Le plan Biden peut-il relancer l’accumulation ?

Cédric Durant[1], extraits d’un texte paru dans New Left Review, juin 2021

Depuis les années 1980, le rouleau compresseur néolibéral a continué son œuvre à travers diverses phases d’expansion et de contraction. L’hégémonie du dollar s’est renforcée. Les pays du Sud ont été mis à genoux par le coût croissant du service de la dette et contraints d’adopter des programmes d’ajustement structurel, élaborés par le FMI et la Banque mondiale en coordination avec le Trésor américain. Dans le nord global, les rendements financiers ont été systématiquement privilégiés par rapport aux normes du travail, à l’emploi, aux conditions écologiques et aux perspectives de développement. Maintenant, en 2021, il y a des signes que cette ère touche enfin à sa fin. Mais dans quelle mesure et par quels moyens ?  Les plans Biden ne sont-ils qu’une nouvelle inflexion des normes néolibérales, ou constituent-ils une rupture nette avec le régime antérieur ?

Un retour vers le keynésianisme ?

Le Wall Street Journal, principal journal conservateur américain nous avertit que « Joe Biden est peut-être le président le plus anti-business depuis FDR ». Son administration met en œuvre « un programme Bernie Sanders-Elizabeth Warren qui étendrait considérablement le contrôle du gouvernement sur les entreprises et l’économie ». Le WSJ n’est pas particulièrement perturbé par la frénésie de dépenses de Biden, mais il est furieux de l’augmentation prévue des impôts sur les sociétés et sur la fortune, ainsi que de la tentative de renforcer l’organisation syndicale avec le Pro Act, qui est dit-il « la législation du travail la plus ambitieuse depuis les années 1930 ».

Le Pro Act pourrait en effet avoir de fortes conséquences, à la fois économiquement et politiquement, si le pouvoir associatif croissant du travail ouvrait un espace pour une syndicalisation élargie, une amélioration des conditions sociales et un rajeunissement de la politique de la classe ouvrière. Son effet sera cependant compromis tant qu’il y aura une grande armée de réserve de chômeurs et de travailleurs sous-employés, exerçant une pression à la baisse sur les salaires et les conditions de travail. L’emploi aux États-Unis reste gravement déprimé, et Biden a notoirement baissé le salaire minimum de 15 $ du programme de secours Covid. Néanmoins, la réduction du chômage et du sous-emploi semble être un objectif.

Le plan de relance de 1,9 billion de dollars de Biden combiné aux plans de Trump a injecté un total de 5 billions de dollars – près de 25% du PIB – dans l’économie américaine, la plus importante expansion budgétaire jamais enregistrée en temps de paix. Plus que suffisant pour relancer l’économie de son creux de Covid-19, ce volontarisme économique est une rupture sans ambiguïté avec la modération fiscale de l’administration Obama et l’austérité dogmatique de l’UE. Son importance idéologique ne doit pas être sous-estimée. Comme l’a noté Serge Halimi dans le numéro d’avril du Monde diplomatique, l’un des aspects les plus prometteurs du plan de sauvetage américain était son universalité. Fin avril, plus de 160 millions d’Américains avaient reçu un chèque du Trésor de 1 400 $. C’était une rupture avec l’idéologie punitive des subventions sociales néolibérales, généralement distribuées dans des conditions strictes et humiliantes. Il ouvre la voie à des mesures plus larges, en vue des élections de mi-mandat de 2022.

Des politiques qui ne sont pas à la hauteur des ambitions

Pour Brian Deese, chef du Conseil économique national de Biden, anciennement PDG du géant de l’investissement BlackRock, le plan de relance ne représente pas une rupture avec le modèle habituel des technocrates de Wall Street-Washington, bien que selon lui, les conditions actuelles exigent des changements importants. En effet, l’administration ne peut plus ignorer les sécheresses, les incendies et les ouragans qui ont fait du changement climatique une réalité concrète aux États-Unis. Selon Deese, toute politique économique doit être une politique climatique, et pour être politiquement durable, elle doit également être une politique de l’emploi.

Cependant, le principal problème du plan américain pour l’emploi est que son échelle est considérablement sous-dimensionnée. Leurs 4,05 billions de dollars combinés font de gros chiffres. Mais cela doit être étalé sur une décennie, de sorte qu’au total, cela ne représente que 1,7 % du PIB par an – ce qui est ridiculement faible pour la prétention de « reconstruire une nouvelle économie » et une fraction des 16 300 milliards de dollars (ou 7,6 % du PIB par an) proposé par le Green New Deal de Sanders. Concernant les infrastructures, l’American Society of Civil Engineers estime que 2,590 milliards de dollars d’investissements supplémentaires sont nécessaires simplement pour maintenir l’infrastructure existante pour 2020-29. Le plan de Biden aidera à maintenir le secteur ferroviaire existant, mais ne l’étendra pas pour se substituer aux voitures ou aux avions. La soi-disant « transition verte » de Biden vise à « nettoyer » les processus existants, et non à transformer les modes de vie et de consommation.

Préserver le pouvoir du 1 %

Parallèlement, l’administration Biden prévoit une augmentation modeste de l’impôt sur les sociétés, de 21% à 28% – un peu moins que le taux de 35% avant Trump – et appelle à un taux global minimum de 15%. Le taux maximum de l’impôt sur le revenu passera de 37% à 39,6%, et les taux d’imposition ordinaires pourraient être appliqués aux gains en capital et aux dividendes pour les Américains gagnant plus de 1 million de dollars par an. Idéologiquement, son articulation même est une réfutation de l’affirmation néo-schumpétérienne selon laquelle les incitations pour les propriétaires de capital sont les principaux moteurs de l’innovation et de l’emploi. C’est d’autant plus impérieux à une époque où le capital surabondant est extrêmement bon marché, l’investissement privé est déprimé et le besoin d’infrastructures publiques et sociales est largement reconnu. Depuis 2008, les actifs financiers sont gonflés par des politiques budgétaires et monétaires favorables aux entreprises. Sous ce régime d’escalade du pillage, la finance s’est déconnectée des processus basés sur le marché. Elle est soutenue par des subventions cachées et des interventions de la Banque centrale pour soutenir la structure des passifs générés par le levier financier et la spéculation.

Entre les réformes et la défense du système

Ce virage est-il suffisant pour faire face aux crises sociales et écologiques du siècle ? Pas presque. Altère-t-elle les relations de classe essentielles ? Au contraire : il s’efforce de relégitimer l’ordre social. Est-ce sans ambiguïté ? Non : alors que les financements privés ont été exclus des nouveaux projets d’infrastructure nationaux, les États-Unis continuent de conduire la privatisation et la déréglementation dans les pays du Sud et intensifient leur nouvelle guerre froide contre la Chine. Cela va-t-il propulser une nouvelle phase d’expansion économique ? J’en doute, en raison de l’ampleur de la suraccumulation mondiale et de l’extinction de la manne de l’industrialisation. Même ainsi, 2021 restera dans les mémoires comme le moment où le capitalisme mondial a été réorganisé au-delà du néolibéralisme, un changement tectonique qui modifiera irrévocablement le terrain de la lutte politique. Que nous soyons arrivés à ce moment ne devrait pas être une surprise. De nombreux signes montrent que la boîte à outils néolibérale s’avère de moins en moins efficace pour la gestion quotidienne de l’accumulation de capital. La crise de la zone euro, les vagues mondiales de protestation « populiste », la nouvelle affirmation des monopoles numériques, sont des indications d’une instabilité systémique croissante. En plus de cela, la pandémie a accéléré la pression pour le changement. Ce n’est pas beaucoup. Mais pour des gens comme moi, nés dans les années 1970 ou après, cela ouvre de nouvelles possibilités.


[1] Cédric Durant est professeur à l’Université de Paris-13, contributeur à la revue Contretemps et membre du Conseil scientifique d’Attac-France.