Les murs murent!

Touchette

 

« Les affiches du collectionneur François-Guy Touchette témoignent des grands mouvements sociaux du Québec des dernières décennies », Caroline Montpetit, Le Devoir. « Des pièces remarquables [qui] reflètent le bouillonnement social de cette époque. […] C’est découvrir un passé dont plusieurs enjeux sont encore d’actualité », Écomusée du fier monde.

Depuis plus de quarante ans, François-Guy Touchette s’efforce de préserver l’affiche politique, communautaire, syndicale et populaire québécoise. La raison principale est que ce moyen de communication si fragile est rapidement oublié.

Ce livre en couleur contient 142 affiches produites au cours des années 1960, 1970 et 1980. C’est là une excellente façon de préserver et de pérenniser la mémoire collective des luttes pour une plus grande justice sociale, les libertés démocratiques, contre l’exploitation et l’oppression.

Pourquoi Les murs murent ? C’est parce que le mur urbanisé et la palissade servent de support. Le mur obstacle et silencieux devient par la force des choses, dans la ville, le mur accrocheur, le mur parlant, le mur dialogue. Il fait partie intégralement du musée à ciel ouvert qu’orchestrent l’affiche, le slogan et le graffiti, trois instruments du plaisir de l’œil urbanisé.

Dans les années 1960-1980, il y avait dans l’air politique du Québec un vent de changement social et l’affiche a été le moyen privilégié pour le dire haut et fort. L’affiche se conçoit comme un messageformulant une invitation à participer à la chose publique. Après tout, c’est l’emploi auquel elle est destinée : nous informer et, peut-être, nous conscientiser !

 

Préface de René Binette, directeur de l’Écomusée du fier monde

Entrée en matière

L’affiche au Québec

Les affiches

1. Prisonniers politiques

2. Syndicats

3. Conflits

4. 1er mai et 8 mars

5. Mouvements populaires

6. Organisations politiques

7. Solidarité !

Affiches de Vittorio et de Gitano

8. Au service des luttes