta­piste » pensée par le ministre Claude Morin consti­tue une erreur, qui fait glis­ser le PQ dans le piège de la « gou­ver­nance pro­vin­ciale ».

En 1995, Jacques Parizeau relance le projet. Le deuxième réfé­ren­dum fait appel à une coa­li­tion large au sein de laquelle les syn­di­cats et les mou­ve­ments popu­laires trouvent leur place. Un orga­nisme visant à coa­li­ser les indé­pen­dan­tistes, les Partenaires pour la sou­ve­rai­neté, est créé pour mobi­li­ser la popu­la­tion qui vient très près de l’emporter contre l’État fédé­ral ; celui-ci s’efforce de contrer la vague sou­ve­rai­niste par tous les moyens, y com­pris par la vio­la­tion des lois élec­to­rales. Plus tard, le gou­ver­ne­ment péquiste crée le Conseil de la sou­ve­rai­neté du Québec. Quand le PQ perd les élec­tions en 2003, ce conseil devient un peu plus auto­nome, et intègre les indé­pen­dan­tistes de l’Union des forces pro­gres­sistes (UFP). En 2013, le Conseil adopte un nou­veau nom, les Organisations unies pour l’indépendance du Québec, les OUI Québec. Des col­lec­tifs (des tables régio­nales) se mettent en place un peu par­tout au Québec, y com­pris à Valleyfield, où Pierre LaGrenade, tou­jours très impli­qué dans la vie poli­tique et sociale de sa ville, devient son porte-parole.

Lire la suite...
Valleyfield, mémoires et résistances
Socialistes à Valleyfield
Les enjeux pour le mouvement populaire
dimanche 29 mars 2020
No. 22 - Automne 2019

Depuis long­temps, Valleyfield et la région du Suroît sont tra­ver­sées de luttes popu­laires, y com­pris lors de l’insurrection répu­bli­caine de 1837-1838.

Le moment syndicaliste

À la fin des années 1940, Valleyfield se démarque par les grandes luttes ouvrières, ani­mées entre autres par des mili­tants com­mu­nistes comme Madeleine Parent et Kent Rowley[1]. Leurs grandes capa­ci­tés d’organisation syn­di­cale ont laissé des traces, davan­tage cepen­dant que leurs convic­tions de gauche. La féroce répres­sion contre le Parti com­mu­niste auquel s’identifiaient ces syn­di­ca­listes explique en partie le fait que la gauche orga­ni­sée a plutôt dis­paru du pay­sage après le cycle des grandes luttes syn­di­cales. Une autre raison se retrouve dans la dis­so­lu­tion, ou pour­rait-on dire, l’autodissolution du Parti com­mu­niste, inca­pable de se recréer une iden­tité au moment où ses pra­tiques sta­li­niennes et ses théo­ries rela­ti­ve­ment far­fe­lues[2] ont pro­vo­qué un déclin dont les com­mu­nistes ne se sont jamais rele­vés. Dans les années 1950-1960, la grande majo­rité des com­mu­nistes, dans toutes les régions du Québec, ont sim­ple­ment aban­donné cette tra­di­tion.

Lire la suite...
Valleyfield, mémoires et résistances
Des enjeux urbains en mutation
Les enjeux pour le mouvement populaire

À l’été 2017, Denis Lapointe, le pre­mier magis­trat de la ville annonce qu’il ne bri­guera pas le poste de maire qu’il occupe depuis 22 ans. Il affirme que « des jeunes ont leurs idées » et qu’il est normal de leur lais­ser la place pour qu’ils pour­suivent la crois­sance de la ville de Salaberry-de-Valleyfield. En face de lui s’ébauche un nou­veau projet, le Mouvement Renouveau Valleyfield. Mais rapi­de­ment, ce mou­ve­ment s’estompe, ses trois fon­da­teurs, Miguel Lemieux, Sébastien Poiré et Guillaume Massicotte, ayant décidé de faire cam­pagne comme can­di­dats indé­pen­dants. Néanmoins, on sent un cer­tain vent de chan­ge­ment. Plus de 25 per­sonnes déposent leur for­mu­laire de can­di­da­ture, ce qui est un nombre inédit, dont six femmes (une pre­mière !). Le 4 novembre 2017, le ver­dict tombe. Le conseil de ville fait peau neuve : un nou­veau maire, Miguel Lemieux, est élu, de même que cinq nou­veaux membres, deux femmes et trois élus de moins de 35 ans. Les élec­trices et les élec­teurs n’ont pour­tant montré la porte à aucun can­di­dat sor­tant. Le mot chan­ge­ment est sur toutes les lèvres : en réa­lité, il s’agit d’une muta­tion plutôt que d’une trans­for­ma­tion.

Lire la suite...
Valleyfield, mémoires et résistances
Un mouvement féministe fort et engagé
Les enjeux pour le mouvement populaire

Le mou­ve­ment des femmes s’est orga­nisé et struc­turé à Valleyfield dans les années 1970, une époque de grande effer­ves­cence. Plusieurs groupes de femmes se sont formés dans la région et des comi­tés de condi­tion fémi­nine dans les syn­di­cats. En ras­sem­blant les femmes, en fai­sant de l’éducation popu­laire, en déve­lop­pant des res­sources, ces groupes ont joué un rôle majeur dans l’organisation de la lutte pour faire pro­gres­ser l’égalité entre les hommes et les femmes.

Lire la suite...
Valleyfield, mémoires et résistances
Le mouvement étudiant et « l’école de Valleyfield »
Les enjeux pour le mouvement populaire

Historiquement recon­nue comme un des mou­ve­ments de masse les plus impor­tants du Québec[1], la mobi­li­sa­tion citoyenne du prin­temps 2012, qui s’est ter­mi­née par la défaite élec­to­rale du gou­ver­ne­ment libé­ral de Jean Charest, a com­mencé avec la grève du mou­ve­ment étu­diant et elle fut sou­te­nue par dif­fé­rentes autres actions col­lec­tives. La soli­da­rité étu­diante a su conver­tir des reven­di­ca­tions étu­diantes en enjeux socio­po­li­tiques élar­gis, ce qui consti­tue sa plus grande réa­li­sa­tion. Elle est notam­ment inter­ve­nue dans la lutte contre les poli­tiques d’austérité et la mon­dia­li­sa­tion néo­li­bé­rale, afin de fédé­rer d’autres orga­ni­sa­tions de la société civile et inter­pel­ler un nombre impor­tant de citoyennes et de citoyens sur ces enjeux[2].

Lire la suite...
Valleyfield, mémoires et résistances
Mouvement communautaire et enjeux de la pauvreté à Salaberry-de-Valleyfield
Les enjeux pour le mouvement populaire

Le mou­ve­ment com­mu­nau­taire peut-il endi­guer la pau­vreté ? La réponse à cette ques­tion est sans équi­voque : non. Les orga­nismes com­mu­nau­taires consti­tuent une réponse par­tielle de soli­da­rité à un pro­blème d’ordre struc­tu­rel lié à un sys­tème éco­no­mique qui génère et main­tient une partie impor­tante des citoyennes et des citoyens en situa­tion de pau­vreté, un sys­tème qui crée de la richesse, mais dont les méca­nismes de redis­tri­bu­tion de cette richesse demeurent inéqui­tables. Ce qui ne veut pas dire pour autant que tous les efforts déployés pour venir en aide aux plus démuni-e-s et atté­nuer leurs dif­fi­cul­tés n’ont pas leur raison d’être. Au contraire, les orga­nismes com­mu­nau­taires assurent la survie d’un nombre crois­sant de per­sonnes vivant de façon pré­caire.

Lire la suite...
Valleyfield, mémoires et résistances
Luttes citoyennes à Valleyfield : des batailles gagnées et d’autres perdues
Les enjeux pour le mouvement populaire
jeudi 19 mars 2020
No. 22 - Automne 2019

On connaît Valleyfield par ses luttes syn­di­cales, par­fois héroïques, comme les luttes contre la Montreal Cotton. Tout au long des années 1960 à 1990, les tra­vailleuses et les tra­vailleurs syn­di­qués de plu­sieurs usines ont résisté, sou­vent dans des condi­tions très dures, pour abou­tir par­fois à des vic­toires impor­tantes. Plus récem­ment, en 2017, les 371 membres du syn­di­cat des Métallos ont fait grève pen­dant neuf mois contre la mul­ti­na­tio­nale CEZinc. La grève a permis de pré­ser­ver le sys­tème de pen­sions et de pro­té­ger les jeunes tra­vailleurs. Moins connues sont les mobi­li­sa­tions citoyennes qui ont par­semé la région et qui, encore aujourd’hui, témoignent d’une volonté des gens ordi­naires de ne pas se lais­ser faire, sur­tout quand il est ques­tion de leur envi­ron­ne­ment et de leur santé.

Lire la suite...
Valleyfield, mémoires et résistances
Résistance et mobilisation dans le secteur public
Les enjeux pour le mouvement populaire
mardi 17 mars 2020
No. 22 - Automne 2019

L’origine des poli­tiques néo­li­bé­rales en ter­ri­toire qué­bé­cois ne fait pas consen­sus au sein des sphères de recherche et de mili­tance. Certaines évoquent l’année 1982 lorsque le gou­ver­ne­ment péquiste de René Lévesque impose une coupe sala­riale uni­la­té­rale de 20 % aux sala­rié-e-s du sec­teur public, ainsi qu’un gel des salaires sur trois ans. D’autres men­tionnent les années 1985 et 1986 au cours des­quelles le gou­ver­ne­ment libé­ral de Robert Bourassa met sur pied des groupes de réflexion ins­pi­rés de pos­tu­lats éco­no­mi­cistes. Finalement, aux yeux des autres, « ce sont le défi­cit zéro et les poli­tiques d’austérité […] impo­sées par Lucien Bouchard et le Parti qué­bé­cois en 1996[1] » qui en sont l’origine. Malgré ces désac­cords sur le moment ini­tia­teur, il demeure que tous ces moments ont contri­bué à la mise en place, au Québec, du néo­li­bé­ra­lisme en tant que pro­ces­sus his­to­rique. Pour le syn­di­ca­lisme qué­bé­cois des sec­teurs tant privé que public, l’année 1996 revêt une signi­fi­ca­tion par­ti­cu­lière. En effet, au Sommet socioé­co­no­mique, les grandes orga­ni­sa­tions syn­di­cales vont sous­crire à cer­taines exi­gences patro­nales, notam­ment, à la « crois­sance, à la flexi­bi­lité, à la com­pé­ti­ti­vité et au droit des entre­prises de ratio­na­li­ser en échange d’une vague pro­messe d’une créa­tion future d’emplois[2] ».

Lire la suite...
Valleyfield, mémoires et résistances
Les syndicats à Salaberry-de-Valleyfield : résistants et innovateurs
Les enjeux pour le mouvement populaire
dimanche 15 mars 2020
No. 22 - Automne 2019

Entrevue avec Daniel Malette[1]

P.B. – La Fédération des tra­vailleurs et tra­vailleuses du Québec (FTQ) est forte à Valleyfield et dans la région. Comment se pré­sente l’avenir ?

D.M. – Valleyfield reste une ville syn­di­quée, avec plu­sieurs grandes entre­prises qui tiennent bon, même s’il y a eu d’importantes pertes d’emplois ces der­nières années[2]. Il y a main­te­nant de plus en plus de moyennes et de petites entre­prises qu’on réus­sit à syn­di­quer, quel­que­fois avec de grands efforts, mais la tâche est faci­li­tée par le fait qu’à Valleyfield, le syn­di­ca­lisme est géné­ra­le­ment vu comme une bonne chose ! À preuve, le bon appui de la com­mu­nauté à la grève des Métallos de la CEZinc en 2017. Autre élé­ment : nous allons réunir les ins­tances régio­nales du Suroît avec celles de deux autres conseils régio­naux en Montérégie jusqu’à Saint-Jean-sur-Richelieu, Granby et Sorel-Tracy, pour nous donner une plus grande force de frappe, déve­lop­per une plus grande soli­da­rité à tra­vers la Montérégie et nous donner des moyens adé­quats.

Lire la suite...