Grande manifestation des employés de soutien de l’Université Laval

Par Mis en ligne le 06 juin 2011

Québec, le mer­credi 1 juin 2011 – Ce mer­credi midi, près d’un mil­lier d’employés de sou­tien de l’Université Laval ont cassé la croûte ensemble en mani­fes­tant joyeu­se­ment. Leur conven­tion col­lec­tive est arri­vée à échéance hier, le 31 mai. Leur syn­di­cat a donc donné le coup d’envoi d’une cam­pagne de mobi­li­sa­tion et d’opinion publique pour favo­ri­ser la négo­cia­tion d’un nou­veau contrat de tra­vail.

Les mani­fes­tants ont lancé le thème de la cam­pagne : « Maîtres sur notre ter­rain ». Elle va se pour­suivre au cours de l’été et pas­sera ensuite à la vitesse supé­rieure avec un volet publi­ci­taire ambi­tieux. Le syn­di­cat entend mettre en valeur le savoir-faire et l’expertise des employés de sou­tien. Parmi ses membres, les départs à la retraite se mul­ti­plient et le rou­le­ment de per­son­nel est élevé, tout cela alors que la main-d’œuvre qua­li­fiée est rare dans la région. Les diri­geants du syn­di­cat insistent donc sur l’importance de réus­sir la vaste tran­si­tion en cours.

« Pour que l’Université Laval conti­nue à per­for­mer dans les pro­chaines années, il lui faudra atti­rer et garder de bons employés de sou­tien. Ce n’est sur­tout pas le temps de revoir les condi­tions de tra­vail à la baisse. Mais nous sommes inquiets des inten­tions de la direc­tion quant à l’avenir du régime de retraite. Si nous avons le devoir de faire l’examen de notre régime, il s’agit sur­tout d’en assu­rer la péren­nité, en recher­chant des solu­tions com­munes. Notre mes­sage aujourd’hui est clair : la direc­tion doit faire les bons choix dans la négo­cia­tion qui s’amorce », selon Luc Brouillette, pré­sident du Syndicat des employés de sou­tien de l’Université Laval (SEUL-SCFP-FTQ).

Les mani­fes­tants ont accueilli des invi­tés de marque : Michel Arsenault, pré­sident de la FTQ, Lucie Levasseur, pré­si­dente du SCFP-Québec, et Denis Bolduc, nou­veau secré­taire géné­ral du SCFP-Québec.

« C’est un hon­neur pour moi d’appuyer aujourd’hui la péren­nité du régime de retraite des membres du SEUL. Leur cause est liée de près à la cam­pagne‘Une retraite à l’abri des soucis’de la FTQ, qui vise à aug­men­ter gra­duel­le­ment mais consi­dé­ra­ble­ment la cou­ver­ture des régimes publics de retraite. Les régimes publics sont un puis­sant outil contre la pau­vreté, mais aussi le meilleur moyen d’alléger la pres­sion sur les régimes com­plé­men­taires d’employeur », a déclaré Michel Arsenault.

« Il y a plus de trois ans, à une table de tra­vail sur la retraite créée lors de la der­nière négo­cia­tion, le syn­di­cat a pro­posé des solu­tions au rec­teur Brière. Malheureusement, ce der­nier n’a donné aucune réponse. Mais il n’est jamais trop tard pour bien faire. M. Brière, assoyez-vous avec votre syn­di­cat et faites de ce dos­sier une prio­rité », a lancé Lucie Levasseur.

Le SEUL-SCFP-FTQ est le syn­di­cat qui regroupe quelque 1800 per­sonnes œuvrant à l’Université Laval dans les caté­go­ries métier, bureau et tech­nique : plom­biers, menui­siers, agents de secré­ta­riat, appa­ri­teurs, tech­ni­ciens en infor­ma­tique, etc.

Le Syndicat cana­dien de la fonc­tion publique (SCFP) repré­sente quelque 11 000 membres dans les uni­ver­si­tés, prin­ci­pa­le­ment des employés de sou­tien. Comptant plus de 110 000 membres au Québec, le SCFP est aussi le plus impor­tant syn­di­cat affi­lié de la FTQ.

Les commentaires sont fermés.