Malgré l’absence de candidature

Le 29e congrès de la FTQ s’est déroulé sur toile de fond électorale

Par Mis en ligne le 07 décembre 2010

Les réso­lu­tions sou­mises au congrès ont peu permis d’effectuer un bilan poli­tique de l’orientation prise par la direc­tion de la FTQ durant le der­nier mandat.

Ce n’est pas tant l’allusion aux cour­riels ano­nymes de la part du pré­sident dans son dis­cours d’ouverture qui a marqué le malaise qui entou­rait ce congrès que le dis­cours du pré­sident de la CSQ, Réjean Parent lors de la pre­mière jour­née. Il a affirmé que Michel Arsenault a su tra­ver­ser la tem­pête et a fait preuve d’énormément de cou­rage et de déter­mi­na­tion sans jamais flé­chir. Poursuivant son dis­cours en disant que la FTQ consti­tue un pilier fon­da­men­tal, il a ajouté que le pré­sident de la FTQ a su rele­ver les défis. Dans le contexte de mécon­ten­te­ment qui régnait, son dis­cours était pour le moins auda­cieux sinon déplacé.

Claudette Carbonneau a pour sa part conservé un devoir de réserve en ce qui concerne les ques­tions internes de la FTQ et a axé son dis­cours sur les prin­ci­paux enjeux et la néces­saire solidarité.

Les réso­lu­tions sou­mises au congrès ont peu permis d’effectuer un bilan poli­tique de l’orientation prise par la direc­tion de la FTQ durant le der­nier mandat. Par exemple les réso­lu­tions récla­mant l’adhésion de la FTQ à la coa­li­tion contre la tari­fi­ca­tion n’ont pu être trai­tées, puisque la créa­tion de l’Alliance Sociale a changé la pers­pec­tive. Le bilan de cette période n’a donc pu être fait. Le débat entou­rant l’adoption d’un projet de code d’éthique qui sera soumis au conseil géné­ral à l’automne 2011, a permis d’exprimer dans une cer­taine mesure la néces­sité de dres­ser des balises comme l’a si bien exprimé un délé­gué des TUAC : « est-ce qu’on peut s’entendre que les rela­tions avec le patro­nat ça doit se faire dans un bureau ! » Devant les allé­ga­tions de trop grande proxi­mité avec cer­tains entre­pre­neurs qui ont miné la cré­di­bi­lité de la cen­trale, Serge Cadieux, direc­teur exé­cu­tif du SEPB Québec et vice-pré­sident de la FTQ, a pour sa part insisté sur la néces­sité de poser des gestes concrets pour redon­ner confiance à l’ensemble des membres de la FTQ et à l’opinion publique.

L’incertitude concer­nant une pos­sible can­di­da­ture et le mécon­ten­te­ment exprimé depuis plu­sieurs semaines par dif­fé­rents sec­teurs de la FTQ a sur­ement favo­risé l’adoption de réso­lu­tions qui autre­ment auraient néces­sité un débat plus serré. Le congrès a ainsi adopté una­ni­me­ment le prin­cipe du droit à l’éducation incluant la gra­tuité sco­laire et dénonce le finan­ce­ment de l’éducation post­se­con­daire par une aug­men­ta­tion des frais de sco­la­rité. Il a aussi adopté le prin­cipe de l’universalité et la gra­tuité des soins de santé. Par ailleurs, la ques­tion de l’utilisation et de la natio­na­li­sa­tion de nos res­sources natu­relles feront l’objet d’un colloque.

Le congrès a éga­le­ment débattu d’une réso­lu­tion qui à l’origine deman­dait que les mises en can­di­da­tures à la pré­si­dence et au secré­ta­riat-géné­ral soient annon­cées deux mois à l’avance. Suite aux modi­fi­ca­tions appor­tées par le comité des sta­tuts, les délé­gués et délé­guées ont adopté une réso­lu­tion mitoyenne qui pré­voit que les mises en nomi­na­tions devront être faites à la fin de la pre­mière jour­née du congrès. Certains diri­geants de la cen­trale ont invo­qué que cette réso­lu­tion avait pour but d’empêcher des hur­lu­ber­lus de se pré­sen­ter à la der­nière minute. Pour la pre­mière fois depuis près de cin­quante ans l’ombre d’une can­di­da­ture se fait sentir et ces diri­geants, membres du bureau de la FTQ, nous disent qu’il faut se pré­mu­nir, se pro­té­ger. Voilà une bonne façon de mettre les membres à l’aise, bien­ve­nue la démocratie !

On ne peut trom­per l’ensemble d’un congrès com­posé de plus de 1300 délé­gués repré­sen­tant 348 sec­tions locales, 30 syn­di­cats et 16 conseils régio­naux. Cela nous semble une garan­tie suf­fi­sante à la démocratie.

Les commentaires sont fermés.