L’endettement étudiant : une bulle spéculative ?

Par Mis en ligne le 30 mars 2012

Dans la pré­sente note, l’Institut de recherche et d’informations socio-éco­no­miques (IRIS) démontre que les méca­nismes d’aide finan­cière et les sys­tèmes de prêts des­ti­nés aux étu­diant-e-s ne sont pas uni­que­ment des mesures d’accessibilité aux études. En effet, ceux-ci sont éga­le­ment les ins­tru­ments d’une pri­va­ti­sa­tion du finan­ce­ment et des fina­li­tés des ins­ti­tu­tions publiques d’enseignements. Cette trans­for­ma­tion s’inscrit dans le cadre d’une stra­té­gie de relance de l’économie qui vient faire repo­ser la crois­sance sur l’endettement per­son­nel et sur l’arrimage de l’offre de for­ma­tion à la demande en « capi­tal humain » (main-d’œuvre hau­te­ment qua­li­fiée) expri­mée par les entre­prises. Cette opé­ra­tion, qui inter­vient au moment d’une crise struc­tu­relle des éco­no­mies avan­cées, risque fort d’entraîner une nou­velle « bulle spé­cu­la­tive » dont les étu­diant-e-s et l’ensemble des ménages feront les frais.

Les commentaires sont fermés.