Inquiet pour la santé et la sécurité des usagers

Le Syndicat des travailleurs et des travailleuses du CSSS Jeanne-Mance (CSN) s’inquiète grandement pour la santé et la sécurité des usagers de ce CSSS depuis la mise en place du plan de compressions budgétaires par la direction. Pour cette raison, le syndicat a demandé une rencontre urgente avec le ministre de la Santé et des Services sociaux, Yves Bolduc.

Depuis le 21 novembre dernier, les nombreuses abolitions de poste en CHSLD ont sérieusement porté atteinte à la qualité et à la fréquence des soins directs offerts aux bénéficiaires. Le manque d’effectifs est susceptible d’engendrer d’importants retards pour le lever des usagers, les soins d’hygiène et le changement des couches d’aisance. Le syndicat est aussi préoccupé par le risque d’accroissement du nombre de chutes et d’étouffement imputable au manque de supervision sur les différents étages entrainé par la diminution de personnel.

Le syndicat s’inquiète également de la diminution des services de soutien à domicile offerts aux personnes en perte d’autonomie. « Depuis quelques jours, des groupes communautaires nous appellent pour nous informer que le CSSS leur demande maintenant d’offrir des services qui étaient offerts par le personnel de Jeanne-Mance jusqu’à tout récemment, indique Gilbert Binette, président du syndicat. La direction ne peut pas se déresponsabiliser de ses obligations envers la population en pelletant dans la cour du secteur communautaire ! »

Autre source de préoccupation, la diminution des ressources dans l’équipe Famille – Enfance – Jeunesse du CSSS Jeanne-Mance entraine une baisse des services de prévention et de dépistage de la violence, de malnutrition et de troubles d’apprentissage auprès des écoles du territoire de Jeanne-Mance. Au total, une quinzaine de postes de travailleurs sociaux, d’éducateurs et d’infirmières ont été abolis.

Manifestation et conseil d’administration

Mercredi midi, les membres du syndicat, affilié à la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN), ont manifesté devant le centre d’hébergement Jean-De La Lande (4255, avenue Papineau, Montréal). Pour ce seul CHSLD, c’est l’équivalent de 19 postes de préposé-es à temps complet qui ont été abolis, en plus de 6 postes d’infirmières et de 5 postes d’infirmières auxiliaires. Sur certaines unités, les abolitions de poste peuvent représenter jusqu’à 40 % du nombre de préposé-es aux bénéficiaires sur le quart de jour.

En soirée, les représentants syndicaux, de même que des usagers et des membres de leur famille, questionneront la direction lors d’une séance publique du conseil d’administration du CSSS Jeanne-Mance, qui se tiendra au CLSC des Faubourgs, site Visitation, à 19 h (1705, rue de la Visitation, Montréal).

Le plan de compressions du CSSS Jeanne-Mance, imputable à une ponction de 16,5 millions de dollars effectuée par l’Agence de la santé et des services sociaux de Montréal sur le budget du CSSS, est effectif depuis le 21 novembre dernier. Le CSSS Jeanne-Mance compte trois CLSC et sept CHSLD situés dans les quartiers Saint-Louis, Mile End, Plateau Mont-Royal, Sainte-Marie, Saint-Jacques, Faubourg Saint-Laurent et Vieux-Montréal. Alors que la population compte 138 490 résidents, plus de 500 000 personnes y transitent chaque jour.

Date : 8 décembre 2010
Source : Confédération des syndicats nationaux (CSN)
Photographe : Anne Leblanc
Renseignements: François L’Écuyer, Service des communications de la CSN
514 949-8973