Élections fédérales

Le FRAPRU installe des tentes rouges devant des centres de recrutement de l’armée canadienne

Par Mis en ligne le 21 avril 2011

Le mardi 19 avril, 75 per­sonnes ont par­ti­cipé à une mani­fes­ta­tion du FRAPRU au centre-ville de Montréal. Elles ont ins­tallé des tentes rouges, sym­bole de l’urgence des pro­blèmes de loge­ment et d’itinérance, devant un centre de recru­te­ment des Forces armées cana­diennes. Une quin­zaine de per­sonnes ont posé le même geste à Rimouski.

Le FRAPRU veut accen­tuer la pres­sion sur les partis poli­tiques, et en par­ti­cu­lier sur le Parti conser­va­teur de Stephen Harper qui n’a encore pris aucun enga­ge­ment en matière de loge­ment social, pour qu’ils s’engagent à chan­ger radi­ca­le­ment de cap, en rédui­sant les dépenses mili­taires et en accrois­sant l’aide fédé­rale aux mal-logés et aux sans-abri du Canada.

Ces inter­ven­tions ont été faites dans le cadre d’une jour­née d’action appe­lée par la Campagne des tentes rouges, une coa­li­tion cana­dienne pour le droit au loge­ment. Des mani­fes­ta­tions ont aussi eu lieu à Winnipeg et Vancouver.

Le FRAPRU a pro­fité de l’occasion pour rap­pe­ler que les dépenses mili­taires du gou­ver­ne­ment cana­dien soient main­te­nant 11 fois plus éle­vées que les sommes qu’il consacre au loge­ment. En 2011-2012, les pré­vi­sions de dépenses du Ministère de la Défense natio­nale s’élèvent à 21,3 mil­liards $ et celles de la Société cana­dienne d’hypothèques et de loge­ment, l’agence fédé­rale en matière d’habitation, à 1,9 mil­liard $. En 2005-2006, avant l’arrivée au pou­voir de Stephen Harper, les dépenses mili­taires étaient 6 fois plus hautes que celles consa­crées au loge­ment, soit 13,4 mil­liards $ contre 2,2 mil­liards $. Le FRAPRU s’inquiète du fait que cette dis­pro­por­tion est appe­lée à s’élargir encore davan­tage dans les années à venir, avec l’achat et l’entretien de 65 avions de combat F-35 au coût de 30 mil­liards $, d’une part, et la fin des inves­tis­se­ments pour la construc­tion de nou­veaux loge­ments sociaux.

Des demandes aux partis

Le FRAPRU reven­dique que tous les partis s’engagent à consen­tir des inves­tis­se­ments récur­rents de 2 mil­liards $ par année dans de nou­veaux loge­ments sociaux.

Il demande aussi que le pro­chain gou­ver­ne­ment main­tienne son aide finan­cière aux 600 000 loge­ments sociaux réa­li­sés par le passé, dont 120 000 au Québec, même une fois que les ententes à long terme, signées avec Ottawa en vue de leur réa­li­sa­tion, sont expi­rées. Cette mesure est néces­saire pour que les ménages à faible revenu qui demeurent dans ces loge­ments puissent conti­nuer à le faire, sans consa­crer un pour­cen­tage extra­va­gant de leur revenu au loyer.

Les commentaires sont fermés.