Accueil- Actualités et conjoncturesIntimidation des groupes de camionneurs à Ottawa

Intimidation des groupes de camionneurs à Ottawa

Des camions sillonnent la rue Wellington à Ottawa le 30 janvier 2022. Crédit: News 360 TV / Wikimedia Commons

 

Par Karl Nerenberg

Jamais auparavant un mouvement de protestation dans la capitale canadienne n’avait été accompagné par des centaines d’énormes camions, crachant des nuages de gaz nocifs et faisant retentir leurs énormes klaxons.

C’est le quatrième jour de ce qui a commencé comme un convoi de protestation contre le mandat des vaccins à Ottawa et, jusqu’à présent, les camionneurs mécontents et leurs alliés ont le dessus.

Le centre de la capitale, y compris la rue principale, Wellington, reste bloqué à toute circulation. Les députés qui ont assisté à la session hybride en ligne et en personne lundi, le premier de la nouvelle année, ont dû marcher sur la Colline. Les garderies et les écoles locales ont dû fermer, tout comme les bibliothèques publiques, les cliniques de vaccination, les centres de santé et de nombreux petits commerces.

Et l’impact de la manifestation s’est étendu bien au-delà du centre-ville.

Les autorités ont été contraintes de fermer un certain nombre de ponts reliant Ottawa à Gatineau, au Québec, tandis que les manifestants et leurs véhicules ont envahi et, en fait, occupé des quartiers résidentiels situés à des kilomètres de la colline du Parlement.

La conseillère municipale Catherine McKenney, qui représente le centre d’Ottawa, décrit les multiples plaintes de ses électeurs concernant le comportement des camionneurs et de leurs amis.

Dans un tweet, McKenney rapporte :

“Les activités illégales qui perturbent nos activités se poursuivent dans nos quartiers résidentiels. J’ai entendu des centaines de résidents qui sont fatigués et effrayés par ce qu’ils vivent dans leurs quartiers. On me rapporte que des camions franchissent des feux rouges sans s’arrêter.”

Le conseiller a également déclaré que certains manifestants ont utilisé les cours avant des résidents comme toilettes, tout en buvant, en faisant la fête et en klaxonnant toute la nuit.

La police d’Ottawa, avec des renforts venus de tout le pays, affirme qu’elle fait de son mieux pour maintenir la paix, mais qu’elle fait preuve de prudence dans ses rapports avec les manifestants.

Jamais auparavant un mouvement de protestation dans la capitale canadienne n’avait été accompagné par des centaines de camions, crachant des nuages de gaz nocifs et faisant retentir leurs énormes klaxons dans une symphonie cacophonique 24 heures sur 24.

En réalité, bien que les manifestations aient été théoriquement non violentes, ces véhicules constituent une sorte d’arme. Leur simple présence effraie non seulement les personnes qui vivent et travaillent à proximité, mais elle intimide également la police.

La police dit qu’elle craint de provoquer les manifestants et qu’elle les laisse tranquilles.

Le dimanche soir 30 janvier, le Service de police d’Ottawa a publié un communiqué de presse extraordinaire, qui se lit en partie comme suit :

” Tout au long du week-end, le Service de police d’Ottawa et ses partenaires ont géré activement et patiemment une importante manifestation bien financée au cœur du centre-ville.

Nous avons été témoins de multiples cas de comportements perturbateurs, inappropriés et menaçants de la part des manifestants […].

La police est consciente que de nombreux manifestants ont annoncé leur intention de rester sur place. Cela continuera à causer d’importants problèmes de circulation, de bruit et de sécurité dans le centre-ville […].

La police a évité de verbaliser et de remorquer les véhicules afin de ne pas provoquer de confrontations avec les manifestants. Néanmoins, des confrontations et la nécessité d’une désescalade ont régulièrement été requises.”

Lundi matin, s’adressant aux médias, le chef du NPD, Jagmeet Singh, a pris note de l’engagement du service de police à l’égard de la désescalade et a exprimé son approbation. Malgré les actes odieux de certains manifestants, a déclaré M. Singh, la police fait preuve d’une mesure de retenue salutaire.

Mais le leader néo-démocrate a ajouté que d’autres groupes qui pourraient avoir l’occasion de protester contre les politiques gouvernementales – notamment les personnes racisées et les autochtones – pourraient se demander : Pourquoi pas nous ? Où est l’engagement envers la désescalade lorsqu’il s’agit de nos manifestations ?

Tout en défendant le droit de réunion et de liberté d’expression, le premier ministre Justin Trudeau a exprimé sa vive désapprobation à l’égard de ce qu’il a appelé la position antiscientifique de la plupart des manifestants et, pire encore, à l’égard du comportement “dégoûtant” de certains d’entre eux.

M. Trudeau a cité les manifestants qui ont pris d’assaut le refuge pour sans-abri et la soupe populaire des Bergers de l’espoir, au centre-ville d’Ottawa, et ont exigé d’être nourris. Il a également condamné les drapeaux confédérés et nazis que portaient un petit nombre de manifestants, ainsi que les manifestants qui ont manqué de respect au Monument commémoratif de guerre du Canada et qui ont placé des pancartes de protestation sur une statue de Terry Fox.

Un certain nombre de députés conservateurs ont soutenu activement les manifestants, y compris le député de la région d’Ottawa Pierre Poilievre, que de nombreux militants conservateurs favorisent pour remplacer Erin O’Toole, comme chef.

Pour sa part, O’Toole a tenté de trouver quelque chose qui ressemble à un terrain d’entente. Il a soutenu les objectifs de la majorité théorique des manifestants, d’une part, tout en faisant valoir que seule une infime minorité des manifestants était responsable des actes répréhensibles que Trudeau, Singh et d’autres ont condamnés.

Il est vrai que les porteurs de drapeaux à croix gammée et les profanateurs de monuments ne sont pas typiques de la majorité des participants. Cela ne signifie pas que les autres manifestants faisaient la promotion d’un message modéré et raisonnable.

Ce journaliste a vu une assez grande partie des manifestants porter des pancartes agressives et obscènes sur lesquelles figurait un majeur tendu vers le haut accompagné des mots F*CK TRUDEAU.

Des dizaines et des dizaines de manifestants arboraient des variations de ce message vulgaire et haineux : sur des pancartes, sur leurs vêtements et sur les côtés de leurs camions géants.

Le message hostile dirigé personnellement contre le premier ministre, et non contre les politiques gouvernementales, était en effet le thème dominant de cette manifestation de plusieurs jours.

Dans leurs actions, les manifestants ont, jusqu’à présent, évité la violence pure et simple. Mais lorsqu’il s’agit de leurs mots et de leurs images, c’est une autre histoire.

Néanmoins, l’allié de facto du convoi au Parlement, le chef conservateur O’Toole, veut que le premier ministre s’assoie et discute avec les manifestants.

Le premier ministre a fermement fermé la porte à cette suggestion, à la fois lors d’une conférence de presse depuis le lieu non divulgué où les forces de sécurité l’ont déplacé, lui et sa famille, par excès de prudence, et pendant la première période de questions de 2022, à laquelle Trudeau a pratiquement participé.

Tous ces camions ont bouleversé le rapport de force entre les autorités et les manifestants.

Mais malgré la ligne dure du gouvernement fédéral, il semble qu’à ce stade, aucune des autorités, que ce soit au niveau municipal ou fédéral, ne puisse ou ne veuille faire autre chose qu’encourager les manifestants à remonter dans leurs véhicules polluants et à quitter la ville.

La présence de tous ces énormes camions intimidants, dont le moteur tourne illégalement au ralenti dans tout le centre d’Ottawa, pose un défi auquel la ville n’a jamais eu à faire face auparavant. Et c’est une ville qui a connu des milliers de manifestations.

Les citoyens ordinaires d’Ottawa commencent à être exaspérés.

Ils savent que s’ils garaient leur propre voiture dans les zones d’interdiction pendant des jours et des jours – en laissant le moteur tourner tout le temps, en plus – ils seraient remorqués et obligés de payer de lourdes amendes. Ils sont irrités par le fait que des envahisseurs de leur ville, grossiers et en colère, puissent s’en tirer en bafouant la loi de manière aussi flagrante.

Ceux qui veulent déstabiliser la paix sociale et le processus démocratique tirent une leçon précieuse de cette expérience. Vous n’avez pas besoin d’armes à feu pour intimider la police et les autorités. Il suffit de disposer de camions massifs de plusieurs tonnes.

Au sud de la frontière, le milliardaire Elon Musk et l’ancien président américain Donald Trump ont exprimé leur soutien au convoi canadien. Ces deux personnes, et d’autres aux États-Unis, pourraient être à l’origine de certains des millions de dollars de dons reçus par les camionneurs.

Trump et ses partisans noteront également que la prochaine fois qu’ils prévoient d’envahir la capitale américaine, ou un autre site important de leur pays, ils devraient faire appel à tous les gros camions qu’ils peuvent trouver pour se joindre à la fête.

Traduction NCS

SourceRabble.ca