La CLASSE doute de l’efficacité de l’enquête annoncée par le SPVM

MONTRÉAL, le 4 février 2012 – La Coalition large de l’Association pour une Solidarité Syndicale Étudiante (CLASSE) doute sérieusement de l’efficacité et de la légitimité de l’enquête interne annoncée cet après-midi par le SPVM, relativement aux agissements de ces agents lors d’une action de la CLASSE, vendredi le 27 janvier dernier. « Ce type d’enquêtes internes manque définitivement de transparence. La police qui enquête sur la police, peut-on vraiment se fier là-dessus ? » questionne Jeanne Reynolds, co-porte-parole de la CLASSE.

Rappelons que la CLASSE avait appelé à une action de blocage du MELS le vendredi 27 janvier dernier, lors de laquelle des agents du SPVM ont usé d’une brutalité inappropriée, captée sur bande vidéo et diffusée largement sur internet (http://www.youtube.com/watch ?v=J-nKMwNBw64). « Alors que les manifestantes et manifestants ne font rien de plus qu’exercer leur droit de manifester, le SPVM a utilisé matraques et gaz-poivre de façon impulsive. C’est inacceptable que les agents du SPVM agissent avec une telle violence ! » s’indigne Gabriel Nadeau-Dubois, co-porte-parole de la CLASSE .

Selon la CLASSE, ce n’est qu’une tache de plus au dossier du SPVM, qui, rappelons-le, a déjà été blâmé par l’ONU pour sa brutalité et son usage répété des techniques d’arrestations de masse. « C’est une preuve supplémentaire que le SPVM a les mains sales. Combien de victimes faudra-t-il avant que ça change ? » décrie Jeanne Reynolds.

La CLASSE invite également la ministre de l’Éducation, Line Beauchamp, à condamner la violence des forces de l’ordre. « Si la ministre de l’éducation s’est avancée, cette semaine, à condamner la violence de propos tenus dans un tract produit par des individus isolés, va-t-elle enfin condamner la violence physique bien réelle perpétrée par la police de Montréal contre des étudiants et étudiantes ? » conclut Gabriel Nadeau-Dubois.

Fondée par l’ASSÉ au Cégep de Valleyfield le 3 décembre 2011, dans le contexte de la hausse des frais de scolarité, la Coalition large de l’ASSÉ (CLASSE) est une coalition nationale d’associations étudiantes qui met la grève au centre de ses moyens de pression. Elle rassemble présentement plus de 65 000 membres dans les cégeps et universités du Québec.

30- Renseignements : Mathilde Létourneau, attachée de presse : 1-514-378-3357 Courriel : communication@asse-solidarite.qc.ca