François Legault recycle les vieilles obsessions de l’ADQ à des fins électoralistes

Par Mis en ligne le 11 février 2012
Montréal, le 8 février 2012. Le Secrétariat inter­syn­di­cal des ser­vices publics (SISP) dénonce le mépris de François Legault à l’endroit des tra­vailleuses et des tra­vailleurs de l’État et l’accuse de recy­cler les vieilles obses­sions de l’ADQ.

Ainsi, sous le pré­texte fal­la­cieux de rendre les ser­vices à la popu­la­tion plus “effi­caces”, la CAQ déclare sou­hai­ter rou­vrir les conven­tions col­lec­tives des employés de l’État dans les 100 pre­miers jours de son éven­tuelle acces­sion au pouvoir.

Ouvrir une boite de Pandore

Rappelons que ces conven­tions col­lec­tives, qui ne sont ni plus ni moins que des contrats, ont été signées de bonne foi par le gou­ver­ne­ment et ses employés en 2010. « François Legault n’a même pas encore été élu et déjà, il sou­haite renier la parole de l’État ». a déclaré la porte-parole du SISP, Lucie Martineau. « C’est com­plè­te­ment indigne de la part de quelqu’un qui sou­haite deve­nir pre­mier ministre. Sans comp­ter qu’en ten­tant de rou­vrir les conven­tions col­lec­tives, Legault ouvrira une véri­table boite de Pandore juri­dique puisqu’un contrat signé entre deux par­ties a valeur légale. Ce que mon­sieur Legault, un ancien homme d’affaires devrait pour­tant bien savoir. »

La CAQ dans les habits usés de l’ADQ

Dans son plan de match anti­syn­di­cal aux visées clai­re­ment élec­to­ra­listes, un aléa­toire gou­ver­ne­ment caquiste devrait débour­ser des sommes consi­dé­rables en frais juri­diques pour briser les ententes en vigueur. « C’est en dépen­sant sans ver­gogne l’argent des contri­buables que la CAQ sou­haite rendre les ser­vices à la popu­la­tion plus effi­caces ? Nous voilà face à un nou­veau parti qui n’est rien de moins qu’une ADQ 2.0, qui a de vieilles idées et dont le seul plan envi­ron­ne­men­tal consiste à recy­cler les vieilles obses­sions de l’ADQ ».

« Que mon­sieur Legault et ses trans­fuges se le tiennent pour dit, les 335 000 tra­vailleurs de l’État que repré­sentent le SISP ne sont pas dupes face à ce sub­ter­fuge de la CAQ uni­que­ment des­tiné à se faire du capi­tal poli­tique » a conclu la porte-parole du SISP.

À propos du SISP

Le SISP regroupe 335 000 membres issus de cinq orga­ni­sa­tions syn­di­cales (CSQ, FIQ, SFPQ, APTS et SPGQ), dont 265 000 pro­viennent des sec­teurs public, para­pu­blic et péri-public. La mis­sion pre­mière du Secrétariat s’articule autour de la défense et de la pro­mo­tion des ser­vices publics offerts à la popu­la­tion qué­bé­coise. Par leurs actions concer­tées, la CSQ, la FIQ, le SFPQ, l’APTS et le SPGQ sou­haitent favo­ri­ser l’accès à des ser­vices publics de qua­lité pour tous, et ce, sur l’ensemble du ter­ri­toire québécois.


Les commentaires sont fermés.