Contexte mondial de mobilisation étudiante

Par Mis en ligne le 09 juillet 2012

Topo tourné le 13 juin lors d’une plé­nière orga­ni­sée par le syn­di­cat des chargé(E)s de cours de l’université de Montréal-SCCCUM. Les Alter Citoyens ont échangé avec Jean-Marc Pilotte, Alain Deneault, Marcos Ancelovici et Christian Nadeau sur la crise qui secoue le Québec. Voici le 1er topo tiré de cette plé­nière, avec Marcos Ancelovici, spé­cia­liste des mou­ve­ments sociaux qui situe la lutte qué­bé­coise dans le contexte mon­dial de mobi­li­sa­tion.

Le Printemps érable et après ?

L’ampleur et la téna­cité du mou­ve­ment étu­diant qué­bé­cois ont sur­pris tout le monde et a sus­cité le res­pect. Maintenant que ce mou­ve­ment s’élargit à l’expression d’un ras-le-bol plus géné­ral et redonne du souffle à la cri­tique du néo­li­bé­ra­lisme, à quoi doit-on en attendre pour l’avenir ? Quelles seront les suites pour la société qué­bé­coise et pour l’avenir de l’éducation ? L’orientation, les struc­tures et la gou­ver­nance des uni­ver­si­tés qué­bé­coises seront-elles ébran­lées ? Ce mou­ve­ment risque-t-il de s’essouffler ?

Jusqu’où les ensei­gnants doivent-ils y par­ti­ci­per et de quelle manière ?

Parmi les thèmes notam­ment abor­dés : états géné­raux sur l’avenir de l’université, démo­cra­tie uni­ver­si­taire, grève sociale, renou­veau de la gauche, déso­béis­sance civile et contexte mon­dial de mobi­li­sa­tion.

Les commentaires sont fermés.