Élisabeth Kaine, Jean Tanguay et Jacques Kurtness (dir.), Voix, visages, paysages. Les Premiers Peuples et le XXIe siècle, La Boîte Rouge VIF et PUL, 2016

NOTE DE LECTURE par Suzanne-G. Chartrand.

Le magnifique et combien important livre Voix, visages, paysages. Les Premiers Peuples et le XXIe siècle ouvre une fenêtre sur un monde qui nous est encore trop inconnu, celui des cultures autochtones dont nous partageons le territoire que nos ancêtres ont usurpé. Les textes sont les paroles de membres des Premières Nations et des Inuits. D’une grande sobriété qui n’a d’égale que la profondeur, ils dressent un autoportrait culturel de ces nations et le paysage des luttes à mener.

L’ouvrage regroupe les propos et les œuvres artistiques (photos, tableaux, œuvres d’artisanat) autour de cinq thèmes : 1. Notre passé encore présent ; 2. Les alliances manquées et leurs conséquences ; 3. Nos combats ; 4. Reprendre la place qui nous revient ; 5. Nos aspirations pour un futur basé sur la collaboration et la transmission culturelle.

Ce livre est une réalisation de La Boîte Rouge VIF. Créée en 1991, la BRV est un organisme culturel autochtone à but non lucratif qui a pour mandat la préservation, la transmission et la valorisation des patrimoines culturels communautaires par une approche de concertation et de cocréation. Elle vient de publier aux Presses de l’Université Laval Le petit guide de la grande concertation : création et transmission par et avec les communautés (2016) afin de promouvoir ce mode d’action qui vise à redonner aux groupes autochtones et allochtones des pouvoirs pour qu’ils posent eux-mêmes les actions qui améliorent leur bienêtre. La Boîte Rouge VIF s’inspire des savoirs autochtones pour élaborer ses méthodologies collaboratives en création que ce soit par des expositions, des sites muséaux virtuels, des publications, des films, des sites Web. La concertation constitue une action collective entre tous les partenaires d’un projet où chercheur-e-s universitaires et porteuses et proteurs des savoirs autochtones participent, en toute confiance à parts égales. Elle se retrouve à toutes les étapes d’un projet, de la conception à sa réalisation, et va au-delà du partage de l’information et des tâches.

Le projet de produire le livre Voix, visages, paysages. Les Premiers Peuples et le XXIe siècle est né de cette grande concertation qui a eu lieu entre 2011 et 2013 par des rencontres d’une semaine dans dix-huit communautés des onze nations au Québec. La première étape de concertation consistait en un vaste travail de thématisation fondant les grands axes de l’exposition permanente du Musée de la civilisation de Québec, C’est notre histoire : les Premières Nations et les Inuit au 21e siècle (en cours depuis 2013).

L’exposition ne représente qu’une partie de cette impressionnante banque d’informations colligées et sélectionnées : 250 heures de vidéos, 5000 pages de données écrites, des milliers de photographies. Somme toute, un moment microhistorique bien cadré sur trois ans qui peut faire envie à tout historien, à tout chercheur. Donc Voix, visages, paysages. Les Premiers Peuples et le XXIe siècle vient non seulement combler des manques de l’exposition, mais surtout il libère l’individualité des paroles, la singularité des visages et l’étendue culturelle et spirituelle de ce concept qu’est le paysage. Le film Indian Time (2016) réalisé par Carl Morasse et produit par La Boîte Rouge VIF est monté à partir de ces 250 heures de vidéo et s’avère en quelque sorte une version autre, sonore et visuelle, de cette grande réalisation collective.

Pour l’équipe de La Boîte Rouge VIF, toutes ces activités se vivent comme un laboratoire de savoirs partagés où les partenaires, créatrices et créateurs autochtones sont les auteurs de cette base de recherches. Pour un non-Autochtone, ce type de travail prend fortement l’allure d’une autoethnographie, c’est-à-dire d’un regard distancié sur sa propre culture qui lui permet d’être plus attentif et ouvert à celle des autres et aussi de procéder à un inquiétant et critique retour sur soi et son ethnocentrisme. Pour plus d’informations sur l’ouvrage et sur La Boîte Rouge VIF, voir le site des Presses de l’Université Laval.

par Suzanne-G. Chartrand

 


 

Vous appréciez cet article ? Soutenez-nous en vous abonnant au NCS ou en faisant un don.

Vous pouvez nous faire parvenir vos commentaires par courriel ou à notre adresse postale :

cap@cahiersdusocialisme.org

Collectif d’analyse politique
CP 35062 Fleury
Montréal
H2C 3K4