John Bellamy Foster

Marx écologiste

Par Mis en ligne le 19 octobre 2011

Marx éco­lo­giste ? L’opinion cou­rante est que Marx et le mar­xisme se situent du côté d’une moder­nité pro­mé­théenne, anthro­po­cen­trée, qui ne consi­dère la nature que pour mieux la domi­ner et l’exploiter, selon une logique pro­duc­ti­viste qui fut celle tant du capi­ta­lisme que du socia­lisme his­to­riques. L’écologie, comme dis­ci­pline scien­ti­fique et comme poli­tique, aurait ainsi à se construire en rup­ture avec l’héritage mar­xiste ou, du moins, au mieux, en amen­dant consi­dé­ra­ble­ment celui-ci pour qu’il soit pos­sible de lui adjoindre des pré­oc­cu­pa­tions qui lui étaient fon­da­men­ta­le­ment étran­gères.

Qu’en est-il vrai­ment ? Dans Marx éco­lo­giste, John Bellamy Foster, textes à l’appui, montre que ces repré­sen­ta­tions consti­tuent sinon une fal­si­fi­ca­tion, du moins une radi­cale dis­tor­sion de la réa­lité : des textes de jeu­nesse aux écrits de la matu­rité, ins­pi­rés par les tra­vaux de Charles Darwin et de Justus von Liebig, le grand chi­miste alle­mand, fon­da­teur de l’agriculture indus­trielle, Marx n’a jamais cessé de penser ensemble l’histoire natu­relle et l’histoire humaine, dans une pers­pec­tive qui pré­fi­gure les théo­ries les plus contem­po­raines de la « coévo­lu­tion », et a offert à la pos­té­rité une des cri­tiques les plus vigou­reuses de la rup­ture par le capi­ta­lisme de « l’interaction méta­bo­lique » entre la nature et les socié­tés humaines.

L’enjeu de ce retour à Marx dans une pers­pec­tive éco­lo­gique n’est pas de pure éru­di­tion ; il ne s’agit pas non plus de sauver une « idole ». S’il faut aujourd’hui tirer de l’oubli la tra­di­tion mar­xiste et socia­liste de l’écologie poli­tique, c’est que la pers­pec­tive mar­xienne en la matière a une actua­lité brû­lante : une des ques­tions les plus urgentes de l’heure n’est-elle pas de savoir si la crise éco­lo­gique est soluble dans le capi­ta­lisme ?

Ce livre est la tra­duc­tion des cha­pitres 8 à 11 de The Ecological Revolution. Making Peace with the Planet de John Bellamy Foster (New York, The Monthly Review Press, 2009).

John Bellamy Foster est, avec Barry Commoner, James O’Connor et Joel Kovel, une des figures les plus impor­tantes de l’écosocialisme aux USA. Il enseigne la socio­lo­gie à l’université de l’Oregon et dirige depuis 2000 la pres­ti­gieuse Monthly Review. Il est notam­ment l’auteur de Marx’s Ecology. Materialism and Nature (Monthly Review Press, 2002).

Les commentaires sont fermés.