Thème

No. 19 – Hiver 2018

 
L’université populaire des NCS
Le monde du travail devant les grandes mutations Avec Christian Cyr
Axe 2 – La révolution numérique et les enjeux pour les 99 %
lundi 30 septembre 2019
No. 19 - Hiver 2018

À l’ère de la qua­trième révo­lu­tion indus­trielle, la robo­ti­sa­tion, l’automatisation, l’intelligence arti­fi­cielle, s’imposent par­tout, du champ de tomate à l’achat de la conserve à la caisse auto­ma­ti­sée, mais éga­le­ment dans les médias, l’éducation et la santé. Ces tech­no­lo­gies comblent cet éter­nel désir capi­ta­liste d’efficacité et de pro­duc­ti­vité sou­vent déshu­ma­nisé et déshu­ma­ni­sant.

Lire la suite...
L’université populaire des NCS
Médias et communication de masse sur la brèche Avec Normand Landry et Pierre Roger
Axe 2 – La révolution numérique et les enjeux pour les 99 %
dimanche 29 septembre 2019
No. 19 - Hiver 2018

Disparition de jour­naux, perte et pré­ca­ri­sa­tion de mil­liers d’emplois, fra­gi­li­sa­tion du jour­na­lisme ins­ti­tu­tion­nel, voilà à quoi se résument, pour le simple citoyen, les effets de la révo­lu­tion numé­rique sur ce qu’on appe­lait « les médias de masse » au début de ce vingt et unième siècle, – avant l’arrivée des médias dits « sociaux ». Ce diag­nos­tic est un peu court.

Lire la suite...
L’université populaire des NCS
Intelligence artificielle : faut-il craindre le pire ? Avec Yoshua Bengio
Axe 2 – La révolution numérique et les enjeux pour les 99 %
samedi 28 septembre 2019
No. 19 - Hiver 2018

Quelles formes pren­dra le capi­ta­lisme numé­rique, quels impacts sur le monde du tra­vail et sur le syn­di­ca­lisme ? Selon Yoshua Bengio, spé­cia­liste de calibre inter­na­tio­nal, les avan­cées récentes en la matière com­mencent à peine à s’introduire dans notre quo­ti­dien : voi­tures qui se conduisent toutes seules, puis­sants logi­ciels de recon­nais­sance vocale capables de sou­te­nir des conver­sa­tions rudi­men­taires et… même, un cham­pion mon­dial de go battu par un ordi­na­teur ! Comme les choses vont vite, on estime qu’entre 30 et 50 % des emplois seront tou­chés, d’ici 10 ans, par l’intelligence arti­fi­cielle (IA). Cela dit, la recherche actuelle bute sur un écueil impor­tant. L’intelligence s’exerce, quel que soit le domaine, sur un sub­strat préa­la­ble­ment enre­gis­tré, soit sur une col­lec­tion impor­tante d’informations et sur une banque de liens per­met­tant de les asso­cier entre elles au profit d’une tâche par­ti­cu­lière. Or, jusqu’ici, nous n’avons réussi à trans­mettre ce sub­strat aux ordi­na­teurs que de manière « expli­cite », c’est-à-dire en « entrant des don­nées » dans l’ordinateur. La capa­cité d’extraire du réel, de manière intui­tive, de nou­velles connais­sances ne fait pas encore partie des poten­tia­li­tés de la machine. En obser­vant le réel, un enfant com­prend intui­ti­ve­ment le concept de la gra­vité, ou le prin­cipe de l’action-réaction : les ordi­na­teurs en sont pour l’instant inca­pables et n’apprennent pas encore par eux-mêmes.

Lire la suite...
L’université populaire des NCS
L’effet Web Avec Christophe Aguiton et Josée Lamoureux
Axe 2 – La révolution numérique et les enjeux pour les 99 %
vendredi 27 septembre 2019
No. 19 - Hiver 2018

De l’armée à Microsoft

Au tour­nant des années 1960, on assiste à la créa­tion d’Arpanet, une com­mande de l’armée amé­ri­caine, qui pose les bases de ce qui allait donner l’Internet, et qui a la par­ti­cu­la­rité de ne pas être fac­turé. Devant le succès de la micro-infor­ma­tique, les grands joueurs de l’industrie adoptent ce modèle. De fil en aiguille appa­raissent les incon­tour­nables PC. Au début des années 1980, Microsoft conçoit le sys­tème d’exploitation MS-DOS, ancêtre de Windows, et choi­sit de vendre le sys­tème d’exploitation aux fabri­cants de maté­riel infor­ma­tique, et non pas en exclu­si­vité avec le maté­riel. Toutefois, le fait d’offrir leur sys­tème d’exploitation sous forme de licence tari­fée pro­voque une réac­tion impor­tante, qui a pour effet de paver la voie au logi­ciel libre. Puisqu’il est pos­sible de munir n’importe quel ordi­na­teur per­son­nel du sys­tème d’exploitation de son choix, selon la fai­sa­bi­lité, des citoyens et entre­prises pro­duisent des logi­ciels libres, comme le sys­tème d’exploitation Linux.

Lire la suite...
L’université populaire des NCS
L’intelligence artificielle : entre promesses et périls
Axe 2 – La révolution numérique et les enjeux pour les 99 %
jeudi 26 septembre 2019
No. 19 - Hiver 2018

Montréal est deve­nue une des plaques tour­nantes de la recherche et du déve­lop­pe­ment en intel­li­gence arti­fi­cielle (IA). Selon Yoshua Bengio, direc­teur de l’Institut des algo­rithmes d’apprentissage de Montréal (MILA), nous sommes « à l’aube d’une nou­velle révo­lu­tion indus­trielle ». Les deux paliers de gou­ver­ne­ment ont ouvert les vannes avec des sub­ven­tions impor­tantes pour l’avancée des connais­sances dans ce domaine. De grandes mul­ti­na­tio­nales (Google, Microsoft, Facebook et Amazon) offrent des mil­lions aux ins­ti­tuts tra­vaillant au déve­lop­pe­ment de l’intelligence arti­fi­cielle. La pro­messe d’une meilleure vie où les machines aide­raient les humains semble pro­vo­quer un inté­rêt géné­ra­lisé. Comment poser un autre regard sur ce « pro­grès » annoncé ?

Lire la suite...
L’université populaire des NCS
Le projet socialiste, 100 ans plus tard Avec Colette St-Hilaire, Jonathan Durand-Folco, Emanuel Guay et Fanny Theurillat-Cloutier
Axe 1 - Le Canada, d’hier à aujourd’hui : capitalisme, patriarcat et colonialisme
mardi 24 septembre 2019
No. 19 - Hiver 2018

Cent ans après la révo­lu­tion sovié­tique, le projet d’un pou­voir exercé par le peuple germe à nou­veau, dans les bar­rios de Bolivie, les assem­blées muni­ci­pales espa­gnoles, les luttes sociales au Québec… Que pour­rait être un socia­lisme du XXIe siècle ? À quoi pour­rait res­sem­bler l’exercice d’un pou­voir popu­laire ?

Lire la suite...
L’université populaire des NCS
Canada-Québec : comment penser la convergence des gauches ?
Axe 1 - Le Canada, d’hier à aujourd’hui : capitalisme, patriarcat et colonialisme
lundi 23 septembre 2019
No. 19 - Hiver 2018

Avec Andrea Levy, Richard Fidler, Corvin Russel et André Frappier

Les tra­vailleuses et les tra­vailleurs, comme les mou­ve­ments pro­gres­sistes et les syn­di­cats, sont confron­tés à l’État cana­dien et à ses agences qui servent à struc­tu­rer et à ins­ti­tu­tion­na­li­ser la domi­na­tion du capi­ta­lisme sur le pays. Si les gauches du Québec et du Canada anglais s’entendent pour recon­naître cette réa­lité, les approches des der­nières décen­nies n’ont pas permis de dépas­ser l’isolement dans lequel cha­cune a envi­sagé son action et même sa réflexion poli­tique et stra­té­gique. D’un côté, le mou­ve­ment natio­nal qué­bé­cois a ébranlé les fon­de­ments de l’État cana­dien ; de l’autre, la gauche du Canada a eu une nette pro­pen­sion à s’identifier à cet État comme l’armature de sa résis­tance contre l’impérialisme amé­ri­cain. Alors que la montée popu­laire au Québec mena­çait l’État du capi­ta­lisme au Canada, la gauche cana­dienne confé­rait à cet État un rôle cen­tral. S’il est vrai que depuis quelque temps un esprit cri­tique face à l’État cana­dien appa­raît dans la gauche cana­dienne, les ponts sont tou­jours peu déve­lop­pés. Cela dit, il est vrai que d’un côté comme de l’autre, on res­sent davan­tage le besoin d’une réflexion conjointe et d’une coor­di­na­tion dans l’action, face à la montée de l’extrême droite, l’hégémonie poli­tique et idéo­lo­gique du néo­li­bé­ra­lisme, les reculs sociaux mul­tiples qui incitent à l’unité, aux ren­contres et au tra­vail en commun.

Lire la suite...
L’université populaire des NCS
Le nouveau projet républicain Avec Ronald Cameron, Nora Loreto, Emiliano Arpin-Simonetti, Jean-Marie Van der Maren, Niki Ashton et André Frappier
Axe 1 - Le Canada, d’hier à aujourd’hui : capitalisme, patriarcat et colonialisme
dimanche 22 septembre 2019
No. 19 - Hiver 2018

Des dyna­miques dis­tinctes

La gauche sociale du « Reste du Canada » (ROC) est faible, frag­men­tée sur une base pro­vin­ciale et concen­trée dans les prin­ci­pales villes. Elle n’a pas de pers­pec­tive glo­ba­li­sante. Pour cette gauche, la défense du droit à l’autodétermination se mani­feste par un appui réservé aux Premières Nations, et son sup­port à l’autodétermination du Québec reste mar­gi­nal. Ce blo­cage repose sur le refus de tenir une réflexion et de prendre posi­tion sur la réa­lité du fédé­ra­lisme cana­dien. La dis­per­sion et la frag­men­ta­tion des luttes sociales et de cette gauche consti­tuent la base maté­rielle sur laquelle repose cette atti­tude. Le Québec, pour sa part, est un maillon faible de l’État cana­dien en raison de son double statut de pro­vince et de ter­ri­toire natio­nal d’un peuple opprimé dans cet État. Cette situa­tion assure un cadre natio­nal à la résis­tance popu­laire qui faci­lite la cen­tra­li­sa­tion, le ren­for­ce­ment et l’impact des luttes sociales. Au Québec, le mou­ve­ment sou­ve­rai­niste dirigé par le Parti qué­bé­cois (PQ) qui a struc­turé le mou­ve­ment indé­pen­dan­tiste depuis 50 ans est en déroute. Il a repris à son compte les poli­tiques néo­li­bé­rales et la défense du libre-échange. Il s’est replié sur une poli­tique iden­ti­taire faute de stra­té­gie concrète de lutte pour l’indépendance.

Lire la suite...
L’université populaire des NCS
L’économie politique du capitalisme canadien.
Axe 1 - Le Canada, d’hier à aujourd’hui : capitalisme, patriarcat et colonialisme
samedi 21 septembre 2019
No. 19 - Hiver 2018

Avec Mathieu Perron-Dufour, Audrey Laurin-Lamothe et Ariane Gobeil [1]

Le 150e anni­ver­saire de la Confédération cana­dienne a été l’occasion pour nos élites de rabâ­cher le récit libé­ral van­tant ce « beau et grand pays », pré­ten­du­ment carac­té­risé par un esprit de tolé­rance et d’ouverture. Loin de ces âne­ries, une autre his­toire du Canada se des­sine lorsqu’on s’intéresse à l’économie poli­tique. Le Canada perd du coup ses habits de « plus beau pays au monde » pour retrou­ver, plus légi­ti­me­ment, ceux d’un État qui s’est construit selon les inté­rêts de sa classe domi­nante.

Lire la suite...
L’université populaire des NCS
Colonialisme et apartheid Avec Julien Vadeboncoeur, Shannon Chief, Myriam Thirnish et Pierre Trudel
Axe 1 - Le Canada, d’hier à aujourd’hui : capitalisme, patriarcat et colonialisme
vendredi 20 septembre 2019
No. 19 - Hiver 2018

L’anthropologue Pierre Trudel a d’abord rap­pelé que la ren­contre se tenait sur un ter­ri­toire non cédé occupé pen­dant plu­sieurs mil­lé­naires par des com­mu­nau­tés autoch­tones.

Lire la suite...