Les ressorts épistémologiques de la guerre en Afghanistan

Boaventura de Sousa Santos, 31 août 2021

Le retrait brutal et chaotique des États-Unis d’Afghanistan à la mi-août a fait l’actualité du monde entier. Avec plus ou moins de variantes, voici les sujets principaux : l’humiliation pour les États-Unis et leurs alliés européens ; une répétition du retrait de 1975 du Vietnam ; mission accomplie selon les États-Unis, mission échouée – selon les mots d’Angela Merkel  et des alliés ; la fuite désespérée des Afghans qui ont collaboré avec les Alliés ; danger imminent en ce qui concerne les droits des femmes, si la charia est imposée ; plus de deux mille milliards de dollars dépensés pour une mission de vingt ans contre les terroristes, pour les voir entrer triomphalement et sans effort dans le palais présidentiel, désormais non plus comme des terroristes mais comme une force politique avec laquelle les États-Unis a signé un accord en février 2020, après plus d’un an de négociations tenues à Doha.

Le traitement superficiel de l’actualité nous en dit donc peu sur la profonde turbulence qui la génère. Dans ce cas, la compréhension exige que l’on remonte historiquement et que l’on s’engage dans une critique épistémologique. En d’autres termes, il faut remonter le temps et réévaluer l’histoire à la lumière d’une épistémologie qui permet de connaître cette face de l’histoire restée cachée mais finalement devenue précieusement nécessaire pour comprendre ce qui s’est passé en Afghanistan.

Cacher la vérité

Depuis le début, la légitimation de l’expansion maritime de l’Europe reposait sur le désir et la mission de propager la foi chrétienne. La présence de l’Église catholique a été à la fois constante et décisive. Sous son égide, le monde à découvrir se partageait entre le Portugal et l’Espagne. L’Église a également légitimé la soumission des « Indiens » lorsqu’elle a proclamé (en 1537, par la bulle Sublimis Deus du Pape Paul III) qu’ils étaient des êtres humains avec une âme et, par conséquent, dotés non seulement du besoin mais aussi de la capacité de être évangélisé. Nous ne voulons pas remettre en cause la bonne foi des milliers de missionnaires qui ont participé à la mission de sauver les Indiens dans l’autre monde, mais nous savons bien que l’objectif principal de cette mission était bien plus pratique, à savoir le salut des Européens dans ce monde, par la prospérité économique rendue possible par l’accès aux richesses naturelles du Nouveau Monde. Il est pour le moins douteux que cette mission évangélisatrice ait été en quelque sorte bénéfique pour les Indiens, mais il ne fait aucun doute que la mission de pillage des richesses a conduit au niveau de développement affiché aujourd’hui par le monde eurocentrique du Nord. Atlantique.

De la même manière, les États-Unis ont envahi l’Afghanistan, selon les autorités américaines, pour neutraliser le terrorisme qui a entraîné l’attaque barbare de 2001 contre les tours jumelles. Avec le meurtre d’Oussama ben Laden, cette mission est censée avoir été accomplie. Mais c’est loin de la vérité. Les terroristes qui ont attaqué les Twin Towers venaient de quatre pays différents : 15 étaient des citoyens saoudiens, deux des Émirats arabes unis, un du Liban et un d’Égypte. Aucun d’entre eux n’était originaire d’Afghanistan. Bien que lui-même saoudien, Ben Laden, le chef d’Al-Qaida, est resté caché pendant des années, non pas dans son propre pays, mais au Pakistan, et très proche de la principale académie militaire du Pakistan. L’intérêt américain à intervenir en Afghanistan datait des années 1990. La justification utilisée était la nécessité de construire et de protéger le gazoduc Turkménistan-Afghanistan-Pakistan-Inde (TAPI), visant à remédier aux pénuries d’énergie en Asie du Sud. Le motif était toujours le même : garantir l’accès aux ressources naturelles et, plus récemment, empêcher le contrôle de la Chine et de la Russie. Ainsi, en même temps qu’une vague de violence macabre déferlait sur le pays (tuant environ 200 000 Afghans, militaires et civils), que des millions de dollars étaient dépensés, la plupart perdus à cause de la corruption, et que les talibans étaient censés être éliminés, des négociations avaient lieu (secrètement d’abord, puis officiellement) avec certains groupes talibans. Il est donc ridicule de parler de mission accomplie dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. Une mission a en effet été en partie accomplie, celle d’accéder aux ressources naturelles. Mais même cette mission a été accomplie sous la facilitation de l’Inde et du Pakistan et sans compromettre l’accès de la Chine et de la Russie au gaz. En revanche, c’est la Chine qui est sortie triomphante de la crise afghane. Il l’a fait contre les intérêts américains, dans la mesure où il s’assure que son investissement majeur en Asie centrale, la nouvelle route de la soie, se poursuivra. Depuis 1945, les États-Unis ont subi une défaite militaire après l’autre tout en semant la mort de la manière la plus horrible et en se révélant totalement incapables de stabiliser des gouvernements amis. Prenez le retrait humiliant de 1975 du Vietnam, l’intervention désastreuse en Somalie en 1993-94, le retrait non moins humiliant d’Irak en 2011 ou la destruction de la Libye en 2011. Malgré tout cela, les États-Unis ont presque toujours réussi à garantir l’accès aux ressources naturelles,

L’ignorance comme stratégie de domination

Lorsque l’expansion coloniale a commencé, c’était un saut dans l’inconnu. Une fois ce saut franchi, l’expansion consistait essentiellement à découvrir quels aspects des peuples et des pays à envahir pourraient faciliter l’invasion. En ce qui concerne l’investissement cognitif des colonisateurs, la perspective de pénétration, de pillage et d’élimination/assimilation l’emportait sur toutes les autres considérations. Tout ce qui allait à l’encontre de telles attentes devait être radié comme inexistant (civilisation/culture), non pertinent (technologie « primitive »), rétrograde ou dangereux (cannibalisme, superstitions). D’où la création d’une immense sociologie des absences. Avec le temps, les exigences habituelles (la perspective déjà évoquée) ont appelé à un investissement cognitif qui, bien que plus sophistiqué, était animé par le même désir de dominer.

L’ignorance occidentale à l’égard de l’Afghanistan est stupéfiante. Dans un article de 2015 intitulé « America’s shocking ignorance of Afghanistan », publié par le Wilson Center, Benjamin Hopkins a montré qu’à ce jour, les politiques occidentales sur l’Afghanistan sont basées sur les idées contenues dans un livre publié pour la première fois en 1815 par Mountstuart Elphinstone, premier ambassadeur au royaume d’Afghanistan. Elphinstone a basé ses idées sur la société tribale afghane sur ses lectures des récits de Tacite sur les tribus germaniques et sur ses propres souvenirs des clans de son Écosse natale. Selon Hopkins, la carte ethnolinguistique de l’Afghanistan actuellement utilisée par l’armée américaine est essentiellement une version mise à jour de celle incluse dans le livre d’Elphinstone de 1815. Cela a conduit à supposer que le problème de l’Afghanistan était ethnoculturel plutôt que politique, et que la culture tribale était la cause ultime de l’extrémisme et de la corruption. Le problème, bien sûr, ne réside pas dans la valorisation de l’importance de la culture, mais plutôt dans sa conception comme anhistorique et en termes de stéréotypes. L’ignorance persistante des réalités afghanes s’est avérée essentielle dans la conception des Afghans comme des destinataires passifs des politiques occidentales, qu’elles soient celles du bloc soviétique ou de l’OTAN. Les « experts » sur l’Afghanistan étaient des experts sur… le terrorisme. Le réductionnisme tribaliste a rendu impossible de voir que la société afghane est désormais aussi une société de réfugiés, ainsi qu’une société mondialisée. D’autre part, il a permis de justifier facilement tous les types d’interventions et les échecs tragiques qui en ont résulté. ne réside pas dans la valorisation de l’importance de la culture, mais plutôt dans sa conception comme anhistorique et en termes de stéréotypes. L’ignorance persistante des réalités afghanes s’est avérée essentielle dans la conception des Afghans comme des destinataires passifs des politiques occidentales, qu’elles soient celles du bloc soviétique ou de l’OTAN. Les « experts » sur l’Afghanistan étaient des experts sur… le terrorisme. Le réductionnisme tribaliste a rendu impossible de voir que la société afghane est désormais aussi une société de réfugiés, ainsi qu’une société mondialisée. D’autre part, il a permis de justifier facilement tous les types d’interventions et les échecs tragiques qui en ont résulté. ne réside pas dans la valorisation de l’importance de la culture, mais plutôt dans sa conception comme anhistorique et en termes de stéréotypes. L’ignorance persistante des réalités afghanes s’est avérée essentielle dans la conception des Afghans comme des destinataires passifs des politiques occidentales, qu’elles soient celles du bloc soviétique ou de l’OTAN. Les « experts » sur l’Afghanistan étaient des experts sur… le terrorisme. Le réductionnisme tribaliste a rendu impossible de voir que la société afghane est désormais aussi une société de réfugiés, ainsi qu’une société mondialisée. D’autre part, il a permis de justifier facilement tous les types d’interventions et les échecs tragiques qui en ont résulté. L’ignorance persistante des réalités afghanes s’est avérée essentielle dans la conception des Afghans comme des destinataires passifs des politiques occidentales, qu’elles soient celles du bloc soviétique ou de l’OTAN. Les « experts » sur l’Afghanistan étaient des experts sur… le terrorisme. Le réductionnisme tribaliste a rendu impossible de voir que la société afghane est désormais aussi une société de réfugiés, ainsi qu’une société mondialisée. D’autre part, il a permis de justifier facilement tous les types d’interventions et les échecs tragiques qui en ont résulté. L’ignorance persistante des réalités afghanes s’est avérée essentielle dans la conception des Afghans comme des destinataires passifs des politiques occidentales, qu’elles soient celles du bloc soviétique ou de l’OTAN. Les « experts » sur l’Afghanistan étaient des experts sur… le terrorisme. Le réductionnisme tribaliste a rendu impossible de voir que la société afghane est désormais aussi une société de réfugiés, ainsi qu’une société mondialisée. D’autre part, il a permis de justifier facilement tous les types d’interventions et les échecs tragiques qui en ont résulté.

Dé-spécifier l’autre

On sait aujourd’hui que la complexité des sociétés que les colonisateurs ont trouvées était différente de la complexité qu’ils attribuaient à leurs propres lieux d’origine et que, de ce fait, les premiers étaient décrits comme des sociétés simples, dépourvues de structures et d’institutions politiques. Le privilège de définir et de nommer l’autre est probablement l’expression ultime et la plus franche du pouvoir colonial. Au milieu de la fumée et des miroirs créés par ce privilège, les peuples colonisés en sont venus à être décrits comme sauvages, primitifs, arriérés, paresseux, sales, sous-développés. L’hypothèse sous-jacente de ces caractérisations est qu’elles véhiculent tout ce qu’il faut savoir sur celles ainsi décrites. De cette manière, ils promeuvent et masquent à la fois la déspécification de leurs objets.

Grâce à cette politique du nommage, les politiques coloniales au cours des siècles s’avéreraient faciles à justifier. Après la dernière invasion de l’Afghanistan, les envahisseurs ont divisé le peuple afghan en deux catégories : les terroristes et les victimes. Les Afghans ont ensuite été documentés, surveillés ou bombardés sur la base de cette division. A aucun moment (sauf lorsqu’il s’agissait de protéger l’accès aux ressources naturelles) ils n’ont eu la possibilité d’être considérés comme des interlocuteurs valables ou comme des populations et des générations dotées d’aspirations et de besoins divers. Sur la base de ces prémisses, le seul type de connaissance recherché était la connaissance des Afghans, jamais la connaissance des Afghans. La production active de l’ignorance était cruciale pour justifier les définitions, les représentations et les théorisations qui sous-tendent les politiques d’intervention. L’Afghanistan a fini par être considéré comme un immense dépôt de terrorisme. De plus, le seul but de la guerre contre le terrorisme est d’identifier et d’éliminer les terroristes. Tout le reste est « dommages collatéraux ». Comme pour le projet colonial, l’important était d’empêcher les Afghans de caractériser leur pays à leur manière et de revendiquer un avenir conforme à leurs propres aspirations.

Savoir-faire technologique contre sagesse

La connaissance technologique repose sur la compréhension et la transformation de la réalité à partir de phénomènes systématiquement observés, conjugués au mépris et à l’ignorance de ceux qui ne sont pas observés. Depuis le XVIIIe siècle, ce que nous appelons le progrès social est le produit du savoir technologique. La sagesse ne s’oppose pas nécessairement à la connaissance technologique. Mais elle la subordonne à la compréhension et à la valorisation de la valeur de la vie individuelle et collective, et pour cela il faut tenir compte à la fois des phénomènes observés et non observés. Dans la pratique, les savoirs occidentaux, notamment lorsqu’ils sont au service de l’expansion coloniale, deviennent des savoirs technologiques et s’opposent toujours fermement à l’idée de sagesse.

En Afghanistan, la fixation sur la technologie a atteint de nouveaux sommets, laissant derrière elle plus de 200 000 morts et une pléthore d’experts sur les nouvelles technologies de destruction. Parmi les nouveaux domaines les plus macabres se trouve celui des drones. Dans un article intitulé « Damage Control : the insupportable whiteness of drone work », publié dans le  numéro du 16 mars 2021 de Jadaliyya, Anila Daulatzai et Sahar Ghumkhor montrent comment les Afghans – et les Somaliens, les Yéménites, les Irakiens et les Syriens – sont regroupés sous ce nouveau champ d’expertise scientifique interdisciplinaire qui porte le nom de « culture des drones ». Selon les auteurs, la nouvelle discipline « explore les cultures de drones sous plusieurs perspectives et pratiques dans le but de générer des dialogues entre les disciplines pour comprendre la diversité des drones et de la culture des drones ». Dans le contexte de l’Afghanistan — qui a joué un rôle majeur dans la croissance du nouveau domaine — ce que nous avons est une technologie de la mort élevée à la dignité d’une épistémologie, un édifice scientifique construit sur rien d’autre que la mort et la ruine. On peut difficilement penser à un autre problème, ces derniers temps, où le savoir-faire technologique et la sagesse s’ignorent si complètement.