Les rapports sociaux de classes – Alain Bihr

Par Mis en ligne le 24 août 2012

Alain Bihr, Les rap­ports sociaux de classes,
Lausanne, Editions Page deux, 2012. 

Cet ouvrage s’adresse à ceux et celles qui sus­pectent les dis­cours cher­chant à faire croire que les socié­tés contem­po­raines évo­lue­raient vers la consti­tu­tion d’une « classe moyenne » englo­bant l’immense majo­rité de leur popu­la­tion. Des dis­cours qui tiennent pour négli­geable le creu­se­ment continu, mani­feste et acca­blant des inéga­li­tés sociales, qui masquent que ce sont là les effets des « lois du marché » mais aussi de poli­tiques déli­bé­rées mises en œuvre par les diri­geants des groupes indus­triels et finan­ciers et par les gou­ver­nants qui en défendent les inté­rêts.

L’ouvrage s’adresse donc à ceux et celles qui sentent confu­sé­ment que nos socié­tés res­tent divi­sées en classes sociales aux inté­rêts diver­gents et même contra­dic­toires, qu’elles sont ainsi le champ d’une intense mais sourde lutte des classes. A ceux et celles qui dési­rent cla­ri­fier et confor­ter ces intui­tions en fai­sant appel aux notions de classes, de luttes de classes, d’alliances de classes, etc.

A cette fin, l’auteur pro­pose une grille d’analyse mar­xiste des rap­ports sociaux de classes qui n’exclut ni des emprunts à des auteurs non mar­xistes, ni des écarts par rap­port à une cer­taine ortho­doxie mar­xiste. Il vise ainsi à aigui­ser la com­pré­hen­sion des enjeux des résis­tances à la domi­na­tion et des luttes éman­ci­pa­trices.

L’auteur

Alain Bihr est pro­fes­seur émé­rite de socio­lo­gie à l’Université de Franche-Comté. Il a notam­ment publié La repro­duc­tion du capi­tal (2001), La pré­his­toire du capi­tal (2006),La nov­langue néo­li­bé­rale (2007) et La logique mécon­nue du » Capital «  (2010), aux Editions Page deux, ainsi que, avec Roland Pfefferkorn, Le sys­tème des inéga­li­tés, La Découverte, 2008.

Télécharger l’introduction : Les rap­ports sociaux de classe – Alain Bihr – Introduction [PDF – 155 Ko]

Les commentaires sont fermés.