Les mensonges de Harper et la récession au Canada

Par Mis en ligne le 18 avril 2011

Les Conservateurs affirment qu’ils sont bien placés pour gou­ver­ner à cause de leur per­for­mance éco­no­mique. Le Canada s’est sorti de la réces­sion avant les autres pays, dit Stephen Harper. Cette réces­sion était « glo­bale » et donc, cela n’était pas de la faute du gou­ver­ne­ment cana­dien. Par contre la sorte de la réces­sion est « locale », tou­jours selon les Conservateurs. Mais les faits nous démontrent que tel n’est pas le cas.

Sur les trente pays indus­tria­li­sés que compte l’OCDE, le Canada en ce qui concerne la crois­sance du PNB est au 13e rang en 2010 (il était au 10e rang en 2009). Pour sa part, le FMI qui ana­lyse les don­nées de crois­sance pour 107 pays estime que le Canada est au 61e rang.

En termes de chô­mage, le Canada est dans le pelo­ton de queue, au 21e rang (18e en 2009) (chiffres de l’OCDE). Pour le Bureau inter­na­tio­nal du tra­vail (BIT), le taux de chô­mage a aug­menté de 2,9% en 2009, ce qui place le Canada au 28e rang (sur 56 États). Harper se vante entre-temps que le Canada a récu­péré les emplois perdus au début de la réces­sion, en « omet­tant » de dire qu’il y a un mil­lion de deman­deurs d’emplois de plus.

Selon des son­dages récents, 59% de la popu­la­tion cana­dienne estime que le pays est encore en réces­sion.

Jim Stanford est un éco­no­miste à l’emploi des Travailleurs cana­diens de l’automobile.

Les commentaires sont fermés.