L’idéologie ou la pensée embarquée, un livre d’Isabelle Garo

Mis en ligne le 01 mars 2010

L’idéologie est par­tout, le mot est si gal­vaudé que le concept s’est comme éva­poré : on dit qu’une grève est idéo­lo­gique pour éviter de dire qu’elle a d’autres rai­sons qu’une stricte reven­di­ca­tion. On dit qu’une réforme est idéo­lo­gique pour éviter de dire qu’elle s’inscrit dans la grande reprise en main auto­ri­taire et libé­rale actuelle.

Ce livre éclaire la notion d’idéologie, tout d’abord en pré­ci­sant ce qu’elle n’est pas : ni une sur­face miroi­tante et trom­peuse jetée par-dessus le réel qu’elle mas­que­rait à des spec­ta­teurs consom­ma­teurs hyp­no­ti­sés. Ni une super­struc­ture méca­ni­que­ment déter­mi­née par sa base éco­no­mique et sociale, vision qui est celle d’un « mar­xisme » abâ­tardi. Isabelle Garo prend le contre-pied de ces inter­pré­ta­tions conve­nues. Elle suit l’évolution de Marx sur la ques­tion de l’idéologie – depuis L’Idéologie alle­mande jusqu’au Capital – et elle en pro­pose la pour­suite contem­po­raine. Cette confron­ta­tion passé/​présent montre que l’idéologie ne peut pas se défi­nir une fois pour toutes, qu’elle est insé­pa­ra­ble­ment liée aux affron­te­ments et aux conflits d’idées d’un moment, au domaine des luttes et à celui des ana­lyses théo­riques. « Il s’agit d’arracher la notion d’idéologie à toute ten­ta­tive de défi­ni­tion figée et de lui rendre sa capa­cité à débus­quer les contra­dic­tions pro­fondes qui recon­duisent sans cesse les idées domi­nantes à l’ensemble d’un mode de pro­duc­tion ».

Lire un extrait du livre

Les commentaires sont fermés.