63e Congrès de la CSN

Du 15 au 20 mai sur le thème du REnouvellement

Par Mis en ligne le 18 mai 2011

C’est sur le thème du renou­vel­le­ment que se dérou­lera, du 15 au 20 mai pro­chain, le 63e Congrès de la CSN. Les quelque 2000 délé­gué-es par­ti­ci­pant seront saisis de pro­po­si­tions visant à ce que la CSN s’engage dans la pro­mo­tion d’un véri­table pacte social pour le Québec, basé sur trois grands axes : la lutte aux inéga­li­tés, un nou­veau modèle de déve­lop­pe­ment durable et le renou­vel­le­ment du syndicalisme. 

REnouveler le syndicalisme
Le syn­di­ca­lisme est à la croi­sée des che­mins. Nous assis­tons, depuis une tren­taine d’années, à des chan­ge­ments struc­tu­rels consi­dé­rables qui affectent le monde du tra­vail et ses ins­ti­tu­tions, dont le mou­ve­ment syn­di­cal. Le syn­di­ca­lisme s’est bâti sur un modèle de déve­lop­pe­ment qui, aujourd’hui, est mis à mal par la mon­dia­li­sa­tion, la finan­cia­ri­sa­tion de l’économie, les enjeux envi­ron­ne­men­taux et la montée du néolibéralisme.

« L’offensive contre les syn­di­cats, ici et par­tout dans le monde, ne donne pas de signes d’essoufflement. Nous devons, dès main­te­nant, ima­gi­ner des stra­té­gies pour pro­gres­ser sur le ter­rain des rela­tions de tra­vail, comme sur celui du débat public. La valo­ri­sa­tion du syn­di­ca­lisme en tant qu’outil essen­tiel dans la quête d’une société plus juste, plus démo­cra­tique et plus éga­li­taire doit être au centre de nos prio­ri­tés », de décla­rer la pré­si­dente sor­tante de la CSN, Claudette Carbonneau.

Le 63e Congrès se pro­pose donc de lancer un grand chan­tier sur le renou­vel­le­ment du syn­di­ca­lisme en met­tant l’accent sur les nou­velles réa­li­tés du monde du tra­vail et sur l’importance d’apporter les cor­rec­tifs néces­saires pour que les légis­la­tions, tout comme nos approches, prennent la pleine mesure de ces trans­for­ma­tions. « Nous devons repen­ser notre façon de pra­ti­quer le syn­di­ca­lisme. Nous avons besoin de réflé­chir à nos approches en matière de négo­cia­tion, à notre rap­port de force, à notre capa­cité de mobi­li­sa­tion et à notre pou­voir d’attraction chez les jeunes », d’indiquer la pré­si­dente. Il sera donc pro­posé que la CSN orga­nise un évé­ne­ment sur le syn­di­ca­lisme, sur ses défis et les enjeux de son renou­vel­le­ment, et ce, en col­la­bo­ra­tion avec ses par­te­naires syndi¬caux.

RÉduire les inégalités
Un des fac­teurs à l’origine des inéga­li­tés est lié à la pré­ca­ri­sa­tion du marché du tra­vail. La pro­li­fé­ra­tion des agences de pla­ce­ment et la mul­ti­pli­ca­tion des sta­tuts d’emploi entraînent de plus en plus de tra­vailleuses et de tra­vailleurs dans l’insécurité et la pré­ca­rité. Les syn­di­cats de la CSN seront invi­tés à donner un coup de barre pour s’attaquer à l’emploi aty­pique. « Plus du tiers des tra­vailleurs occupent un emploi tem­po­raire, à temps par­tiel ou auto­nome. Et ce sont les groupes vul­né­rables qui sont le plus sou­vent vic­times de ces nou­velles formes de tra­vail », rap­pelle la pré­si­dente de la CSN. C’est ainsi que les syn­di­cats affi­liés seront appe­lés à prio­ri­ser la lutte aux dis­pa­ri­tés de trai­te­ment dans le cadre de leurs négo­cia­tions collectives.

« L’accessibilité à une édu­ca­tion de qua­lité est cer­tai­ne­ment le gage d’une par­ti­ci­pa­tion citoyenne active. C’est aussi l’un des plus sûrs moyens de lutter contre les inéga­li­tés en favo­ri­sant le déve­lop­pe­ment des per­sonnes, leur inté­gra­tion et leur main­tien en emploi, de pour­suivre Claudette Carbonneau. Nous devons pous­ser plus loin la démo­cra­ti­sa­tion de notre sys­tème d’éducation et tra­vailler à le reva­lo­ri­ser en tant que prin­ci­pal levier de déve­lop­pe­ment social et éco­no­mique. » Les orien­ta­tions sou­mises à ce congrès pro­po­se­ront entre autres de conti­nuer la lutte au dégel des droits de sco­la­rité uni­ver­si­taire et au décro­chage sco­laire. Elles invitent aussi à reprendre l’offensive pour conso­li­der le fran­çais comme langue de tra­vail et à faci­li­ter l’intégration et le main­tien en emploi des per­sonnes immi­grantes. D’autres pro­po­si­tions portent sur le sur­en­det­te­ment et la retraite ainsi que sur les inéga­li­tés envers les per­sonnes du troi­sième âge et les com­mu­nau­tés autochtones.

RÉclamer un nou­veau modèle de déve­lop­pe­ment durable
Depuis quelques années, la CSN s’est enga­gée en faveur du déve­lop­pe­ment durable. Le 63e Congrès pour­sui­vra dans cette voie. En vue de ren­for­cer et de moder­ni­ser l’emploi dans le sec­teur manu­fac­tu­rier, la cen­trale syn­di­cale pro­po­sera l’adoption d’une poli­tique de déve­lop­pe­ment indus­triel fai­sant une large place aux tech­no­lo­gies vertes et à la diver­si­fi­ca­tion de notre pro­duc­tion manu­fac­tu­rière. Les orien­ta­tions pro­posent aussi d’appuyer un plan vert de recon­ver­sion éner­gé­tique de notre éco­no­mie, le plein contrôle de nos res­sources natu­relles et un sys­tème de rede­vances juste et équitable.

Les orien­ta­tions syn­di­cales des trois pro­chaines années pour­raient aussi amener les syn­di­cats à s’impliquer davan­tage dans leurs milieux de tra­vail, que ce soit sur les ques­tions d’environnement, d’innovation et de recon­ver­sion tech­no­lo­gique, de moder­ni­sa­tion des équi­pe­ments, de for­ma­tion conti­nue et d’organisation du tra­vail. Une atten­tion par­ti­cu­lière pour­rait être portée aux pro­blèmes liés à l’intensification du travail.

« Pour lutter contre les inéga­li­tés, pour impo­ser un virage vers un modèle de déve­lop­pe­ment durable, pour ren­for­cer le syn­di­ca­lisme, nous devons plus que jamais nous réunir, nous redé­ployer, renouer avec la mobi­li­sa­tion et la réin­ven­ter, réin­ven­ter aussi notre action et nos soli­da­ri­tés inter­na­tio­nales, renou­ve­ler nos approches, nos stra­té­gies et notre mem­ber­ship. C’est l’appel que nous lan­çons aux délé­gué-es de ce 63e Congrès », de conclure la pré­si­dente, Claudette Carbonneau.

REnouvellement au comité exécutif
Rappelons qu’il s’agira d’un congrès élec­tif avec les départs annon­cés de la pré­si­dente, Claudette Carbonneau, de la secré­taire géné­rale, Lise Poulin et du 2e vice-pré­sident, Roger Valois. L’actuel 1er vice-pré­sident, Louis Roy, est seul à avoir fait connaître son inten­tion de bri­guer la pré­si­dence. Il en va de même pour Jean Lortie, pré­sident de la Fédération du com­merce qui a annoncé son inten­tion de se porter can­di­dat au secré­ta­riat géné­ral, tout comme Jacques Létourneau, adjoint au comité exé­cu­tif, qui a fait connaître sa volonté de sol­li­ci­ter un mandat à la 1ère vice-pré­si­dence. À la 2e vice-pré­si­dence, à ce jour deux, can­di­dats s’affrontent : il s’agit de Gaétan Châteauneuf, pré­sident du Conseil cen­tral du Montréal métro­po­li­tain et de Jean Lacharité, pré­sident du Conseil cen­tral de l’Estrie. Denise Boucher sol­li­ci­tera un 5e mandat à la 3e vice-pré­si­dence et Pierre Patry un 3e mandat à la tré­so­re­rie. Les mises en can­di­da­ture auront lieu le mer­credi 18 mai et les élec­tions le jeudi 19 mai.

Les commentaires sont fermés.