Accueil- Actualités et conjoncturesFrance : Macron remporte la présidence mais la gauche peut riposter au...

France : Macron remporte la présidence mais la gauche peut riposter au « troisième tour » aux élections et dans la rue

Dave Kellaway fournit son analyse initiale du résultat de l’élection présidentielle Français.

Macron a remporté une victoire confortable au second tour des élections présidentielles Français avec une avance de 17 points de pourcentage, soit au moins 5 points de mieux que n’importe lequel des sondages finaux. Le dernier président à obtenir un second mandat fut Chirac en 2002. Mais sa victoire est au moins 8 points pire qu’en 2017, Marine Le Pen augmentant son vote du même montant. Macron a perdu plusieurs millions de voix, l’abstention a augmenté de plus de deux points et le score du vote nul ou blanc est resté élevé à 9% (une baisse de près de 3%). Se rendre au bureau de vote et gâcher son bulletin de vote n’est pas la même chose que de rester à la maison; elle exprime une désaffection politique plus active à l’égard des choix qui s’offrent à lui.

Résultats Ministère de l’intérieur

Nom Votes % d’électeurs inscrits % des suffrages exprimés
Emmanuel MACRON 18 779 641 38,52 58,54
Marine LE PEN 13 297 760 27,28 41,46
Nombre % d’électeurs inscrits % des suffrages exprimés
Électeurs inscrits 48 752 500
Abstentions 13 656 109 28,01
Électeurs 35 096 391 71,99
Bulletins blancs 2 228 044 4,57 6,35
Bulletins nuls 790 946 1,62 2,25
Exprimé 32 077 401 65,80 91,40

Les pourcentages peuvent ne pas totaliser jusqu’à 100 % en raison de l’arrondissement à deux décimales.

Même la dernière fois, Macron a bénéficié de ceux qui ont voté pour lui uniquement pour empêcher le parti d’extrême droite de Le Pen d’accéder à la présidence. Mais en 2022, il a perdu une part importante du soutien enthousiaste à ce qui était censé être le plus jeune président de tous les temps qui était un nouveau visage avec un mouvement de modernisation en dehors des partis traditionnels. Des manifestations contre Macron ont déjà eu lieu à Paris, Lyon, Rennes, Nantes et Marseille. Dans certains endroits, la police est intervenue avec des bombes lacrymogènes et des matraques. L’ampleur du rassemblement victorieux devant la Tour Eiffel ne semblait guère transmettre une vague massive d’enthousiasme pour Macron. D’autre part, l’extrême centre néolibéral qui dirige la majeure partie de l’Europe a été bruyant dans son « soulagement » et son soutien à Macron.

 Fascisme rampant

Une statistique que nous devons garder à l’esprit est de 12 millions contre 5 millions. Marine Le Pen représente un signe clair de ce que notre courant a défini comme un fascisme rampant. Le Pen et Zemmour ont contribué à pousser le centre de gravité de la politique Français vers la droite. Macron lui-même a fait toutes sortes d’ouvertures à l’extrême droite au cours de son mandat de cinq ans:

• Il a donné une interview à Valeurs actuelles, un magazine très à droite.

• Il a fait l’éloge de Pétain, le leader de la collaboration en temps de guerre, comme un grand soldat.

• Gerald Darmain, son ministre de l’Intérieur, a été encouragé à dire que Le Pen était un peu laxiste en matière d’immigration.

• Il a appelé Éric Zemmour pour compatir après que le fasciste ait été crié dans la rue.

• Il a dénoncé ce qu’il a appelé « l’islamo-gauchisme » (gauchisme islamique) dans les universités.

• Il a cultivé des amitiés avec le royaliste Philippe de Villiers et le réactionnaire Christian Estrosi qui dénonce les « cinquièmes colonnes fascistes islamiques » en France.

• Marion Maréchal, du clan Le Pen et soutien de Zemmour, a été invitée à déjeuner à l’Elysée.

En plus de cette démonisation de l’extrême droite, il avait adopté une loi sur le séparatisme qui stigmatisait la communauté islamique et organisait certaines des opérations policières les plus répressives contre les Gilets jaunes, les réfugiés à Calais et d’autres manifestations. L’incapacité à mettre en œuvre les mesures promises pour aider les travailleurs et les pauvres a poussé beaucoup dans les bras de Le Pen qui a développé toute une démagogie autour des mesures sociales. Par exemple, son projet d’augmenter l’âge de la retraite a été contesté par Le Pen.

Malgré une troisième défaite d’affilée pour sa candidature, Le Pen est surtout le plus proche de remporter un gouvernement d’Europe occidentale pour l’extrême droite. Certains commentateurs, même à gauche, croyaient que la candidate non-conformiste et ouvertement fasciste, Zemmour, détruirait fatalement son mouvement. En fait, Le Pen l’a vu partir assez efficacement et a bénéficié de son arrivée d’électeurs qui n’auraient peut-être pas été là pour elle au second tour. Elle est toujours en position de force pour mener toute recomposition politique à droite – les Républicains (LR), le parti dominant de la droite, sont dans un désarroi total après leur score historiquement bas au premier tour. Son gros problème pour les élections législatives est qu’à moins qu’il n’y ait un accord improbable avec la LR ou d’autres courants de droite, il est très difficile de gagner des sièges. Le RN n’a remporté aucun siège en 2017.

Entre les deux tours, il y a eu un effort de la gauche et du mouvement ouvrier pour organiser des manifestations de masse contre Le Pen afin que tout ne se réduise pas à bloquer Le Pen dans les urnes. Certains élèves de Paris ont exprimé leur colère face au manque de choix proposés en fermant leurs écoles. Vingt mille personnes environ ont défilé à Paris avec des manifestations plus petites dans de nombreuses autres villes. Cependant, nous devons nous rappeler qu’en 2002, un million de personnes ont défilé le 1er mai à Paris contre Jean Marie Le Pen.

Un débat à gauche a eu lieu sur la question de savoir s’il fallait simplement se tenir le nez et voter pour Macron ou utiliser la formule adoptée par Jean Luc Mélenchon et le Nouveau Parti anticapitaliste (NPA) de « pas un seul vote » pour Le Pen. Les premières indications suggèrent que même si certains électeurs de Mélenchon ont peut-être voté pour Le Pen aujourd’hui, il s’agissait d’une minorité – l’écrasante majorité a voté Macron, a gâché leur bulletin de vote ou s’est abstenue. Si les sondages avaient été beaucoup plus serrés, la question aurait été posée différemment. Comme il s’avère qu’en ne sautant pas dans un « front républicain » simpliste pour soutenir Macron, la large gauche radicale a mis l’accent sur la poursuite de l’opposition aux politiques du gouvernement Macron. La gauche doit affaiblir son courant autant que possible lors des prochaines élections législatives qui donnent traditionnellement au vainqueur de la présidentielle une bonne majorité de travail.

 Arrêter Macron aux élections législatives de juin

Mélenchon a rappelé à tout le monde ce soir que le troisième tour commence maintenant. Ne tardant jamais à se manifester, son projet est que la gauche se rassemble et gagne suffisamment de sièges pour qu’il devienne Premier ministre et soit ainsi en mesure de bloquer les mesures anti-ouvrières de Macron. Bien qu’il ait obtenu environ 20% en 2017, son mouvement n’a fait élire que 17 députés. Son avance cette fois-ci et le score de deux pour cent pour le Parti socialiste (PS) font de lui encore plus le leader naturel de la gauche. La campagne plus à gauche, écologique et antiraciste qu’il a menée cette fois-ci – abandonnant le drapeau tricolore et certaines de ses pires rhétoriques identitaires nationales – l’a placé dans une meilleure position pour obtenir une alliance avec le Parti communiste (PCF), les Verts (EELV) et le NPA.

Pour le moment, leurs porte-parole ont exclu de tendre la main au « PS néolibéral ». Cependant, la direction du PS a voté mardi pour tenter de parvenir à un accord avec le LFI malgré l’hostilité de certains dirigeants, dont Hidalgo, le candidat à la présidence. La coalition pourrait inclure le PS ou des sections de celui-ci. Il ne fait aucun doute que le PC serait favorable à l’inclusion du PS. Il renforce son argument sur la défense des députés qui ont déjà des sièges.

L’un des points de négociation les plus délicats est de savoir si les députés de gauche existants doivent être protégés. Cela touche particulièrement le PCF car Mélenchon a obtenu de très bons résultats, voire plus de 50%, dans certains de ces anciens bastions du PCF. Roussel, le chef du PCF, a fait valoir que le parti avait toujours une base, des conseillers locaux et un réseau de militants. Il affirme également que le vote tactique au premier tour ne reflète pas totalement le soutien du parti sur le terrain. Pour les écologistes, c’est un argument similaire. Ils ont fait beaucoup mieux aux élections locales et régionales. Il est important que France Insoumis (LFI) et Mélenchon travaillent avec souplesse pour développer une véritable liste unie dotée de comités de soutien locaux dynamiques.

 Réponse des anticapitalistes à la liste de gauche unie

Le NPA a répondu positivement aux ouvertures de la LFI et est prêt à travailler de manière unie pour construire cette coalition électorale de gauche. Il tient à ce que toutes les forces qui rejoignent l’ardoise aient une voix dans sa direction et que chaque courant, tout en soutenant les points clés du programme LFI, ait le droit de défendre ses idées. Le NPA accepte la nécessité pour tous les courants d’adhérer au même profil de campagne et au même manifeste. Chaque courant pourrait prendre sa place au « parlement » de l’Union Populaire (la campagne électorale de LFI). Il a également déclaré que dans le cas où Mélenchon pourrait former un gouvernement, il ne souhaiterait pas siéger à l’intérieur de celui-ci, mais serait favorable à ce qu’un tel gouvernement exécute le programme de la liste. Comme l’explique la déclaration, cela reflète les différences entre la LFI et la NPA sur le rôle des institutions politiques dans la lutte vers une rupture avec la domination capitaliste.

Sa déclaration souligne également que l’objectif d’une campagne unie ne devrait pas être uniquement autour du slogan « Mélenchon pour Premier ministre », mais plutôt ancré dans les luttes sur le terrain contre la politique de Macron. Idéalement, les comités de soutien locaux de toute la gauche devraient être soutenus dans des luttes unies sur le terrain au-delà des élections. La montée continue de l’extrême droite exige la construction systématique d’un mouvement antifasciste plus fort.

La triple polarisation que nous avons vue au premier tour avec l’extrême droite, le centre-droit néolibéral et la gauche radicale large semble continuer à dominer le système politique Français à moins que la droite et la gauche traditionnelles des partis du centre ne renaissent comme un phénix de leurs cendres. Pour la gauche, l’espoir est qu’une campagne unie réussie aux élections législatives de juin élira suffisamment de députés capables de soutenir la résistance de masse au programme néolibéral de Macron. Gagner de manière réaliste une majorité de travail pour Mélenchon serait un long coup, mais toute gauche radicale digne de ce nom doit se présenter pour gouverner. Le courant de Macron a montré lors des élections précédentes qu’il a des pieds d’argile et n’a pas de structure vraiment ancrée dans les localités. La difficulté de Le Pen à forger des alliances peut également aider la gauche. Un gros problème est de mobiliser les électeurs, l’abstention est encore plus élevée aux élections législatives après la présidentielle.

« Le troisième tour commence ce soir. Le bloc populaire qui s’est construit autour de ma candidature est déjà aujourd’hui le troisième domaine qui peut tout changer s’il rassemble les gens et grandit. »

JEAN LUC MÉLENCHON, DÉCLARATION DU 24 AVRIL


Dave Kellaway est membre du comité de rédaction de Anti*Capitalist Resistance, membre de Socialist Resistance, et de Hackney and Stoke Newington Labour Party, contributeur à International Viewpoint et Europe Solidaire Sans Frontieres.