Contexte mondial de mobilisation étudiante

Topo tourné le 13 juin lors d’une plénière organisée par le syndicat des chargé(E)s de cours de l’université de Montréal-SCCCUM. Les Alter Citoyens ont échangé avec Jean-Marc Pilotte, Alain Deneault, Marcos Ancelovici et Christian Nadeau sur la crise qui secoue le Québec. Voici le 1er topo tiré de cette plénière, avec Marcos Ancelovici, spécialiste des mouvements sociaux qui situe la lutte québécoise dans le contexte mondial de mobilisation.

 

 

Le Printemps érable et après ?

L’ampleur et la ténacité du mouvement étudiant québécois ont surpris tout le monde et a suscité le respect. Maintenant que ce mouvement s’élargit à l’expression d’un ras-le-bol plus général et redonne du souffle à la critique du néolibéralisme, à quoi doit-on en attendre pour l’avenir ? Quelles seront les suites pour la société québécoise et pour l’avenir de l’éducation ?  L’orientation, les structures et la gouvernance des universités québécoises seront-elles ébranlées ? Ce mouvement risque-t-il de s’essouffler ?

Jusqu’où les enseignants doivent-ils y participer et de quelle manière ?

Parmi les thèmes notamment abordés : états généraux sur l’avenir de l’université, démocratie universitaire, grève sociale, renouveau de la gauche, désobéissance civile et contexte mondial de mobilisation.