Le modèle de croissance anglo-saxon en théorie et en pratique ; Analyse du régime de croissance américain

La légitimation théorique du modèle de croissance anglo-saxon repose normalement sur sa capacité à générer une croissance économique qui profite à tous et d’accroître les investissements et les innovations, ce qui assure une plus grande compétitivité nationale. Après avoir présenté ce modèle et en se concentrant sur le cas des États-Unis, nous montrerons à travers une analyse empirique de la répartition des revenus que le régime de croissance économique mis en place depuis le début des années 1980 ne profite pas à l’ensemble de la population américaine mais que, au contraire, les gains de la croissance sont concentrés entre les mains d’une élite. Ensuite, nous montrerons que le modèle ne conduit pas à une croissance des investissements productifs mais plutôt à une concentration industrielle en alimentant une vague de fusions-acquisitions. En conclusion, nous questionnerons les conditions de viabilité du modèle à terme.
Mis en ligne le 13 octobre 2009

Le modèle de crois­sance anglo-saxon en théorie et en pra­ti­que ; Analyse du régime de crois­sance américain

Article publié dans Les cahiers de Recherche socio­lo­gi­que, #45, jan­vier 2008 : 93-111.

Par Marc-André Gagnon,
Chargé de cours en économie, socio­lo­gie et science poli­ti­que à l’UQAM et à l’Université
de Montréal. Doctorant de science poli­ti­que à l’Université York, sa thèse porte sur la
nature du capi­tal dans l’économie du savoir ainsi que sur l’économie poli­ti­que de
l’industrie phar­ma­ceu­ti­que.

Voir le docu­ment PDF pour la suite de l’article :

Le modèle de crois­sance anglo-saxon en théorie et en pra­ti­que ; Analyse du régime de crois­sance américain 

Les commentaires sont fermés.