Lutte contre la hausse des frais de scolarité

L’Alliance sociale marchera aux côtés des étudiants et des étudiantes lors de la manifestation nationale du 10 novembre

Par Mis en ligne le 07 novembre 2011

Conférence de presse de l'Alliance sociale en appui aux étudiantes et étudiantsÀ une semaine d’une mani­fes­ta­tion étu­diante natio­nale contre la hausse des frais de sco­la­rité, les membres de l’Alliance sociale annoncent qu’ils mar­che­ront aux côtés des étu­diants le 10 novembre pro­chain et lancent un appel à la popu­la­tion à venir mani­fes­ter avec eux. Pour l’Alliance, la hausse de 1625 $ des frais de sco­la­rité décré­tée par le gou­ver­ne­ment libé­ral de Jean Charest est un exemple très clair de sa vision étroite en ce qui a trait aux finances publiques. Cette hausse dra­co­nienne n’atteint pas seule­ment les étu­diants, mais aussi leurs familles qui ne pour­ront plus les épauler.

Annoncée lors du budget pro­vin­cial du 17 mars der­nier, la hausse des frais de sco­la­rité, chif­frée à 1625 $ de plus par année à terme, consti­tue l’attaque la plus mas­sive à l’accessibilité aux études des vingt der­nières années. Comme dans plu­sieurs pro­grammes publics, le gou­ver­ne­ment Charest adopte sans dis­cer­ne­ment une poli­tique uti­li­sa­teur-payeur comme modèle de finan­ce­ment, trans­fé­rant ainsi aux familles des res­pon­sa­bi­li­tés jusqu’ici assu­mées par l’État, plutôt que d’assurer l’accès et la qua­lité des ser­vices qui béné­fi­cient à l’ensemble de la popu­la­tion du Québec. La hausse des frais de sco­la­rité empê­chera un grand nombre de jeunes issus des milieux moins favo­ri­sés et de la classe moyenne d’avoir accès aux bancs d’université ou accroî­tra sub­stan­tiel­le­ment l’endettement de cette tranche pré­cise de la population.

L’Alliance sociale rap­pelle au pre­mier ministre qu’il existe d’autres choix que la tari­fi­ca­tion à outrance, rap­pe­lons la contri­bu­tion santé, les hausses de tari­fi­ca­tion de l’électricité et der­niè­re­ment son inten­tion d’augmenter celle des CPE de 7 $ à 10 $. Ces mesures attaquent les couches les plus vul­né­rables de la société, dont font partie, entre autres, les étu­diants. Ainsi, au même titre que les nom­breuses mesures régres­sives néo­li­bé­rales mises en place par le gou­ver­ne­ment, la hausse des frais de sco­la­rité frap­pera dure­ment tous les étudiants.

En ter­mi­nant, l’Alliance sociale entend pour­suivre son tra­vail d’information et de repré­sen­ta­tion tout au long de l’année afin de démon­trer au gou­ver­ne­ment et aux tenants de sa vision néo­li­bé­rale qu’il est pos­sible, par des choix intel­li­gents, de faire du Québec une société plus juste et équi­table, et ce, pour toutes les géné­ra­tions, pré­sentes et à venir. Les orga­ni­sa­tions membres de l’Alliance sociale pro­fi­te­ront d’ailleurs des consul­ta­tions pré­bud­gé­taires pour mettre de l’avant leurs pro­po­si­tions pour un budget qui res­pecte les prin­cipes de soli­da­rité inter­gé­né­ra­tion­nelle et d’équité sociale.

Vous trou­ve­rez les pro­po­si­tions de l’Alliance sociale dans la sec­tion Documents de sa page web au www​.allian​ce​so​ciale​.org

Profil de l’Alliance sociale 
Fédération des tra­vailleurs et tra­vailleuses du Québec (FTQ), Confédération des syn­di­cats natio­naux (CSN), Centrale des syn­di­cats du Québec (CSQ), Centrale des syn­di­cats démo­cra­tiques (CSD), Syndicat de la fonc­tion publique du Québec (SFPQ), Alliance du per­son­nel pro­fes­sion­nel et tech­nique de la santé et des ser­vices sociaux (APTS), Syndicat de pro­fes­sion­nelles et pro­fes­sion­nels du gou­ver­ne­ment du Québec (SPGQ), Fédération étu­diante uni­ver­si­taire du Québec (FEUQ), Fédération étu­diante col­lé­giale du Québec (FECQ)

Les commentaires sont fermés.