Élections partielles dans Argenteuil et Lafontaine

Les enseignements de deux partielles d’été

Par Mis en ligne le 12 juin 2012

Les ama­teurs de poli­tique ont vécu hier une soirée beau­coup plus enle­vante que les ama­teurs de hockey. J’ai déjà par­tagé mes réflexions sur ces par­tielles, y allant de mes pré­dic­tions et de mes condi­tions de vic­toire ou de défaite pour chaque parti à l’assemblée natio­nale.

Les résul­tats des par­tielles de LaFontaine et d’Argenteuil nous ont appris beau­coup d’enseignements. Avant de vous par­ta­ger tout ce que j’ai appris en voyant les résul­tats d’hier, voici les résul­tats d’hier :

LaFontaine : PLQ : 53,32% (-16), PQ : 17% (-2), CAQ : 15,58% (+9), QS : 5,9% (+4), PVQ : 3% (=)

Argenteuil : PQ : 36,16% (+3), PLQ : 33,4% (-16), CAQ : 21,4 (+10), PVQ : 2,99 (-1), QS : 2,7% (+1)

Comme je l’avais dit dans mon texte de pré­vi­sions sur les par­tielles, l’important est la varia­tion des votes et une varia­tion de plus de 10% est quelque chose de majeur. Il y a actuel­le­ment des chan­ge­ments majeurs dans l’électorat qué­bé­cois. Voyons main­te­nant les résul­tats parti par parti.

PQ : Le triomphe

Je mets le PQ en pre­mier parce que c’est sans conteste le grand gagnant de la soirée. Gagner Argenteuil, un comté détenu par les libé­raux depuis 46 ans, pour la pre­mière fois de l’histoire du PQ est un exploit. En plus, ils ont réussi à faire mentir mon modèle de pré­vi­sion élec­to­rale en allant cher­cher 6% de plus que ce que leur don­nait les son­dages de mai dans Argenteuil. Réussir ça néces­site un tra­vail colos­sal (et une part de vote stra­té­gique).

Dans LaFontaine, les résul­tats du PQ sont déce­vants. On peut parler d’une défaite puisqu’ils y obtiennent moins qu’en 2008, mais font exac­te­ment le score prévu par mon modèle de pré­vi­sion.

PLQ : La catastrophe

Il y a plu­sieurs élé­ments catas­tro­phiques pour les libé­raux dans ces élec­tions. D’abord, perdre le comté d’Argenteuil. Quand tu as une majo­rité par­le­men­taire de 4 sièges, en perdre un est for­te­ment décon­seillé. De plus, cette défaite libé­rale va être perçue comme un désa­veu par la popu­la­tion de la stra­té­gie du PLQ face à la grève étu­diante. Les étu­diants risquent d’être ragaillar­dis avec raison par cette vic­toire. Perdre un châ­teau-fort n’aidera pas non plus à sortir de l’état d’esprit d’assiégés que les libé­raux ont depuis des mois.

De plus, 39 des 66 dépu­tés libé­raux élus en 2008, dont Jean Charest et plu­sieurs ministres, avaient une majo­rité égale ou moindre que celle d’Argenteuil. Il est à pré­voir que d’ici les pro­chaines élec­tions géné­rales, plu­sieurs d’entre eux décident de partir pour éviter d’être humi­liés élec­to­ra­le­ment. Selon cet article du Soleil, 6 à 10 dépu­tés libé­raux son­ge­raient à ne pas se repré­sen­ter aux pro­chaines élec­tions géné­rale. La défaite libé­rale dans Argenteuil risque de les aider à se déci­der…

Les résul­tats dans LaFontaine ne sont guère réjouis­sants pour les libé­raux. J’avais mis la barre de la catas­trophe à 50% et ils ont eu 53%, ça s’appelle frôler la catas­trophe (même si c’est à moins de 1% de ma pré­vi­sion). Bien qu’ils aient conservé le comté, ils y ont perdus, comme dans Argenteuil, 16% d’appuis. Ça veut dire qu’un élec­teur sur 6 a décidé d’arrêter de voter pour le PLQ. Pire, c’est le taux de par­ti­ci­pa­tion qui semble démon­trer que les élec­teurs libé­raux n’ont pas été votés.

Avec de tels résul­tats, l’hypothèse d’une élec­tion en sep­tembre semble s’envoler en fumée. Alors que l’automne pour­rait être acca­paré par la com­mis­sion Charbonneau et la conti­nuité du mou­ve­ment de contes­ta­tion du gou­ver­ne­ment, l’avenir semble encore plus sombre pour les libé­raux.

Performance honorable de la CAQ

La CAQ peut se tar­guer d’avoir fait une bonne per­for­mance qui est conforme aux pré­vi­sions dans les deux comtés. Une telle per­for­mance amè­ne­rait la pos­si­bi­lité pour la CAQ de faire élire 10 à 15 dépu­tés aux pro­chaines élec­tions géné­rales. Ce n’est peut-être pas conforme à ses aspi­ra­tions d’être un parti de gou­ver­ne­ment, mais ça repré­sente une bonne avan­cée pour ce parti par rap­port à l’ADQ.

Québec solidaire inégal, mais avec du potentiel

C’est une soirée miti­gée pour Québec soli­daire. Alors qu’il peut se tar­guer d’avoir fait une bonne per­for­mance dans LaFontaine en tri­plant son pour­cen­tage, il a sous-per­formé dans Argenteuil en amé­lio­rant son pour­cen­tage que de 30% alors que la pré­vi­sion pré­voyait qu’il dou­ble­rait mini­ma­le­ment.

La lutte serrée entre le PQ et le PLQ dans Argenteuil explique pro­ba­ble­ment la sous-per­for­mance de Québec soli­daire dans Argenteuil. Il semble aussi que le vote de Québec soli­daire aug­mente plus rapi­de­ment sur l’Ile de Montréal que dans le reste du Québec, ce qui expli­que­rait que ce parti a sur­per­formé dans Lafontaine et sous-per­formé dans Argenteuil. Déjà, avec la répar­ti­tion de vote de 2008, mon modèle de pré­vi­sion don­ne­rait 3 dépu­tés à Québec soli­daire. Si la théo­rie de la concen­tra­tion du vote sur l’Ile de Montréal, Québec soli­daire pour­rait gagner jusqu’à 6 dépu­tés. Je suis convaincu que Québec soli­daire y ver­rait là une grande vic­toire.

Aucune chance pour les autres partis

Le Parti Vert du Québec a sous-per­formé gran­de­ment en voyant même son appui dimi­nuer par rap­port à 2008. Il devrait donc même avoir de la dif­fi­culté à avoir 2% aux pro­chaines élec­tions. Option Nationale, malgré une cam­pagne d’une cer­taine enver­gure a obtenu moins de 2% dans les deux comtés, ce qui pré­sage très mal pour la réélec­tion de Jean-Martin Aussant. Malgré des membres hyper­ac­tifs, Option National a eu sen­si­ble­ment les mêmes résul­tats que le Parti Conservateur du Québec. Les résul­tats des autres partis pré­sents sont moindres que les can­di­dats indé­pen­dants. Il est à pré­voir que dans les pro­chaines années, plu­sieurs de ces petits partis n’existeront plus.

Les suites de ces partielles

Outre le fait que les élec­tions risquent d’être retar­dées et que les étu­diants ver­ront leur rap­port de force avec le gou­ver­ne­ment Charest aug­men­ter, ces par­tielles auront des consé­quences. D’abord, elles viennent clouer le cer­cueil à l’idée d’alliance entre le PQ, Québec soli­daire et Option Nationale, idée qui était déjà morte de toute façon. Ensuite, il se pour­rait que Jean Charest se fasse mon­trer la porte (ouverte) par son parti ou qu’il décide lui-même de la prendre.

S’il n’y a pas d’élections géné­rales d’ici là, la pro­chaine par­tielle sera celle de Bourassa-Sauvé, comté qui res­semble à celui de LaFontaine. Jean Charest a jusqu’à novembre 2012 pour déclen­cher ces élec­tions-là, parions qu’il pren­dra son temps.

Sébastien Robert
Syndicaliste au SEPB-FTQ,
2 fois can­di­dat pour Québec soli­daire sur la rive-sud

Les commentaires sont fermés.