Le coup d’état raté de Bolsonaro

Brazilian President Jair Bolsonaro waves as he joins thousands of fans marching to show their support, in Sao Paulo, on September 7, 2021, on Brazil's Independence Day. Fighting record-low poll numbers, a weakening economy and a judiciary he says is stacked against him, President Jair Bolsonaro has called huge rallies for Brazilian independence day Tuesday, seeking to fire up his far-right base. (Photo by Miguel SCHINCARIOL / AFP)

Alex Hochuli, Jacobin, 9 septembre 2021

Les manifestations pro-Bolsonaro qui se sont déroulées cette semaine au Brésil et dont certains craignaient qu’elles ne soient le premier acte d’un coup d’État n’ont rien donné de tel. De plus, la rhétorique antidémocratique habituelle du président n’a pas pu masquer le fait que la démonstration de force qu’il avait prévue a été un échec. Pourtant, les inquiétudes concernant la violence politique dans l’avenir du Brésil sont peut-être encore fondées.

Les manifestations du 7 septembre, qui ont eu lieu le jour de la fête nationale célébrant l’indépendance du Brésil, étaient les manifestations bolsonaristes les plus soigneusement organisées et planifiées depuis sa victoire électorale en 2018. Bolsonaro avait déclaré seulement une semaine auparavant que « le peuple brésilien n’aura jamais une aussi grande opportunité que le 7 septembre. »

Cependant Bolsonaro est de plus en plus encerclé. L’économie est en mauvais état, et une grande partie de l’élite politique et économique du pays s’est retournée contre lui. Le niveau de vie de la population est réduit par l’inflation des prix des denrées alimentaires et des carburants, dans un contexte de chômage élevé ; ses sondages, quant à eux, ont chuté. Bolsonaro, sa famille et son entourage font également l’objet de nombreuses enquêtes judiciaires, dont certaines sont criminelles.

C’est cette faiblesse, combinée à un noyau dur fervent qui comprend des forces militaires et policières, qui fait que beaucoup pensent que le moment est instable. Que se passerait-il si les partisans de Bolsonaro prenaient d’assaut la Cour suprême ou le Congrès ? Et si les forces de police se mutinaient ? Que fera l’armée ?

Bien que ces questions demeurent et que rien n’indique que Jair Bolsonaro quitterait le pouvoir de manière pacifique s’il perdait les élections d’octobre 2022 comme prévu, son intransigeance ne peut compenser un fait fondamental : les choses ne semblent pas prometteuses pour Jair Bolsonaro.

La période précédant les manifestations de cette semaine a été abordée par les médias locaux et surtout internationaux comme une possible répétition de l’émeute du Capitole à Washington, DC, le 6 janvier. De telles comparaisons sont pires qu’inutiles. Le 6 janvier n’a jamais été une véritable menace pour la démocratie aux États-Unis – mais Bolsonaro pourrait l’être.

Le 6 janvier a été beaucoup mythifié par ceux qui ont intérêt à parler de la menace insurrectionnelle trumpienne, comme l’establishment démocrate et le FBI. En fait, ce dernier n’a trouvé aucune preuve d’un complot planifié de manière centralisée, et il n’est pas prévu d’inculper les personnes impliquées de conspiration séditieuse. Les Trumpistes n’ont tué personne, et la seule mort violente a été un policier qui a tiré à bout portant sur un manifestant pro-Trump. Ce n’était pas un coup d’État, ni même une tentative de coup d’État respectable. Au contraire, toute la transition administrative aux États-Unis a vu la grande masse de l’establishment confirmer les résultats de l’élection. Il n’y avait aucun risque de coup d’État militaire.

Au Brésil, la situation est bien plus précaire. L’élite n’a jamais été aussi attachée à l’institutionnalité qu’aux États-Unis. Après tout, ces élites ont soutenu le coup d’État militaire de 1964 au Brésil, et nombre de ses sbires politiques sont encore au Congrès. Depuis le coup d’État institutionnel contre la présidente Dilma Roussef en 2016, la démocratie s’est encore affaiblie.

Depuis l’arrivée de Bolsonaro au pouvoir, six mille militaires sont venus occuper des postes au sein du gouvernement fédéral, les hauts gradés étant fortement représentés dans le cabinet présidentiel. Dans tout le pays, des réservistes de l’armée et de la police ont été élus à des postes municipaux, étatiques et fédéraux. Le risque que les forces militaires et policières s’alignent pour lancer un coup d’État, avec ou à la place de Bolsonaro, mérite d’être sérieusement envisagé.

La réalité de la situation au Brésil, cependant, est que les conditions d’un coup d’État classique ne sont pas réunies. Contrairement à 1964, il n’y a pas de référence crédible au Brésil à une majorité morale – la société civile, la bourgeoisie, les militaires – tenant à distance les infiltrés communistes. L’élite n’est pas motivée par une rupture nette avec les normes constitutionnelles (une détérioration constante lui convient), la relation de Bolsonaro avec la plus grande puissance impériale du monde n’est pas solide (il a fallu plus d’un mois à Bolsonaro pour reconnaître la victoire de Joe Biden l’année dernière, et il n’est pas évident que les intérêts américains seraient mieux servis par une dictature que par les arrangements actuels), et la majorité des citoyens brésiliens ne soutiennent pas Bolsonaro. Bolsonaro parle plutôt au nom d’une minorité en difficulté. Il affirme que l’establishment veut faire revenir « le barbu », l’ancien président Lula da Silva.

L’équation politique est donc radicalement différente de celle du passé. Bolsonaro ne défend pas l’establishment et les « bons citoyens » contre une minorité. Même selon sa propre rhétorique, il est lui-même dans la minorité, menacé par l’establishment.

Cela était visible dans la composition des foules le 7 septembre. Son soutien inconditionnel est constitué d’intérêts sectoriels (en particulier les grandes et moyennes entreprises agroalimentaires et les camionneurs indépendants), des forces de répression (armée et police) et de divers groupes à motivation idéologique. Les plus importants de ces derniers sont les évangéliques, bien qu’ils ne constituent guère un bloc unifié.

Les divers autres groupes de droite – monarchistes, intégristes et adeptes du philosophe Olavo de Carvalho – forment le noyau militant du soutien de Bolsonaro. Ils peuvent générer beaucoup de bruit et de fureur sur les médias sociaux, mais leurs idées ne sont pas la base sur laquelle Bolsonaro a gagné la dernière élection – et elles ne le seront pas non plus en 2022. Ce sont des perdants et des sans-espoirs. En 2018, le sentiment anti-Parti des Travailleurs (antipetismo) et une révolte générale contre la classe politique ont été décisifs, d’une manière qu’ils ne seront probablement pas en 2022.

Selon les derniers sondages, 64 % des Brésiliens rejettent Bolsonaro. S’il y avait une élection demain, il ne recueillerait que 25 % de soutien au premier tour, et guère plus au second – contre 55 % pour Lula. Non seulement Bolsonaro est impopulaire, mais il est incapable d’aller au-delà de sa base dure, même dans un face-à-face avec Lula. L’antipetismo qui l’a fait élire il y a trois ans ne le sauverait pas aujourd’hui.

Pourtant, Bolsonaro continue d’insister – comme il l’a fait lors d’un rassemblement il y a une semaine, répété lors des manifestations de cette semaine – sur le fait que son objectif final est « la prison, la mort ou la victoire » et que le système électoral est une « farce ».

Quant à Bolsonaro, sa stratégie consistant à provoquer une réaction des institutions pour forcer une confrontation peut encore se poursuivre. Après tout, depuis que Bolsonaro a pris ses fonctions, il ne cherche guère à faire autre chose que de provoquer le chaos; il gouverne par la crise, car il est incapable de gouverner.

S’il perd les prochaines élections, quittera-t-il son poste ? Le joker dans le lot est la police militaire. Déjà à l’approche des manifestations d’hier, on craignait que la police ne se mutine. Les forces de police actives sont interdites par la loi de toute manifestation politique. Ils peuvent voter, mais il leur est strictement interdit de prendre part à une manifestation ou de lui apporter un soutien vocal.

Ces dernières semaines, plusieurs commandants de réserve et de la police militaire à la retraite ont fait des déclarations en faveur des manifestations et de Bolsonaro. Un ancien commandant de la police de São Paulo – qui avait déjà fait la une des journaux en affirmant que le maintien de l’ordre devait être différent à Jardins, un quartier huppé de São Paulo, par rapport à la périphérie – a appelé les vétérans de la police à se manifester le 7 septembre. Plusieurs autres personnes ont publié des messages sur les médias sociaux, appelant les gens à descendre dans la rue pour défendre Bolsonaro ou « combattre le communisme ».

Ce qui est inquiétant pour Bolsonaro, c’est que la mise en accusation commence à devenir plus probable. Il a acheté le soutien du Congrès en offrant à une masse de partis de droite connus sous le nom de Centrão des bureaux et des fonds. Il est dans leur poche. Mais comme les marchés se méfient de plus en plus de l’instabilité politique – et que les réformes néolibérales ne semblent pas être une priorité présidentielle – des pressions pourraient être exercées sur les différents partis de centre et de droite pour se débarrasser de lui. Dans les heures qui ont suivi les manifestations du 7 septembre, plusieurs de ces partis ont annoncé qu’ils se réunissaient pour discuter de la destitution.

Si cela devait se faire, cela aurait l’avantage supplémentaire, à leurs yeux, d’ouvrir la voie à un candidat de « troisième voie ». Jusqu’à présent, aucun candidat de la droite dominante n’a réussi à obtenir des résultats à deux chiffres, l’électorat étant polarisé entre Bolsonaro et Lula. Mettre Bolsonaro hors-jeu ouvrirait la voie à une figure de centre-droit plus traditionnelle pour tenter de reconquérir les électeurs qui ont été perdus par la poussée de l’extrême droite en 2018.