Le moment actuel du Forum social mondial

Par Mis en ligne le 27 janvier 2012

Chico Whitaker, l’un des cofon­da­teurs du Forum social mon­dial (FSM), fait le point sur cette nébu­leuse que l’on appelle le FSM, et qu’il fau­drait mettre au plu­riel. Cet entre­tien paraît au moment où se réunit à Davos (Suisse) le Forum éco­no­mique mon­dial. Le pro­chain FSM, lui, aura lieu en 2013 sans doute dans un pays arabe, étape d’un « prin­temps » qui se pro­longe heureusement.

Chico Whitaker : Je reviens du Conseil inter­na­tio­nal du Forum social mon­dial qui vient de se tenir au Bangladesh, juste après le Forum social de l’Asie du Sud, à Dhaka au Bangladesh. Ce fut une occa­sion de ren­con­trer tant de gens du Népal, du Pakistan, de l’Inde, du Bangladesh…

Développement et civi­li­sa­tions : Quel moment vit actuel­le­ment le FSM ?

CW : Le Forum social mon­dial est tou­jours à la recherche de son chemin, pour que ses objec­tifs puissent se réa­li­ser et que son mes­sage d’espoir – « un autre monde est pos­sible » – puisse atteindre toutes les régions du monde. Il s’agit d’un pro­ces­sus continu. Tenir une réunion du Conseil inter­na­tio­nal à Dhaka avait pour objec­tif de porter atten­tion à l’Asie du Sud, en appuyant l’initiative locale d’y orga­ni­ser un Forum régio­nal. Jusqu’ici, l’Asie avait été peu tou­chée par ce pro­ces­sus, à l’exception brillante du FSM de 2004 à Mumbai, en Inde, qui avait été pré­cédé du Forum social régio­nal à Hyderabad, éga­le­ment en Inde, en 2003.

La ren­contre de Dhaka fut une oppor­tu­nité, pour les orga­ni­sa­tions inter­na­tio­nales qui consti­tuent le Conseil inter­na­tio­nal du FSM, de prendre contact avec les orga­ni­sa­tions locales et de les sou­te­nir dans la réa­li­sa­tion de ce Forum social régio­nal. Il est clair que, lorsqu’un Forum social mon­dial se tient quelque part, 80% des par­ti­ci­pants viennent du pays lui-même. C’est pour cela qu’il faut faire en sorte que chaque édi­tion se tienne dans une zone géo­gra­phique dif­fé­rente. Cette ren­contre est alors l’occasion pour les mou­ve­ments et orga­ni­sa­tions de la région de prendre contact les uns avec les autres, tout en se liant aux luttes qui se mènent au niveau mon­dial. L’un des objec­tifs d’un Forum est de dépas­ser les divi­sions et les pra­tiques de concur­rence entre mou­ve­ments… Il s’agit de créer des espaces de ren­contre pour nouer des conver­gences, en dépas­sant les bar­rières et pré­ju­gés qui divisent, bar­rières qui pro­fitent tou­jours aux puis­sances domi­nantes. Le Forum aide ainsi la société civile du pays orga­ni­sa­teur à deve­nir un acteur poli­tique plus fort, non seule­ment dans le pays mais dans l’ensemble des luttes qui se mènent dans le monde.

D&C : Quels sont les pro­jets ou les pers­pec­tives actuelles du FSM ?

CW : Le Forum se tient tous les deux ans à l’échelle mon­diale. La ten­dance actuelle est de mul­ti­plier, entre deux Forums mon­diaux, les Forums au niveau régio­nal, natio­nal et même local, ou encore de tenir des Forums thé­ma­tiques. Ils sont en expan­sion. Dans l’année pré­cé­dant le FSM de 2011 à Dakar, il y a eu plus de 40 Forums régio­naux, natio­naux et thé­ma­tiques, un peu partout.

Une oppor­tu­nité spé­ciale nous sera donnée bien­tôt avec la tenue de la Conférence des Nations unies dite « Rio+20 », pour les 20 ans du Sommet de la Terre de Rio de 1992. Des réunions pré­pa­ra­toires se sont tenues à New York. Il y a éga­le­ment eu, au mois de novembre 2011, la réunion sur le chan­ge­ment cli­ma­tique à Durban. Des mou­ve­ments et orga­ni­sa­tions qui se sont rap­pro­chés tout au long du pro­ces­sus FSM orga­nisent ensemble des ren­contres de la société civile qui auront lieu en paral­lèle des réunions de l’ONU. Dans ce cadre, plu­sieurs Forums sociaux locaux ou thé­ma­tiques ont eu lieu ou se pré­parent (à Porto Alegre et à São Paulo, au Brésil, à Sarajevo, en Bosnie-Herzégovine, etc.)

La pro­chaine réunion du Conseil inter­na­tio­nal se tien­dra au Kurdistan, afin d’appuyer les luttes de ce peuple. Durant cette réunion, nous allons pro­ba­ble­ment fixer le lieu du pro­chain FSM, en 2013, prévu pour le moment au Caire. Ce sont bien sûr les per­sonnes ori­gi­naires du pays qui doivent déci­der, in fine, si elles veulent bien s’engager dans la lourde tâche d’organiser un Forum mondial.

Lire le texte com­plet (PDF – 177.6 ko)

Les commentaires sont fermés.