Communqué

Le gouvernement Harper s’opposera aux revendications du peuple palestinien pour l’obtention du statut d’État

Par Mis en ligne le 18 juillet 2011

Montréal, le 12 juillet 2011— Selon la CBC et le Toronto Star, un porte-parole du ministre des Affaires étran­gères du Canada a indi­qué que son gou­ver­ne­ment s’opposera à la reven­di­ca­tion de l’Autorité pales­ti­nienne pour l’obtention du statut d’État. La demande devrait être votée à l’ONU en sep­tembre. Le porte-parole Chris Day a déclaré que « la seule solu­tion à ce conflit en est une négo­ciée et conclue entre les deux par­ties ». Il a ajouté que « l’un de ces pays sera un État juif et devra être reconnu comme tel, alors que l’État pales­ti­nien devra être une zone démi­li­ta­ri­sée ».

Les négo­cia­tions de paix israélo-pales­ti­niennes ont échoué en sep­tembre 2010. Une des prin­ci­pales pierres d’achoppement fut la reprise par Israël de la construc­tion de colo­nies illé­gales exclu­si­ve­ment juives sur les ter­ri­toires pales­ti­niens. L’autre fut l’introduction par l’administration Netanyahou d’une nou­velle condi­tion préa­lable aux négo­cia­tions : que le peuple pales­ti­nien recon­naisse Israël comme un « État juif ». Le trans­fert par Israël de ses civils sur les ter­ri­toires pales­ti­niens, occu­pés mili­tai­re­ment par Israël depuis 1967, viole le droit inter­na­tio­nal et fut à maintes reprises cri­ti­qué par la plu­part des membres de l’ONU. Le gou­ver­ne­ment israé­lien n’a ni cla­ri­fié ce qu’il enten­dait par « État juif » ni défini ce qu’il consi­dé­rera comme ses fron­tiêres.

« Compte tenu du manque fla­grant d’engagement de la part d’Israël envers une solu­tion négo­ciée pour résoudre le conflit, nous sommes conster­nés par le rejet du gou­ver­ne­ment cana­dien de la reven­di­ca­tion pales­ti­nienne pour l’obtention du statut d’État », affirme Thomas Woodley, pré­sident de Canadiens pour la jus­tice et la paix au Moyen-Orient (CJPMO). L’organisation rap­pelle que le droit d’une nation à l’autodétermination est pro­tégé par le droit inter­na­tio­nal. Il est éga­le­ment pri­mor­dial de sou­li­gner que le plan de par­tage de la Palestine de 1947 pré­voyait ini­tia­le­ment la créa­tion d’un État pales­ti­nien. Les membres de l’ONU ont une obli­ga­tion d’appuyer sa créa­tion sans délai.

Le porte-parole des Affaires étran­gères du Canada n’a pas fait men­tion de ce que son gou­ver­ne­ment était prêt à faire pour pres­ser Israël de res­pec­ter le droit inter­na­tio­nal afin que des négo­cia­tions de paix concrètes puissent com­men­cer. CJPMO fait remar­quer que malgré le recours fré­quent à des actions mili­taires meur­triêres par Israsl à l’encontre du peuple pales­ti­nien, M. Day n’a pas exhorté Israël – la qua­trième puis­sance mili­taire au monde – à deve­nir un État « démi­li­ta­risé ». CJPMO croit que les poli­tiques cana­diennes concer­nant le Moyen-Orient doivent expri­mer des attentes équi­va­lentes envers tous les bel­li­gé­rants.

À propos de CJPMO – Canadiens pour la jus­tice et la paix au Moyen-Orient (CJPMO) est une orga­ni­sa­tion sécu­liêre, sans but lucra­tif, regrou­pant des hommes et des femmes d’horizons divers qui œuvrent pour que la paix et la jus­tice renaissent au Moyen-Orient. Elle a pour voca­tion de res­pon­sa­bi­li­ser les per­sonnes d’influence à trai­ter les pro­ta­go­nistes avec équité et à favo­ri­ser l’essor durable et équi­li­bré de la région.

Pour plus d’informations, veuillez com­mu­ni­quer avec Patricia Jean au 438-380-5410.
Canadiens pour la jus­tice et la paix au Moyen-Orient : www​.cjpmo​.org

Ce com­mu­ni­qué de presse peut être repro­duit, en tota­lité ou en partie, sans auto­ri­sa­tion.

– 30 –

Les commentaires sont fermés.