Thème

No 16 – Automne 2016

 
L'accès à la justice, quelle justice?
Lesley J. Wood, Mater la meute. La militarisation de la gestion policière des manifestations, Montréal, Lux, 2015
Notes de lecture
mardi 5 mai 2020
No 16 - Automne 2016

Avec la publi­ca­tion de son der­nier ouvrage, l’auteure, mili­tante et pro­fes­seure de socio­lo­gie à l’Université York de Toronto, appro­fon­dit l’analyse des mou­ve­ments sociaux et l’évolution des dis­po­si­tifs de contrôle qui en découlent. Wood revient à la charge en se pen­chant sur le phé­no­mène précis de la mili­ta­ri­sa­tion de la ges­tion poli­cière des mani­fes­ta­tions. Cette lunette d’analyse exige de reve­nir sur plu­sieurs thèmes déjà abor­dés afin d’offrir une com­pré­hen­sion élar­gie des dyna­miques com­plexes qui tra­versent l’histoire récente de la police nord-amé­ri­caine. Elle porte ici une atten­tion par­ti­cu­lière sur l’évolution orga­ni­sa­tion­nelle des corps poli­ciers (pro­fes­sion­na­li­sa­tion, inter­na­tio­na­li­sa­tion et alliance avec le sec­teur privé d’armement) et de leurs tac­tiques (uti­li­sa­tion des armes sublé­tales, accu­mu­la­tion de ren­sei­gne­ments sur les indi­vi­dus, fin de la ges­tion négo­ciée des mani­fes­ta­tions et « neu­tra­li­sa­tion stra­té­gique »). Son étude porte sur quatre corps poli­ciers (Montréal, New York, Toronto et Washington) et est illus­trée par l’analyse de l’utilisation d’outils inté­grés à la ges­tion des mani­fes­ta­tions (gaz poivre, gaz lacry­mo­gène, pis­to­let Taser, bar­rières, unités poli­cières spé­cia­li­sées).

Lire la suite...
L'accès à la justice, quelle justice?
Philippe Crevier, Hubert Forcier et Samuel Trépanier (dir.), Renouveler le syndicalisme. Pour changer le Québec, Montréal, Écosociété, 2015
Notes de lecture
mardi 5 mai 2020
No 16 - Automne 2016

Le mou­ve­ment syn­di­cal, et l’idée même de syn­di­ca­lisme, ont la vie bien dure. Au Québec pour­tant, ce mou­ve­ment jouit d’une place hono­rable : le taux de syn­di­ca­li­sa­tion, oscil­lant autour de 40 % de la main d’œuvre depuis plus de 30 ans, demeure le plus enviable d’Amérique du Nord ; le mou­ve­ment syn­di­cal reste his­to­ri­que­ment et incon­tes­ta­ble­ment asso­cié au mou­ve­ment de moder­ni­sa­tion et aux pro­grès sociaux du Québec ; il influence de manière constante les condi­tions du marché du tra­vail ; il consti­tue objec­ti­ve­ment, avec le mou­ve­ment étu­diant, le levier poli­tique et social le plus lar­ge­ment démo­cra­tique qui puisse exis­ter dans notre société, en dehors des ins­ti­tu­tions par­le­men­taires. Malgré cela, et comme bien des ins­ti­tu­tions sociales, il vit une crise presque per­ma­nente depuis quelques décen­nies. Crise d’autant plus pro­fonde que, à la recherche du saint Graal de son propre renou­veau, le mou­ve­ment peine à se réin­ven­ter de manière large, en dehors d’expériences à petite échelle qui ne par­viennent pas à ren­ver­ser une ten­dance lourde.

Lire la suite...
L'accès à la justice, quelle justice?
Andrée Ferretti, Mon désir de révolution, Montréal, Éditions XYZ, 2015
Notes de lecture
mardi 5 mai 2020
No 16 - Automne 2016

En guise d’introduction à son ouvrage, Andrée Ferretti pro­pose une sorte de mani­feste des­tiné avant tout à la jeu­nesse qué­bé­coise. Son « désir de révo­lu­tion » s’incarne d’abord dans le combat pour l’indépendance du Québec, mais elle se lance aussi dans un réqui­si­toire contre le pro­ces­sus galo­pant de la mon­dia­li­sa­tion, qui laisse libre cours aux inté­rêts égoïstes, qui mine l’action col­lec­tive et qui accroît les inéga­li­tés de richesse entre les peuples et entre les indi­vi­dus. Aux yeux de Ferretti, tou­te­fois, le prin­ci­pal danger de la mon­dia­li­sa­tion, c’est « la désa­gré­ga­tion de la spé­ci­fi­cité de chaque culture, cet ancrage immé­mo­rial des peuples dans leur réa­lité par­ti­cu­lière » (p. 26). Pour y faire face, elle sug­gère le ren­for­ce­ment de l’État natio­nal, qu’elle consi­dère comme le « der­nier rem­part contre l’uniformisation sté­ri­li­sante de l’humanité » (p. 27). Mais que faire alors lorsque c’est l’État lui-même qui se fait le pro­mo­teur des exi­gences aus­té­ri­taires du capi­ta­lisme mon­dia­lisé, comme elle le laisse entendre en évo­quant l’entreprise de déman­tè­le­ment menée par le gou­ver­ne­ment Couillard ?

Lire la suite...
L'accès à la justice, quelle justice?
Louis Marion, Comment exister encore ? Capital, technologie et domination, Montréal, Écosociété, 2015
Notes de lecture
mardi 5 mai 2020
No 16 - Automne 2016

Avec Comment exis­ter encore ? Louis Marion, phi­lo­sophe de la décrois­sance, pro­pose un vaste tour d’horizon des condi­tions – et obs­tacles – à l’émancipation d’une société malade de sa crois­sance. Son édi­teur David Murray pré­sen­tait d’ailleurs l’ouvrage comme un nou­veau « petit cours d’autodéfense » cher­chant à la fois à « défendre ce qui reste de la nature contre la puis­sance de l’être humain » et, d’un même souffle, « sau­ve­gar­der aussi abso­lu­ment les condi­tions d’une capa­cité poli­tique col­lec­tive d’institutionnaliser et de fonder, réflexi­ve­ment et démo­cra­ti­que­ment, des normes com­munes » (p. 10).

Lire la suite...
L'accès à la justice, quelle justice?
Aurélie Lanctôt, Les libéraux n’aiment pas les femmes. Essai sur l’austérité, Montréal, Lux, 2015
Notes de lecture
mardi 5 mai 2020
No 16 - Automne 2016

Les éti­quettes que l’on attache à cer­taines notions en viennent sou­vent à défi­nir celles-ci. De cette façon, le livre d’Aurélie Lanctôt accole aux libé­raux un rap­pro­che­ment avec une cer­taine miso­gy­nie com­plai­sante. En uti­li­sant un titre frap­peur et sur­tout empreint d’une opi­nion bien conscrite, Lanctôt nous somme ainsi de la suivre à tra­vers l’acharnement consi­dé­rable dont elle fait preuve pour nous vendre cette idée que les libé­raux sont ancrés dans une pos­ture rhé­to­rique hors de ce que l’on atten­drait de ce cou­rant de pensée. Certains pas­sages arrivent à convaincre le lec­teur ou la lec­trice, mais le faible recours aux faits amin­cit sa rhé­to­rique ini­tiale.

Lire la suite...
L'accès à la justice, quelle justice?
Art, politique, révolution[1]
Perspectives
dimanche 3 mai 2020
No 16 - Automne 2016

Il y a cent ans, au cœur de la Première Guerre mon­diale, nais­sait le mou­ve­ment dadaïste, à l’initiative d’écrivains et d’artistes réfu­giés en Suisse, parmi les­quels les poètes Tristan Tzara (Samuel Rosenstock), d’origine rou­maine, et Hugo Ball, d’origine alle­mande, ainsi que les peintres Hans Arp et Emmy Hennings, d’origine alle­mande.

Son acte fon­da­teur en tant que mou­ve­ment de contes­ta­tion glo­bale, par l’absurde et le nihi­lisme radi­cal, d’une société en faillite qui avait mené à la guerre et à la dévas­ta­tion, a été la lec­ture par Hugo Ball, en 1916 à Zürich, d’un bref mani­feste d’une page. De Suisse et d’Allemagne où il s’est d’abord déve­loppé, le mou­ve­ment dada s’est ensuite déplacé vers Paris où il a connu son apogée et un déclin rapide. Vingt-trois mani­festes du mou­ve­ment dada de Paris ont été lus par leurs auteurs lors de ren­contres publiques en 1920.

Lire la suite...
L'accès à la justice, quelle justice?
Relancer le mouvement syndical[1]
Bilan des luttes Front commun 2015
vendredi 1 mai 2020
No 16 - Automne 2016

Au cours des trente der­nières années, un chan­ge­ment stu­pé­fiant s’est pro­duit dans les socié­tés capi­ta­listes. Les gains autre­fois perçus comme de grandes réus­sites du capi­ta­lisme, comme l’amélioration des condi­tions de vie et de la sécu­rité éco­no­mique de la classe des tra­vailleurs et des tra­vailleuses, sont deve­nus des « pro­blèmes ». Les reculs, les conces­sions et l’insécurité per­ma­nente sont deve­nus la norme tandis que l’augmentation des inéga­li­tés appa­rait iné­luc­table.

Lire la suite...
L'accès à la justice, quelle justice?
La bataille imprévue de la Fédération de la santé et des services sociaux
Bilan des luttes Front commun 2015
mercredi 29 avril 2020
No 16 - Automne 2016

Début décembre 2015, les direc­tions syn­di­cales membres du Front commun annoncent qu’elles ont conclu une entente avec le Conseil du trésor. Selon les cen­trales, cette entente est satis­fai­sante et si le gou­ver­ne­ment a cédé, c’est à cause de la forte mobi­li­sa­tion dans le sec­teur public tout au long de l’automne et même du prin­temps der­nier. « La plus forte mobi­li­sa­tion depuis 40 ans », affirme-t-on, notam­ment à la direc­tion de la Confédération des syn­di­cats natio­naux (CSN). Quelques semaines plus tard, selon la pro­cé­dure éta­blie, les fédé­ra­tions du sec­teur public de la CSN (FSSS, FNEEQ, FEESP[2]) se ren­contrent pour faire l’évaluation de cet accord et pour savoir si elles l’endossent. Coup de ton­nerre ! La Fédération de la santé et des ser­vices sociaux refuse cette entente. Du jamais vu ! Une fédé­ra­tion de la CSN qui se dis­so­cie de cette manière des autres fédé­ra­tions. Partout dans le mou­ve­ment syn­di­cal, la gauche applau­dit à tout rompre et l’appareil de la CSN, quant à lui, doit sentir une brèche dans sa struc­ture.

Lire la suite...
L'accès à la justice, quelle justice?
Le Front commun 2015 et la démocratie syndicale
Bilan des luttes Front commun 2015
lundi 27 avril 2020
No 16 - Automne 2016

Entre le 7 jan­vier et le 5 février 2016, les ensei­gnantes et les ensei­gnants des cégeps réunis dans les assem­blées géné­rales de leur syn­di­cat ont majo­ri­tai­re­ment accepté les ententes de prin­cipe conve­nues aux tables de négo­cia­tion sec­to­rielles et cen­trale, dans le cadre du renou­vel­le­ment des conven­tions col­lec­tives. Si le règle­ment de la rela­ti­vité sala­riale et les cor­rec­tifs sala­riaux asso­ciés étaient allé­chants, beau­coup de demandes étaient mises de côté alors que la mobi­li­sa­tion parais­sait encore exem­plaire aux yeux de plu­sieurs mili­tantes et mili­tants. Alors que les direc­tions syn­di­cales pré­tendent que les résul­tats de la négo­cia­tion consti­tuent la meilleure entente pos­sible dans les cir­cons­tances, plu­sieurs se demandent si nous aurions pu avoir un rap­port de force plus grand en agis­sant autre­ment.

Lire la suite...
L'accès à la justice, quelle justice?
On annonçait des saisons chaudes
Bilan des luttes Front commun 2015
jeudi 23 avril 2020
No 16 - Automne 2016

La lutte conti­nue

La sec­tion Bilan de luttes des NCS a ouvert ses pages depuis ses débuts à des textes fai­sant un retour cri­tique sur des luttes sociales impor­tantes au Québec.

La négo­cia­tion du Front commun 2015-2016 des tra­vailleuses et des tra­vailleurs du sec­teur public vient de se ter­mi­ner. Elle mar­quera les mémoires par la force de la mobi­li­sa­tion des syn­di­qué-es et par la soli­da­rité mani­fes­tée par d’autres sec­teurs sociaux (Coalition Main rouge, mou­ve­ment « Je pro­tège mon école publique », grèves illé­gales du 1er mai, etc.). Un mou­ve­ment citoyen s’est levé pour faire bar­rage à l’austérité, dans le contexte où les négo­cia­tions dans le sec­teur public appa­rais­saient comme un moment pro­pice pour appro­fon­dir la contes­ta­tion. Or la forme d’organisation syn­di­cale a orienté la lutte sur la conclu­sion d’un accord concer­nant les conven­tions col­lec­tives et la ques­tion plus large de la lutte contre l’austérité a été secon­da­ri­sée.

C’est l’heure des bilans. Nous avons lancé une invi­ta­tion large à par­ti­ci­per à un exer­cice de réflexion visant non seule­ment à enta­mer un bilan cri­tique de cette impor­tante lutte syn­di­cale et popu­laire, mais sur­tout, à faire en sorte que des mili­tants et des mili­tantes explorent davan­tage des pistes stra­té­giques pour sortir le mou­ve­ment de son englue­ment défen­sif et rede­vienne por­teur d’avancées pour la popu­la­tion.

Nous pré­sen­tons cinq textes parmi ceux reçus écrits par des syn­di­qué-es du sec­teur public ainsi que le texte d’un pro­fes­seur retraité de l’Université York qui a tra­vaillé de nom­breuses années pour les Travailleurs cana­diens de l’automobile (TCA). Signalons enfin que le texte de Michel Coutu, bien que s’inscrivant dans le dos­sier de l’accès à la jus­tice, offre lui aussi de pré­cieux élé­ments de bilan de cette ronde de négo­cia­tion.

Voici le pre­mier texte, « On annon­çait des sai­sons chaudes » . Il sera suivi de « Autopsie d’un rendez-vous manqué », « Le Front commun 2015 et la démo­cra­tie syn­di­cale », « La bataille impré­vue de la Fédération de la santé et des ser­vices sociaux et « Relancer le mou­ve­ment syn­di­cal ».

Lire la suite...