Accueil- Actualités et conjoncturesFace à la forte augmentation des dettes à payer : repenser les...

Face à la forte augmentation des dettes à payer : repenser les alternatives

Selon le Financial Times, les pays les plus pauvres feront face à une augmentation de 11 milliards de dollars du paiement de leur dette en 2022 1 / . De son côté, la Banque mondiale met en garde contre le risque de “défauts désordonnés”.

Un groupe de 73 pays à revenu faible ou intermédiaire devra rembourser quelque 35 milliards de dollars aux prêteurs officiels bilatéraux et du secteur privé en 2022, soit 45 % de plus qu’en 2020. Le Sri Lanka est considéré comme l’un des plus vulnérables . Le Ghana, El Salvador et la Tunisie risquent d’être en difficulté. La Zambie a déjà déclaré la suspension des paiements depuis 2020 pour un montant de 3 000 millions de dollars et sa situation ne s’améliore pas 2/ . Le gouvernement zambien est en train de négocier un nouveau prêt du FMI qui, s’il est accordé, obligera le pays à prendre des mesures d’austérité.

« Les pays les plus pauvres font face à une augmentation de 11 000 millions de dollars des paiements de la dette en 2022 »

Les pays les plus pauvres du monde sont confrontés à une augmentation de près de 11 milliards de dollars des paiements de leur dette cette année, après que beaucoup ont rejeté le plan 2020 du FMI et de la Banque mondiale parce qu’il était lié à de nouvelles conditions et à une perte supplémentaire de souveraineté. Ces pays se sont tournés vers les marchés financiers pour financer leur réponse à la pandémie de coronavirus.

David Malpass, président de la Banque mondiale, a averti que l’insistance des créanciers à être payés augmentera le risque de défauts de paiement de manière désordonnée. “Les pays sont confrontés à la reprise du paiement de la dette juste au moment où ils manquent de ressources pour le faire”, a-t-il déclaré. Comme l’explique le Financial Times lui-même, cette augmentation est une conséquence du fait que les économies en développement empruntent davantage pour faire face à l’impact du coronavirus sur l’économie et la santé, ainsi que de l’augmentation du coût de refinancement des prêts existants et de la reprise des remboursements de la dette. qui avait été suspendu après le déclenchement de la pandémie.

Selon la Banque mondiale, environ 60 % de tous les pays à faible revenu doivent restructurer leur dette ou risquent de le faire, et d’autres crises de la dette souveraine sont susceptibles de suivre. Les gouvernements et les entreprises des pays à revenu faible et intermédiaire ont émis pour environ 300 milliards de dollars d’obligations chaque année en 2020 et 2021, soit plus d’un tiers de plus que les niveaux d’avant la pandémie, selon les données de l’Institute of International Finance, un cartel des grandes banques et des sociétés de financement privées.

“Selon la Banque mondiale, environ 60% de tous les pays à faible revenu doivent restructurer leur dette ou risquent de le faire.”

Les émissions de titres souverains par les pays en développement ont augmenté pendant la pandémie. L’envolée imminente des remboursements intervient malgré une initiative mondiale ourdie par le G20 avec le FMI, la Banque mondiale et le Club de Paris, visant à alléger le poids de la dette des pays pauvres, qui s’est révélée être de la poudre à canon 3/ .

L’initiative de suspension du service de la dette, lancée par le groupe des grandes économies du G20 en avril 2020, visait à reporter environ 20 milliards de dollars dus par 73 pays à des prêteurs bilatéraux entre mai et décembre 2020. mesure que le CADTM a dénoncée en termes très clairs en octobre 2020 4 / . En effet, bien qu’elle ait été prolongée jusqu’à fin 2021, seuls 46 pays ont demandé à rejoindre cette initiative, reconnue par le Club de Paris lui-même 5/. Il convient de noter que, de toute façon, ces 46 pays ont continué à payer le service de la dette en 2020 et 2021 avec des créanciers privés et une série de prêteurs multilatéraux, et maintenant ils doivent payer la totalité du service de la dette d’ici 2022, c’est-à-dire , dettes contractées auprès de créanciers bilatéraux, multilatéraux et privés.

La pandémie a également creusé les déficits budgétaires. Plus de la moitié des États pauvres sont désormais surendettés ou à risque de surendettement, contre 30 % en 2015.

Le nouveau profil des créanciers rendra difficile la restructuration des dettes. En l’espace de dix ans, le secteur privé est devenu le principal bailleur de fonds des pays à revenu faible ou intermédiaire. Elle détenait ainsi 40 % de la dette extérieure totale de l’Afrique en 2019, contre seulement 17 % vingt ans plus tôt.

Les coûts d’emprunt augmentent

Pendant ce temps, les coûts d’emprunt augmentent. Au cours des deux premières années de la pandémie, le maintien de taux d’intérêt bas par les grandes banques centrales a permis aux gouvernements d’emprunter à relativement bon marché, les prêteurs recherchant de meilleurs rendements dans le Sud que ceux obtenus dans le Nord. Mais les investisseurs s’attendant à un durcissement des conditions monétaires mondiales cette année, il devient plus coûteux de refinancer la dette existante. La Réserve Fédérale des Etats-Unis a entamé un processus de relèvement des taux d’intérêt pour lutter contre la montée de l’inflation sur son territoire, cela conduira probablement à l’avenir à un important rapatriement des capitaux financiers vers le Nord et, en particulier, dans un premier temps vers les Etats-Unis États.

Le processus a déjà commencé. Dans de nombreux pays, les taux d’intérêt restent inférieurs au rythme de croissance des prix et les capitaux transfrontaliers quittent les actions et les obligations des marchés émergents. Les fonds d’investissement étrangers ont commencé à s’éloigner des marchés émergents. “L’accès au marché est une chose merveilleuse lorsque l’argent est bon marché, mais il peut y avoir une vision différente lorsque les conditions deviennent difficiles”, a déclaré Ayhan Kose, responsable de l’unité de prévision économique de la Banque mondiale.

“Nous risquons d’assister à une autre décennie perdue pour les pays en développement”, a déclaré Rebeca Grynspan, Secrétaire générale de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement.

« Les problèmes d’endettement sont en augmentation et l’espace budgétaire du monde en développement continuera de se réduire. Nous risquons vraiment d’assister à une autre décennie perdue pour les pays en développement », a déclaré Rebeca Grynspan, Secrétaire générale de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement. De même, cité par le Financial Times, Gregory Smith (Emerging Markets Strategist chez M&G Investments) a déclaré : “Une autre crise de la dette, quelle que soit son évolution, aurait un impact très fort sur les pays très endettés”.

Le “cadre commun” oblige les pays participants à s’entendre d’abord avec les créanciers bilatéraux et le FMI, puis à obtenir le même allégement de la dette des créanciers privés. Seuls le Tchad 6/ , l’Éthiopie et la Zambie ont posé leur candidature et les négociations n’ont pas avancé à ce stade.

Au-delà des alertes émises par la Banque mondiale et d’autres institutions

Au-delà des facteurs conjoncturels à l’origine de cette nouvelle crise de la dette au Sud, il convient d’en souligner les causes structurelles et historiques.

La Banque mondiale, le FMI, le Club de Paris, les classes dirigeantes du Nord et du Sud affirment depuis les indépendances que tout pays du Sud qui veut connaître le progrès économique doit obligatoirement à la fois emprunter et ouvrir son marché intérieur aux produits et aux investissements étrangers. Les mêmes acteurs affirment que les pays du Sud riches en matières premières doivent les exploiter au maximum et les exporter. Cette vision dogmatique, qui repose sur le triptyque de la dette, de l’ouverture maximale des économies et de l’extractivisme, maintient les pays dépendants, subordonnés, sous-développés et endettés en permanence. La grande majorité de la population de ces pays vit, au mieux, dans la précarité et, au pire, dans l’extrême pauvreté.

La dette contractée par la plupart des gouvernements est utilisée pour financer des projets et des politiques qui augmentent en fait la dépendance du pays et se soldent par un échec. Cela ne permet pas au pays de sortir de l’endettement et entre dans une logique permanente d’endettement. Les nouveaux prêts servent à rembourser les anciens. Des circonstances extérieures périodiques rendent le remboursement très difficile voire impossible. Les causes les plus fréquentes sont la hausse des taux d’intérêt internationaux qui renchérit le coût de refinancement de la dette, la hausse des prix des produits importés qui renchérit la facture des importations en devises fortes, la réévaluation du dollar ou d’autres devises fortes par rapport à la monnaie nationale, une mauvaise récolte qui réduit les recettes d’exportation, la chute des prix des produits exportés, les effets d’une crise économique internationale, les conséquences d’une pandémie, etc. Dans le cas du Sri Lanka, c’est ce dernier facteur qui rend la situation très difficile. Parce que le pays dépend des devises étrangères des touristes étrangers qui passent leurs vacances sur l’île, la pandémie a provoqué une forte baisse des revenus et le gouvernement a beaucoup de mal à rembourser sa dette.

Mensonges théoriques

Selon la théorie économique dominante, le développement du Sud est retardé par manque de capital national (insuffisance d’épargne locale). Toujours selon cette théorie, les pays qui entendent entreprendre ou accélérer leur développement doivent recourir aux capitaux extérieurs par trois voies : premièrement, l’endettement extérieur ; deuxièmement, attirer les investisseurs étrangers ; troisièmement, augmenter les exportations pour obtenir les devises nécessaires à l’achat de biens étrangers qui lui permettent de poursuivre sa croissance. Tandis que les plus pauvres doivent aussi essayer d’attirer les dons en se comportant comme de bons élèves des pays développés.

La réalité dément cette théorie : ce sont les pays en développement qui fournissent les capitaux aux pays les plus industrialisés 7/ . Pour en savoir plus sur les théories dominantes : « The Theoretical Fallacies of the World Bank », 10887.

La collaboration entre la Banque mondiale et le FMI est essentielle pour exercer une pression maximale sur les pouvoirs publics. Et pour compléter la tutelle de la sphère publique et des pouvoirs publics, pour avancer dans la généralisation du modèle, la collaboration du binôme Banque mondiale/FMI s’étend à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) depuis sa naissance, en 1995.

“Les gouvernements alliés aux transnationales utilisent l’action coercitive des institutions publiques multilatérales pour imposer leur modèle aux peuples”

L’agenda caché de ces institutions et des classes dirigeantes, celui qui s’applique en réalité, a plutôt pour objectif la soumission des sphères publiques et privées, de toutes les sociétés humaines, à la logique de la recherche du profit maximum sous le capitalisme. La mise en œuvre de cet agenda implique la reproduction de la pauvreté (et non sa réduction) et l’accroissement des inégalités, ainsi qu’une stagnation, voire une dégradation, des conditions de vie d’une grande majorité de la population mondiale, conjuguée à une concentration croissante des richesses. De même, elle implique une poursuite de la dégradation des équilibres écologiques, qui met en péril l’avenir de l’humanité.

L’un des nombreux paradoxes de l’agenda caché est qu’au nom de la fin de la dictature étatique et de la libération des forces du marché, les gouvernements alliés aux transnationales usent de l’action coercitive des institutions publiques multilatérales (Banque mondiale, FMI, OMC) pour imposer leur modèle au peuple.

Rompre avec un modèle et un système qui conduisent à reproduire la pauvreté et creuser les inégalités

Devant l’évidence des risques de suspension des paiements de la dette, l’augmentation flagrante des inégalités et le creusement du fossé entre les économies opulentes et les économies appauvries après l’application du modèle résumé ci-dessus, les dirigeants des institutions se multiplient les déclarations multilatérales pour exprimer leurs préoccupations. Ces institutions ne font aucune autocritique, elles ne mettent jamais en lumière les véritables causes de la situation.

C’est pour ces raisons qu’il faut rompre radicalement avec le modèle appliqué par la Banque mondiale, le FMI, l’OMC, l’OCDE, le Club de Paris, les classes dirigeantes du Nord et du Sud. Le concept de développement étroitement lié au modèle productiviste doit être profondément remis en question. Un modèle qui exclut la protection des cultures et de leur diversité ; qui épuise les ressources naturelles et dégrade irrémédiablement l’environnement ; qui considère la promotion des droits de l’homme, au mieux, comme un objectif à long terme (mais à long terme, nous serons tous morts) ; qu’en réalité, elle perçoit plutôt cette promotion comme un obstacle à la croissance, qu’elle considère l’égalité comme une entrave, voire comme un danger.

“Il faut remettre radicalement en question le concept de développement étroitement lié au modèle productiviste”

Si des mouvements populaires accédaient au gouvernement de plusieurs pays en développement (PED) et mettaient en place leur propre banque de développement et leur propre fonds monétaire international, ils pourraient éviter la Banque mondiale, le FMI et les institutions financières privées des pays les plus industrialisés.

Il n’est pas vrai que les pays en développement doivent recourir à l’emprunt extérieur pour financer leur développement. Actuellement, le recours à l’emprunt sert essentiellement à assurer la continuité du paiement de la dette. Malgré l’existence d’importantes réserves de change 8/ , les gouvernements et les classes dirigeantes locales du Sud n’augmentent pas les investissements et les dépenses sociales.

Il faut rompre avec la vision dominante qui fait de l’endettement une nécessité absolue. Aussi, n’hésitez pas à abolir ou répudier les dettes odieuses ou illégitimes. En effet, une grande partie des dettes ont été contractées contre les intérêts de la population. Cela dit, la dette publique n’est pas mauvaise en soi, si elle est conçue d’une manière radicalement différente du système actuel.

L’emprunt public est totalement légitime s’il sert des projets légitimes et si ceux qui contribuent à l’emprunt le font légitimement. La dette publique pourrait être utilisée pour financer des programmes ambitieux de transition écologique et non pour appliquer des politiques antisociales, extractivistes et productivistes qui favorisent la concurrence entre nations.

En effet, les pouvoirs publics peuvent utiliser les prêts, par exemple, pour :

  • Financer la fermeture totale des centrales thermiques et nucléaires.
  • Remplacer les combustibles fossiles par des sources d’énergie renouvelables respectueuses de l’environnement.
  • Financiar la conversión de los métodos agrícolas actuales (que contribuyen al cambio climático y utilizan muchos insumos químicos responsables de la disminución de la biodiversidad), y al mismo tiempo, favorecer la producción local de alimentos biológicos para volver a la agricultura compatible con nuestra lucha contra le changement climatique.
  • Réduire radicalement les transports aériens et routiers, et développer les transports collectifs et l’usage du train.
  • Financer un programme ambitieux de logements sociaux, peu consommateurs d’énergie.
  • Financer la recherche médicale publique et les dépenses de santé publique pour résoudre les graves problèmes de santé qui affectent l’humanité.

Un gouvernement populaire n’hésitera pas à obliger les entreprises (nationales, étrangères ou multinationales) ainsi que les familles les plus riches à contribuer au prêt sans obtenir aucun avantage, c’est-à-dire sans intérêt et sans compensation en cas d’inflation.

Dans le même temps, les familles des classes populaires disposant d’une épargne seraient invitées à confier cette épargne aux pouvoirs publics pour financer les projets légitimes déjà évoqués. Ce financement volontaire, par l’épargne des classes populaires, serait rémunéré à un intérêt réel positif, par exemple 4 %. Cela signifie que si l’inflation annuelle atteignait 3%, les pouvoirs publics paieraient un intérêt nominal de 7%, pour garantir un taux réel de 4%.

Un mécanisme de ce type serait parfaitement légitime puisqu’il permettrait de financer des projets réellement utiles à la société et qu’il contribuerait à réduire la richesse des riches, tout en augmentant les revenus des classes populaires.

Il existe aussi d’autres mesures qui doivent permettre le financement légitime du budget de l’Etat : obtenir des prêts à taux zéro de la Banque centrale, instaurer un impôt sur les grosses fortunes et les revenus les plus élevés, imposer des amendes aux entreprises responsables de fraudes fiscales majeures, réduire radicalement dépenses publiques, fin des subventions aux banques et aux grandes entreprises, augmentation des impôts sur les entreprises étrangères, notamment dans les secteurs des matières premières…

Mais tôt ou tard, les peuples se libéreront de l’esclavage pour dettes et de l’oppression des classes dirigeantes du Nord et du Sud. Par leur lutte, ils obtiendront la mise en place de politiques qui redistribuent les richesses et mettent fin au modèle productif qui détruit la nature. Les pouvoirs publics seront obligés d’accorder la priorité absolue à la satisfaction des droits humains fondamentaux.

Sortir du cycle infernal de l’endettement sans tomber dans une politique caritative

Pour cela, une gestion alternative s’impose : il faut sortir du cercle infernal de l’endettement sans tomber dans une politique caritative qui vise à perpétuer un système mondial totalement dominé par le capital et par certaines grandes puissances et sociétés transnationales. Il s’agit d’établir un système international de redistribution des revenus et des richesses afin de réparer les pillages séculaires dont les peuples de la périphérie ont été victimes et dont ils continuent de subir.

Ces réparations sous forme de dons ne donnent aucun droit aux pays les plus industrialisés de s’immiscer dans les affaires des peuples indemnisés. Au Sud, il s’agit d’inventer des mécanismes de décision sur l’allocation des fonds et le contrôle de leur utilisation entre les mains des populations et des pouvoirs publics concernés. Cela ouvre un large champ de réflexion et d’expérimentation.


Notes

1 / Financial Times, « Alerte par défaut alors que les pays les plus pauvres font face à 11 milliards de dollars de paiements de dette », 18 janvier 2022

2/ Voir pages 7 et 8 du rapport Eurodad de mai 2021,https://www.cadtm.org/Dette-et-Covid-19-en-Equateur-au-Kenya-au-Pakistan-aux-Philippines- et- en Zambie. Voir aussi Financial Times, « Le président de la Zambie promet de ne pas favoriser les créanciers chinois dans la restructuration », 31 janvier 2022

3/ Milan Rivié, « 6 mois après les annonces officielles d’annulation de la dette des pays du Sud : Où en est-on ? », 17 septembre 2020. Disponible sur :https://cadtm.org/6-mois – après-les-annonces-officielles-d-annulation-de-la-dette-des-pays-du-Sud

4/ Le CADTM condamne les mesures du G20′ sur la dette, 16 octobre 2020.https://www.cadtm.org/El-CADTM-condenas-las-medidas-del-G20-sobre-la-Deuda

5/ Voirhttps://clubdeparis.org/fr/communications/communique-presse/club-paris-met-oeuvre-succes-issd-est-engage-cadre-commun-03-11

6/ Rapport du FMI n° 21/267 sur le Tchad, disponible sur le site Internet du FMI, consulté le 3 février 2022.

7/ Milan Rivié, « Flux financiers illicites : l’Afrique comme principal créancier du monde » publié le 15 octobre 2020 surhttp://cadtm.org/Flujos-financieros-illicitos-Africa-como-principal-acreedor-del-mundo

8/ Les réserves de change sont les avoirs en devises et en or détenus par une banque centrale. Ils prennent également la forme de bons du Trésor et d’obligations d’États étrangers, notamment de bons du Trésor des États-Unis.

L’auteur remercie Claude Quémar et Milan Rivié pour la lecture de l’article.
Traduit pour le CADTM par Alberto Nadal Fernández