L’Intersyndicale des femmes : 30 ans d’engagement

Par Mis en ligne le 06 mars 2011

Le 13 juin der­nier se tenait au siège social du SFPQ une ren­contre des comi­tés de condi­tion fémi­nine de l’ensemble des orga­ni­sa­tions syn­di­cales membres de l’Intersyndicale des femmes, et ce, en pré­sence des membres des exé­cu­tif natio­naux et des repré­sen­tantes des réseaux de jeunes de cha­cune des orga­ni­sa­tions. Cette ren­contre fut l’occasion de sou­li­gner les trente ans d’existence de l’Intersyndicale, d’échanger sur son his­toire, de même que sur les pers­pec­tives d’avenir de l’action syn­di­cale féministe.

Depuis 30 ans, l’Intersyndicale des femmes est inter­ve­nue sur une grande variété de sujets liés aux droits des femmes, notam­ment ceux des tra­vailleuses des ser­vices publics. Dès 1977, le tra­vail de ce regrou­pe­ment s’est arti­culé autour de trois grands objectifs :

  • déve­lop­per une ana­lyse fémi­niste et des posi­tions com­munes sur l’ensemble des condi­tions de vie et de tra­vail des femmes ;
  • assu­rer la pro­mo­tion et la défense des droits et des inté­rêts des femmes, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur des orga­ni­sa­tions syndicales ;
  • déve­lop­per des soli­da­ri­tés et des alliances entre les comi­tés de condi­tion fémi­nine des orga­ni­sa­tions syn­di­cales et des groupes auto­nomes de femmes sur l’ensemble des ques­tions qui concernent les femmes.

Un peu d’histoire

Les orga­ni­sa­trices de la ren­contre ont pro­fité de ce 30e anni­ver­saire pour jeter un regard sur le passé. Des femmes ayant marqué l’histoire du Québec sont sor­ties, pour quelques ins­tants, des livres d’histoire afin de venir témoi­gner de leur époque. Pour sa part, Micheline Dumont, his­to­rienne fémi­niste bien connue, a tracé un por­trait his­to­rique de l’évolution des droits des tra­vailleuses au Québec. Ensuite, Lucie Girard, conseillère à la condi­tion fémi­nine de la FIQ, a pré­senté l’historique de l’Intersyndicale des femmes.

Finalement, Nicole De Sève, cher­cheuse et conseillère à la CSQ, a pré­senté une partie de ses recherches sur la place de la reli­gion dans l’espace public. Il s’agit d’un sujet des plus chauds compte tenu du débat sur les accom­mo­de­ments dits « rai­son­nables ». L’Intersyndicale des femmes pré­sen­tera d’ailleurs un mémoire sur ce sujet dans le cadre de la Commission de consul­ta­tion sur les pra­tiques d’accommodements reliées aux dif­fé­rences culturelles.

Cette jour­née char­gée en infor­ma­tions et en émo­tions s’est ter­mi­née ami­ca­le­ment par un coque­tel, où des anciennes et des nou­velles membres ont fra­ter­nisé. Cette ren­contre fut éga­le­ment l’occasion de sou­li­gner le départ à la retraite de Lucie Girard, qui a été l’un des piliers de l’Intersyndicale des femmes pen­dant de nom­breuses années.

L’Intersyndicale des femmes

L’Intersyndicale des femmes est com­po­sée de

  • l’Alliance du per­son­nel pro­fes­sion­nel et tech­nique de la santé et des ser­vices sociaux (APTS),
  • de la Centrale des syn­di­cats démo­cra­tiques (CSD),
  • de la Centrale des syn­di­cats du Québec (CSQ),
  • de la Fédération auto­nome du col­lé­gial (FAC),
  • de la Fédération inter­pro­fes­sion­nelle de la santé du Québec (FIQ),
  • du Syndicat de la fonc­tion publique du Québec (SFPQ) et
  • du Syndicat de pro­fes­sion­nelles et pro­fes­sion­nels du gou­ver­ne­ment du Québec (SPGQ).

Les commentaires sont fermés.