Des guerres occidentales et des femmes musulmanes

Si les guerres occidentales sont destinées à « libérer » les femmes musulmanes, pourquoi des siècles d’intervention militaire occidentale n’ont-ils pas réussi à le faire ?
Note de l’auteur : Il y a vingt ans, les États-Unis et le Royaume-Uni ont exploité la cause des femmes et des filles en Afghanistan et dans le reste du monde musulman pour justifier leur invasion, leur occupation et d’autres formes d’intervention dans les nations musulmanes. Leurs dirigeants ont enrôlé leurs épouses, Laura Bush et Cherie Blair, dans la guerre de propagande pour « lever le voile » sur les talibans, bien après que le groupe se soit retiré sous le feu des Américains.  
Au cours des années suivantes, plus de femmes sont entrées sur le marché du travail et plus de filles sont allées à l’école, mais les Afghans ont continué à souffrir d’une pauvreté généralisée, d’un analphabétisme et d’un patriarcat aggravés par la violence, la répression et la guerre, blessant avant tout les femmes. L’Afghanistan est devenu la « guerre oubliée » et la cause de ses femmes a été oubliée jusqu’à récemment, lorsque l’administration Trump a essentiellement rendu l’Afghanistan aux talibans et que l’administration Biden a retiré les forces américaines du pays de manière plutôt humiliante. Du coup, la cause des femmes afghanes revient à la une de peur que le peu qui a été accompli ne soit réversible. Comme je l’ai écrit en 2010 dans l’article ci-dessous, malgré les meilleures intentions, les croisades militaires occidentales dans le monde musulman ne résolvent pas les problèmes sociaux et politiques. 
Note de l’éditeur : L’article ci-dessous a été publié pour la première fois sur le site Web d’Al Jazeera le 5 août 2010, sous le titre Western wars vs Muslim women.
Les médias occidentaux regorgent de reportages sur les mauvais traitements infligés aux femmes par les talibans en Afghanistan et au Pakistan, qui présentent d’innombrables voix en faveur de la guerre pour assurer un « avenir meilleur pour les droits des femmes ».  
Si les guerres occidentales « libéraient » les femmes orientales, les femmes musulmanes seraient – ​​après des siècles d’interventions militaires occidentales – les plus « libérées » du monde. Ils ne le sont pas et ne le seront pas, surtout lorsque la liberté est associée à l’hégémonie occidentale.
L’Afghanistan a eu sa part d’interventions militaires britanniques, russes et américaines en vain. En fait, des rapports de groupes de femmes crédibles signalent une aggravation des conditions de vie des femmes afghanes depuis l’invasion américaine il y a dix ans.
Les normes sociales des talibans peuvent être un affront aux valeurs modernes, mais elles ne peuvent pas être remplacées sommairement par les valeurs occidentales, encore moins par la force.
Le fardeau de l’homme blanc
La même logique civilisatrice orientaliste utilisée pendant des siècles pour justifier des guerres coloniales sanglantes est utilisée de nos jours pour manipuler un public hostile à la guerre afin qu’il soutienne l’escalade militaire en Asie centrale.
Le fantasme de longue date de l’homme occidental de «sauver» les femmes voilées de leurs ravisseurs répressifs est exploité pour promouvoir l’idée que la guerre peut libérer les femmes de la colère des «terroristes barbus», tout en «libérant l’Amérique» de leur terrorisme.
Ceux qui cherchent des solutions militaires aux problèmes sociaux ne parviennent pas à faire la distinction entre l’islam et les talibans ou entre les aspects culturels et religieux de la vie en Asie centrale. De plus, ils n’expliquent pas pourquoi ou comment les droits des femmes peuvent être atteints par des moyens militaires.
Après tout, la grande majorité des Pakistanais et des Afghans ont déjà voté contre les talibans – et dans le cas du Pakistan, en faveur d’un parti laïc dirigé par une femme occidentalisée, feu Benazir Bhutto, qui aurait été assassiné par les talibans. En effet, les fondateurs du Pakistan n’étaient pas moins laïcs que nombre de leurs homologues occidentaux.
Pendant des décennies, les Pakistanais et les Afghans ont été les victimes des talibans, des moudjahidines et des chefs de guerre de style médiéval  soutenus et armés par les États-Unis par le biais des services de renseignement pakistanais et saoudiens.
En fait, pendant une grande partie du 20e siècle, les interventions militaires dirigées ou soutenues par l’Occident dans le grand Moyen-Orient ont, intentionnellement ou non, ciblé principalement les régimes nationaux laïcs de la région – de Musaddeq en Iran à Nasser en Egypte en passant par Hussein en Irak, sans oublier parler de Najibullah installé par les Soviétiques en Afghanistan.
Le fardeau de la femme blanche
Aucune explication n’a été fournie quant aux raisons pour lesquelles, 18 ans après le déploiement d’un demi-million de soldats américains et britanniques pour libérer le Koweït et défendre leur alliée l’Arabie saoudite, les femmes saoudiennes ne peuvent toujours pas voter ou conduire.
Des acclamations similaires ont été exprimées en 2001 par Laura Bush et Cherie Blair en faveur de la « guerre pour libérer les femmes d’Afghanistan » alors qu’en réalité, elles faisaient la promotion de la guerre de leurs hommes, et non des droits des femmes.
Un siècle après que le poète anglais Rudyard Kipling ait invoqué pour la première fois le « Fardeau de l’homme blanc » pour expliquer l’invasion et l’occupation des Philippines par les États-Unis, Washington et Londres continuent de justifier leurs interventions militaires et leur occupation, sur plusieurs des mêmes mensonges démystifiés.
Il est scandaleux que l’imposture du «Fardeau de l’homme blanc» ait été exposée avec le sang de millions de personnes, davantage de la même violence soit justifiée sous le prétexte d’un «Fardeau de l’homme blanc et de la femme».
C’est particulièrement le cas lorsque beaucoup préconisent le bombardement d’autres cultures pour obtenir la parité sociale ou l’affinité culturelle avec l’Occident. Une telle eschatologie dangereuse qui espère s’appuyer sur la destruction finira par détruire des sociétés musulmanes entières pour la mascarade d’atteindre la liberté des femmes comme l’imagine l’Occident.
Victimes de l’abus de pouvoir 
En tant que premières victimes des abus de pouvoir, les femmes occidentales sont particulièrement bien placées pour rejeter le plus patriarcal et le plus destructeur de tous les abus de pouvoir : les guerres.
Quant aux femmes musulmanes, il n’y a pas de place dans cette guerre pour ce qu’elles représentent, leurs espoirs ou leurs aspirations. Leur voix est progressivement étouffée par le bruit assourdissant des bombes et des explosions.
Les femmes orientales ont été la première victime civile des guerres. Combien de veuves, de mères, de sœurs et de filles en deuil faudra-t-il pour rejeter les guerres de choix et exposer leur prétendue mission civilisatrice ? Après des décennies de guerre, l’Irak et l’Afghanistan sont maintenant des nations de veuves – cinq millions et plus, selon certains rapports.
N’oubliez pas que la maltraitance des femmes ne s’arrête à aucune frontière culturelle ou géographique. Paradoxalement, aux États-Unis, la violence contre les femmes dans les familles d’anciens combattants est trois à cinq fois plus élevée que dans la moyenne des familles. C’est littéralement le « fardeau de la femme blanche ».