En Afrique du Sud, des enjeux municipaux dramatiques

Les problèmes structurels avec le gouvernement local

Ayabonga Cawe (Traduction Charmain Levy)

Cawe est un économiste du développement, conseiller politique et radiodiffuseur.

Des élections municipales ont lieu en Afrique du Sud le 12 novembre. Des municipalités dysfonctionnelles, des services inadéquats et en déperdition, une gouvernance marquée par la corruption et le déclin de l’ANC, c’est une grande tempête qui lève.

 

LES MUNICIPALITÉS sont devenues, à bien des égards, des lieux de dysfonctionnement, de conflit sur la prestation de services et de déclin des ressources financières. Nous avons tous observé l’histoire de ce déclin. Le vérificateur général nous en parle chaque année. Les niveaux de dépenses en capital représentaient en 62,5 % du budget en moyenne. Cela a des implications majeures implications majeures pour la capacité du gouvernement d’atteindre ses objectifs en matière d’accès élargi à l’eau, à l’assainissement, à l’électricité et au logement.

Les dépenses des gouvernements locaux sont considérées comme un instrument anticyclique essentiel en période de crise. Mais il semble que les retards dans les processus de la chaîne d’approvisionnement, la soumission tardive des plans de mise en œuvre et la non-nomination ou la nomination tardive des prestataires de services retardent les projets d’investissement dans les zones où ils sont le plus nécessaires. Et bien sûr, cela a également un effet sur l’emploi.

En outre, la faiblesse des dépenses entraîne une diminution des allocations à l’avenir. Cela punit effectivement les communautés pauvres pour la mauvaise gestion profonde de leurs municipalités et le manque d’initiative et de capacité à dépenser les ressources. Plus important encore, cela aggrave la crise de la reproduction sociale qui se déroule au niveau communautaire.

Crise de la reproduction sociale ?

La reproduction sociale fait référence aux tâches suivantes de donner naissance, d’élever les jeunes, et de s’occuper des malades et des personnes âgées. En outre, Nancy Fraser, philosophe et théoricienne politique théoricienne politique, sont les tâches visant à la construction et la reconstitution des liens sociaux.

La reproduction sociale en Afrique du Sud a historiquement été “externalisée” vers les homelands ou “réserves indigènes”, dans les régions les plus improductives du pays, et externalisée vers les femmes africaines. C’est ce qui a été crucial pour la base de “main-d’œuvre bon marché” de l’économie de l’apartheid et de l’après-apartheid. Le coût de l’éducation des générations successives de la main-d’œuvre n’a pas été supporté par l’industrie, pour laquelle cette main-d’œuvre demeurait un intrant essentiel à la production. Il est plutôt tombé, pendant l’apartheid, sur la production marginale et de subsistance dans la campagne dans des endroits comme Giyani, Cofimvaba, KwaMhlanga et Quthing.

Aujourd’hui, la production au niveau des ménages et des communautés a également été fortement touchée par un certain nombre de facteurs : la crise écologique due à une grave sécheresse, Covid-19, l’arrivée des chaînes de valeur du secteur formel de l’alimentation et du commerce de détail dans ces régions. Cependant, un malaise plus profond peut être lié au flux historique de la population en âge de travailler de ces zones vers la ville, via les couloirs de migration historiques de l’Afrique du Sud. Comme l’a suggéré Langa Zita au début de l’année, cette migration a “depuis longtemps brisé une grande partie de la viabilité du ménage” en tant qu’amortisseur de cette crise de reproduction sociale.

On assiste à un recadrage des anciens débats sur les frontières, ce qui permet la réémergence d’une politique fédéraliste qui conteste directement la notion d’État unitaire. Les perceptions du lien entre les frontières, les performances en matière de prestation de services et les opportunités économiques peuvent susciter des contestations civiques autour de l’espace et de sa délimitation. Ce débat n’est pas nouveau. En 1993, Govan Mbeki a formulé une critique similaire sur la nécessité de prendre en compte un grand nombre de facteurs dans l’établissement des frontières, et pas seulement les fantômes ethnolinguistiques des bantoustans. Mbeki a suggéré, dans le cas de la partie orientale du Cap-Oriental, que la seule raison pour laquelle les “districts du Pondoland oriental” resteraient dans le Cap-Oriental était des raisons ethnolinguistiques – que les responsables des frontières pensaient “que les personnes parlant le xhosa constituaient un groupe culturel à part entière”.

Dysfonctionnement municipal & production économique

Les bases industrielles sont importantes dans la dévolution des pouvoirs aux collectivités locales pour deux raisons liées. La première est qu’il existe une interface entre les besoins sociaux reproductifs et les besoins économiques productifs. Il est essentiel que cela soit pris en compte dans la distribution de l’espace et la planification des infrastructures. Aucun industriel ne s’installera dans une zone dépourvue de routes, par exemple, pour transporter les intrants dans ses usines et les produits finis vers les principaux marchés de consommation. La deuxième raison est liée au fonctionnement institutionnel des municipalités en tant qu’organes de l’État. Les municipalités ont pouvoirs dévolus qui leur permettent de de prélever des impôts fonciers et d’autres taxes sur les ménages et les entreprises locales. Dans de nombreuses régions d’Afrique du Sud, les municipalités supervisent juridictions sans d’entreprises à proprement parler, ou de salaires ménages sur lesquels prélever des taxes foncières et autres taxes.

La fusion des éléments administratifs tels que la facturation et les nouveaux comptes des anciennes municipalités a échoué, entraînant des problèmes chroniques de liquidités. Ces problèmes ont été accélérés par des luttes politiques et entre factions qui ont donné lieu à une “tempête politique parfaite”. Les victimes ont été les ménages et les entreprises, qui ont dû faire face à des pénuries d’eau (en raison de l’incapacité à dépenser les budgets d’investissement), à des routes usées et à des sous-stations non entretenues qui ont entraîné des coupures de courant persistantes. Il en résulte non seulement une aggravation de la crise sociale de la reproduction mentionnée ci-dessus, mais aussi une crise de la production économique et de l’investissement qui limite le potentiel d’emploi, les gains de productivité et les autres retombées de l’investissement industriel. Ces défis institutionnels rendent l’espace économique pour la redistribution et le réinvestissement beaucoup plus réduit.

Les retombées violentes des conflits intra-classes sur les appels d’offres et l’externalisation

La quatrième dimension de cette crise se manifeste par des luttes politiques parfois fatales pour l’espace au sein des partis politiques et des administrations municipales. Ces luttes sont devenues graves et fatales pour deux raisons interdépendantes. La première est l’austérité. Associée aux faiblesses en matière de dépenses et de rapports, elle a entraîné une baisse des allocations aux dépenses d’investissement liées aux infrastructures. En retour, cela réduit la taille du pot pour les “entrepreneurs politiques” locaux liés à des factions politiques particulières. La deuxième raison est la faiblesse de la base industrielle. Cela réduit les opportunités pour une classe entrepreneuriale, en dehors du secteur public et de la fourniture de biens publics. Dans certaines petites municipalités, les seules “opportunités” se trouvent au sein de l’État, avec des possibilités limitées d’accumulation et de mobilité sociale en dehors de celui-ci.

Le déclin électoral de l’ANC dans les métros (qui restent le noyau industriel de l’Afrique du Sud) a également signifié que ces contestations se concentrent encore davantage dans la périphérie rurale et périurbaine, avec une intensité croissante. Et ces contestations mobilisent également des politiques progressistes telles que les “achats préférentiels” à des fins clientélistes et parfois “d’extorsion”.

Au-delà du 1er novembre

Le résultat de ces débordements violents n’est pas seulement la mort et la capture mafieuse croissante des processus de la chaîne d’approvisionnement locale. Il vide également de tout contenu substantiel les politiques visant à élargir l’entreprise et le développement social dans des domaines critiques toujours plus étendus de l’approvisionnement public. Elle crée une loi de la jungle du type “le chien mange le chien”, qui réduit à néant la crédibilité de toute politique de redistribution visant à redresser la situation sociale et raciale. Le résultat est que les subventions conditionnelles sont dépensées de manière inégale. Lorsqu’elles sont dépensées, elles contribuent rarement à la mise en place d’une capacité industrielle spécifique.

Sans surprise, cela aggrave la crise sociale de la reproduction dans les foyers, vide l’État local et incite l’entreprise industrielle à réduire ses effectifs, à distribuer vers le haut et, si possible, à opter pour la fuite. Nous devons répondre et faire face à la tâche de changer cette réalité au-delà du 1er novembre.