Des organisations interpellent les députés dans les régions

L’Alliance sociale veut obtenir un changement de cap budgétaire

Par Mis en ligne le 09 janvier 2011

Montréal, le 12 décembre 2010 – En pré­vi­sion du pro­chain budget du Québec, les orga­ni­sa­tions com­po­sant l’Alliance sociale inter­pel­le­ront cette semaine les dépu­tés dans toutes les régions du Québec. C’est sous le slogan Un autre Québec est pos­sible ! que l’Alliance sociale entame cette cam­pagne visant à obte­nir un chan­ge­ment de cap bud­gé­taire de la part du gou­ver­ne­ment Charest.

« Nous croyons fer­me­ment que des solu­tions pro­gres­sistes peuvent être appor­tées aux pro­blèmes sociaux et éco­no­miques actuels. Ce sont ces solu­tions pro­gres­sistes qui peuvent per­mettre à notre société de conti­nuer d’avancer. C’est pour­quoi nous inter­pel­lons tous les élus à l’Assemblée natio­nale afin qu’ils les sou­tiennent », a déclaré Michel Arsenault, pré­sident de la FTQ.

Des ser­vices publics et pro­grammes sociaux adéquats

L’Alliance sociale demande notam­ment la fin des com­pres­sions bud­gé­taires qui mettent en péril les ser­vices à la popu­la­tion et les pro­grammes sociaux tel­le­ment néces­saires, sur­tout en période de dif­fi­culté éco­no­mique. Elle sou­tient que ces com­pres­sions seront impos­sibles à réa­li­ser sans coupes de services.

« Le ministre Bachand doit cesser de pré­tendre que son budget n’entraînera pas de coupes dans les ser­vices offerts à la popu­la­tion. Il tente de nous berner, mais nous ne sommes pas dupes. Son approche doit être modi­fiée. Les ser­vices publics et les pro­grammes sociaux sont des leviers dans le déve­lop­pe­ment des régions du Québec et des rem­parts contre la pau­vreté et l’exclusion sociale. Ils doivent abso­lu­ment être pré­ser­vés », a ajouté Claudette Carbonneau, pré­si­dente de la CSN.

Davantage d’équité fiscale

Des ser­vices de santé et d’éducation publics et de bonne qua­lité, de même que de bons pro­grammes sociaux néces­sitent des inves­tis­se­ments impor­tants de la part de l’État. C’est pour­quoi l’Alliance sociale veut que le gou­ver­ne­ment Charest adopte une poli­tique fis­cale à la hau­teur des ambi­tions col­lec­tives des Québécoises et des Québécois.

L’Alliance sociale constate que ces der­nières années, le gou­ver­ne­ment a déve­loppé une stra­té­gie fis­cale hau­te­ment inéqui­table. En effet, les baisses d’impôts sur le revenu consen­ties ont aus­si­tôt donné lieu à des hausses de tarifs qui péna­lisent les plus pauvres et pri­vi­lé­gient les plus riches. La plus récente mani­fes­ta­tion de cette approche inac­cep­table est la mise en place de la fran­chise santé de 200 $.

« Au lieu d’adopter des mesures injustes comme la fran­chise santé, le gou­ver­ne­ment devrait plutôt res­ser­rer la fis­ca­lité des entre­prises et mettre un terme à l’évitement fiscal et aux échap­pa­toires de toutes sortes. Il pour­rait aussi songer à ins­tau­rer un 4e palier d’imposition pour les reve­nus annuels impo­sables supé­rieurs à 127 000 $, comme cela existe d’ailleurs déjà au fédé­ral », a insisté Réjean Parent, pré­sident de la CSQ.

Ces mesures fis­cales pour­raient aussi éviter que l’on doive haus­ser une nou­velle fois les droits de sco­la­rité. Comme la contri­bu­tion santé, la hausse des droits de sco­la­rité est une mesure régres­sive et inéqui­table qui aura pour consé­quences de dimi­nuer l’accessibilité aux études uni­ver­si­taires, de réduire la mobi­lité sociale et d’augmenter déme­su­ré­ment l’endettement étudiant.

Un déve­lop­pe­ment éco­no­mique durable

L’Alliance sociale rap­pelle que de larges seg­ments de la popu­la­tion ont été heur­tés de plein fouet par la crise. En consé­quence, elle attend du gou­ver­ne­ment qu’il adopte des mesures fortes favo­ri­sant le main­tien et la créa­tion d’emplois de qua­lité, le déve­lop­pe­ment des com­pé­tences des tra­vailleuses et des tra­vailleurs afin qu’ils puissent mieux affron­ter les muta­tions du marché du tra­vail. Elle attend aussi du gou­ver­ne­ment qu’il déve­loppe une stra­té­gie éco­no­mique valo­ri­sant le savoir-faire qué­bé­cois et encou­ra­geant la moder­ni­sa­tion des équi­pe­ments et l’accès aux technologies.

De même, l’Alliance sociale insiste sur le fait que le déve­lop­pe­ment éco­no­mique doit être durable et res­pec­tueux de l’environnement et que toute exploi­ta­tion des res­sources natu­relles du Québec res­pec­tant ces prin­cipes doit entraî­ner des retom­bées éco­no­miques pour la popu­la­tion et l’État québécois.

Une cam­pagne qui va se poursuivre

L’interpellation des dépu­tés n’est que la pre­mière d’une série d’actions que compte réa­li­ser l’Alliance sociale. En effet, au cours des pro­chaines semaines, les orga­ni­sa­tions par­ti­ci­pe­ront aux consul­ta­tions pré­bud­gé­taires du ministre des Finances, M. Raymond Bachand. Elles lui pré­sen­te­ront des pistes de solu­tion et conti­nue­ront leur plan d’action afin d’obtenir un chan­ge­ment de cap budgétaire.

« L’approche bud­gé­taire actuelle du gou­ver­ne­ment Charest doit chan­ger. Sinon la popu­la­tion sera aux prises avec plus de pau­vreté et plus d’inégalités. Nous ne pou­vons pas lais­ser une telle chose se pro­duire sans livrer bataille. Nous allons donc mul­ti­plier nos efforts de conscien­ti­sa­tion et de mobi­li­sa­tion au cours des pro­chains mois », ont conclu les porte-parole de l’Alliance sociale.

– 30 –

Membres de l’Alliance sociale : FTQ, CSN, CSQ, CSD, SFPQ, APTS, SPGQ, FEUQ, FECQ

Pour infor­ma­tion : Jean Laverdière, FTQ : 514 893-7809 ; Michelle Filteau, CSN : 514 894-1326 ; Marjolaine Perreault, CSQ : 514 235-5082 ; Jacques Désy, CSD : 514 231-1273 ; Éric Lévesque, SFPQ : 418 564-4150 ; Francis Boucher, APTS : 514 609-2906 ; Patrick Albert, SPGQ : 418 570-5817 ; Mathieu Le Blanc, FEUQ : 514 609-3380 ; Mathieu Morin, FECQ : 514 554-0576

Les commentaires sont fermés.