Justice sociale, justice écologique : même combat

Texte endossé par plusieurs organisations populaires, 19 novembre 2020

 

Nous sommes de ceux et de celles qui comprennent la situation actuelle comme une crise globale sans précédent. Il s’agit d’une crise sanitaire qui se transforme peu à peu en crise financière et économique qui dépassera largement la crise financière internationale de 2008 et peut-être, comme certains économistes le prévoient, celle de 1930.  Mais surtout, elle se situe dans un contexte historique où la vie humaine est aujourd’hui menacée, et ce, au-delà des risques engendrés par la Covid-19. En effet,  les risques sont à plusieurs niveaux. Nous dépassons le seuil  de soutenabilité pour la Terre, que ce soit en raison des bouleversements climatiques ou de la destruction de la biodiversité, pour ne nommer que ces exemples.

De plus, nous constatons l’ampleur des inégalités entre les plus riches et les plus pauvres qui ne cessent de s’accroître. C’est vrai chez nous, mais aussi pour une très grande partie de la population mondiale qui vit dans la misère extrême provoquée par le système capitaliste/impérialiste qui exploite et saccage les territoires de populations appauvries et dépossédées.

Nous avons de fortes préoccupations quant aux impacts sociaux et économiques de cette pandémie. Nous savons qu’une part importante de la population devra vivre avec un appauvrissement à la suite de pertes d’emplois ou encore par les conséquences physiques et psychiques de la crise sanitaire.

Nous savons que, si le modèle politique et économique ne change pas, nous devrons lutter à nouveau contre l’austérité, la perte des protections sociales et des services publics, les compressions budgétaires en santé et en éducation, alors qu’aujourd’hui, nous subissons directement les conséquences néfastes de 40 ans de néolibéralisme. Ne laissons plus les marchés financiers dominer notre avenir!

Le déni et l’inaction de la grande majorité de nos élites politiques et économiques nous inquiètent énormément. Malgré toutes les mobilisations citoyennes, malgré tous les appels d’urgence, malgré toutes les catastrophes qui se déroulent sous nos yeux, malgré tous les rapports scientifiques alarmants sur la perte de la biodiversité et la hausse des inégalités, elles continuent de fermer les yeux.  Où est le sentiment d’urgence pour ces élites ? Où sont les réels plans de transformation vers une économie au service des citoyens et des citoyennes ?

Le système capitaliste est en crise.  Il n’est pas capable de répartir la richesse et de répondre aux besoins des travailleurs et travailleuses. C’est pourquoi les classes dominantes font appel aux forces autoritaires pour restructurer et maintenir leur système.  Ceci met en péril la démocratie.

« Le vieux se meurt, mais le nouveau n’est pas encore né » (Antonio Gramsci) : c’est pourquoi nous croyons à la mise en place urgente d’une nouvelle vision sociale, écologique et économique qui s’accompagne d’une réforme politique majeure guidée par un humanisme profond et la satisfaction des besoins collectifs.

Nous désirons affirmer notre soutien aux réflexions et aux propositions de changement venant des groupes de la société civile comme les syndicats, les groupes communautaires, militants et progressistes, qui soutiennent une vision respectueuse de l’environnement, porteuse de justice sociale et fiscale. Il faut repenser ensemble notre relation avec la consommation, le travail, le logement, l’éducation, la santé et l’agriculture.

Ainsi nous vous invitons, indépendamment de nos luttes sectorielles, à nous unir  et à participer massivement aux manifestations organisées à Montréal par La Planète s’invite au parlement et à Québec par le RÉPAC le 21 novembre à 13h[1], pour démontrer notre solidarité et pour dire;

«JUSTICE SOCIALE, JUSTICE ÉCOLOGIQUE

MÊME COMBAT »

[1] À Montréal : https://www.facebook.com/events/1443015982561822/

À Québec : https://www.facebook.com/events/271076051007844/