L’empire américain n’a pas dit son dernier mot

Sam Gindin, extraits d’un texte paru dans New Politics, été 2021

 

Il y a quelque 170 ans, Marx et Engels ([1848] 1998) ont parlé de la tendance inhérente du capitalisme à « se nicher partout, s’installer partout, établir des connexions partout ». Pourtant, Marx et Engels n’avaient pas tout à fait raison. Leur déclaration radicale a ignoré le rôle des États et la possibilité qu’ils deviennent des obstacles à une économie mondiale relativement homogène. A la fin du XIXe siècle, le capitalisme mondial s’est fragmenté en empires semi-exclusifs. Et dans la première moitié du XXe, deux guerres mondiales et la Grande Dépression ont laissé l’économie mondiale en lambeaux et ont miné la confiance dans la possibilité même d’un capitalisme global. Un capitalisme mondial devait être créé , et les États étaient à la fois des barrières et un élément central de cette création.

Ce qui a réellement émergé dans les décennies qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale, c’est une « internationalisation » des États, qui en sont venus à assumer la responsabilité de l’établissement des conditions sur leurs propres territoires pour l’accumulation mondiale. Les droits de propriété ont été soutenus indépendamment de la nationalité, les différences de traitement des capitaux nationaux et étrangers se sont estompées et des accords internationaux permettant un commerce plus libre et la libre circulation des capitaux ont été volontairement signés. Tout cela a surmonté l’apparente contradiction entre les États nationaux et la production internationale : l’internationalisation de la production reposait sur les épaules des États internationalisés.

Cette contingence reposait cependant sur une autre : l’émergence d’un État américain ayant l’intérêt et la capacité de faciliter et d’encadrer cette transformation des États.  Un nouveau type d’empire émergeait qui se caractérisait comme un « non-empire ». Il entendait remplacer tous les empires exclusifs par un capitalisme mondial universel dans lequel chaque État serait souverain, et l’interaction des économies nationales serait régie et régulée non par la force ou des mécanismes administratifs, mais par la concurrence économique à travers les marchés.

Cette seconde condition, l’ubiquité des marchés, limitait bien entendu la première, la souveraineté des États. Les États étaient prétendument libres de suivre leur propre voie, mais l’éventail des options excluait, sauf dans des circonstances spéciales et temporaires, tout droit de limiter l’exportation de leurs ressources, de réguler les flux de capitaux entrant et sortant de leur pays ou de protéger les marchés pour les producteurs nationaux — peu importe une décision de renverser les engagements envers la propriété privée et d’envisager une sortie de l’ordre mondial capitaliste. Les interventions militaires pour « corriger » cette résistance ont donc persisté. Néanmoins, l’intérêt de telles interventions continues était historiquement distinct. Leur motivation n’était pas principalement de piller, de soutenir une entreprise en particulier ou de rétablir un contrôle territorial permanent.

La continuité dans le changement

L’intégration du capitalisme mondial sous l’égide des États-Unis a apporté de grands avantages au capital américain et, pendant un certain temps, à ses travailleurs également. Mais puisqu’un capitalisme mondial nécessitait la dispersion internationale de la production, il s’accompagnait de profonds changements dans la division mondiale du travail. Aux États-Unis, par exemple, 91 000 usines de fabrication nettes ont fermé de 1997 au début de la pandémie de COVID-19 de 2020-2021, et près de cinq millions d’emplois manufacturiers ont disparu (Scott 2020).

Bien que cela inclue la dévastation de secteurs et de pans importants de l’économie américaine, et l’affaiblissement concomitant d’une classe ouvrière déjà faible, il ne s’ensuit pas nécessairement que cela représente un déclin de la puissance productive américaine. D’une part, malgré la perte d’emplois, la valeur réelle de la production manufacturière a en fait augmenté d’environ 20 % au cours de la même période. Il s’est avéré que la réponse des travailleurs a été relativement modérée, contenue par le capital, l’État et une concurrence croissante. En l’absence de perturbations et de contraintes de la classe ouvrière sur la façon dont le capital pourrait aller de l’avant, le capital américain et l’État américain se sont retrouvés avec l’espace et le temps pour développer des réponses.

La question critique n’est donc pas de savoir si le capital américain avait des faiblesses, mais si, compte tenu de la marge de manœuvre, il avait la résilience, les compétences et la créativité pour s’adapter. Ce que le capital américain a démontré, c’est que malgré les déplacements très importants de l’industrie manufacturière à l’étranger, il était capable de passer à des secteurs plus stratégiques . Aujourd’hui, les entreprises américaines se situent au sommet de la pyramide mondiale de la fabrication et des services commerciaux de haute technologie. Les États-Unis restent un leader dans la fabrication de semi-conducteurs, d’équipements de télécommunications, de produits aérospatiaux, de produits pharmaceutiques, d’équipements médicaux, de machines industrielles et d’équipements de précision, et dominent dans le traitement des données, l’ingénierie, la comptabilité, la publicité, le droit, le conseil, et bien sûr la finance.

Pourtant, les déficits commerciaux américains d’année en année, largement compensés par les entrées de capitaux étrangers, ne sont-ils pas des indicateurs d’un certain degré de déclin ? Pour la plupart des pays, ce serait en effet un problème, faisant pression sur leur monnaie ou imposant des mesures d’austérité. Mais en raison de la position mondiale du dollar américain, une telle pression n’est pas déterminante pour les États-Unis. En fait, plutôt que des signes de faiblesse, ces déficits constants représentent une force : l’accès privilégié des entreprises et des consommateurs américains aux composants et biens de consommation fournis par la force de travail (sous-évaluée) des travailleurs d’ailleurs et l’accès privilégié des États-Unis à l’épargne mondiale car les revenus des exportations vers les États-Unis (et plus généralement de l’épargne) sont recyclés vers les marchés financiers américains.

La centralité du dollar américain et l’attraction des marchés financiers du pays ne résultent pas du fait qu’il oblige les capitaux étrangers à venir aux États-Unis. Cette situation vient parce qu’elle est attirée par la profondeur des marchés financiers américains ; parce qu’elle permet de garder les monnaies de ces pays « compétitives » et les travailleurs employés (un facteur particulièrement pertinent pour la transition chinoise hors de l’agriculture) ; et à cause de la confiance dans les États-Unis en tant qu’ultime défenseur des droits de propriété. Cette confiance est quelque chose de « mérité » et a constamment besoin de se reproduire ; elle est inséparable de la capacité des entreprises, et surtout de l’État, à contenir les attentes — et la force — du travail. Par conséquent, une évaluation du déclin américain nécessite une compréhension non seulement des tendances économiques numériques,

La crise financière comme tournant ?

La crise financière de 2008-2009 était une crise véritablement structurelle dans le sens où, en son sein, personne ne savait vraiment comment ou si elle pouvait être résolue. Et avec cela, les allusions à l’effondrement du leadership mondial américain étaient omniprésentes. D’une part, la prédominance croissante des marchés financiers sur le reste de l’économie apparaît comme un indicateur décisif du passage de l’activité productive à la spéculation et au parasitisme d’une économie de papier. D’autre part, les marchés financiers étaient hors de contrôle, et cela se passait dans le ventre de l’empire. L’intervention massive de l’État introduite pour surmonter la confusion menaçante affichée a semblé définitivement nier le capitalisme néolibéral précédemment prêché par les élites économiques et politiques, laissant l’avenir dans le doute.

Rétrospectivement, cependant, la fin projetée du leadership américain ne s’est pas concrétisée. Voyons pourquoi. Premièrement, il est particulièrement important de bien appréhender la place de la finance dans le capitalisme moderne. Les contrastes hyperboliques entre finance « spéculative » et biens et services « concrets » peuvent mobiliser la colère populiste, mais ils empêchent de saisir que la finance fait partie intégrante du capitalisme, et n’est donc pas un univers sombre parallèle en marge. Une partie de ce qui fait du capitalisme un système social si déplaisant est précisément que le type de finance qui se développe parallèlement au capitalisme est si fonctionnel à l’économie « productive ». L’industrie le sait, et les appels de l’industrie à freiner la finance sont rares (en effet, il ne faut pas se faire d’illusions sur les alliances avec les « bons » capitalistes industriels contre les « mauvais » financiers).

Le système financier facilite la couverture des risques de change et autres par les industries mondiales, permettant l’accélération des échanges internationaux recherchés par les sociétés multinationales. Et la finance, toujours au cœur de la restructuration capitaliste, l’est devenue beaucoup plus dans le contexte de la concurrence mondiale et des opportunités mondiales. Malgré toutes sortes de dysfonctionnements, la finance reste au cœur de la réaffectation du capital là où elle est la plus rentable, aide à financer les fusions, fournit du capital-risque crucial à de nouveaux secteurs et a contribué de manière significative à la transformation interne des sociétés non financières en « rationaliser » leur allocation de capital à travers leurs divisions. Au nom du capital dans son ensemble, les disciplines financières stipulent de limiter les dépenses sociales,

Le néolibéralisme n’a pas non plus été balayé. La clé ici réside dans la compréhension du néolibéralisme non pas en termes de polarisation État-marché, mais autour du pouvoir de classe et d’un changement explicite vers le renforcement de l’équilibre des forces de classe vers le capital. Libérer les marchés pour imposer leur discipline aux travailleurs en faisait partie, mais pour libérer les marchés et les empêcher ensuite de devenir incontrôlables. L’intervention de l’État était nécessaire, même s’il s’agissait d’un autre type d’intervention réglementaire. Le gouvernement a masqué ce biais de classe en accordant une plus grande importance, dans sa gestion de la macro-économie, à la politique monétaire, par opposition à la politique budgétaire. Alors que la politique budgétaire du gouvernement (fiscalité et dépenses) fonctionne avec un certain degré de transparence et de contrôle parlementaires et tend donc à des degrés de politisation, la réglementation monétaire a une aura de gestion neutre et se manifeste par les efforts de la Réserve fédérale américaine, derrière le miroir, pour ajuster la masse monétaire, affecter les taux d’intérêt et influencer les marchés financiers.

L’issue de la crise financière a confirmé deux aspects cruciaux du leadership américain : premièrement, la volonté de la Réserve fédérale d’agir de manière décisive pour préserver le système financier américain ; et deuxièmement, la conscience de l’État américain de ses responsabilités internationales. Consciente du stress sur les institutions financières européennes, la Fed a discrètement fourni aux banques centrales étrangères les dollars américains nécessaires (pendant la pandémie de COVID-19). Et bien que la profondeur de la crise financière et son impact sur les systèmes de paiement aient interrompu certains flux commerciaux, l’administration américaine a réuni le G20 pour confirmer la nécessité de continuer à soutenir pleinement le maintien d’un commerce plus libre. Après une période de grande incertitude et de chaos,