Thème

Conjonctures et actualités

Lettre ouverte
Non à la militarisation de l’aide humanitaire en Haïti
mardi 25 octobre 2016
Conjonctures et actualités

En dépit du retrait des troupes domi­ni­caines d’Haïti annoncé par voie de presse, nous tenons à expri­mer notre indi­gna­tion sans bornes lorsque nous avons appris, le 13 octobre 2016, que des sol­dats domi­ni­cains avaient été déployés en Haïti sous pré­texte de pro­té­ger des convois d’aide huma­ni­taire en pro­ve­nance de la République domi­ni­caine. Ceux et celles qui ne par­tagent pas ou ne com­prennent pas notre légi­time colère devant cet inac­cep­table état de fait ne savent pas ou ignorent peut-être déli­bé­ré­ment qu’en 1937 près de 30 000 Haïtiens ont été mas­sa­crés par des sol­dats domi­ni­cains sous l’ordre du gou­ver­ne­ment domi­ni­cain alors engagé dans une cam­pagne de haine et d’épuration eth­nique visant les res­sor­tis­sants haï­tiens sur son ter­ri­toire. Rappelons que tout récem­ment, le 23 sep­tembre 2013, la République domi­ni­caine a retiré rétro­ac­ti­ve­ment la natio­na­lité domi­ni­caine à un quart de mil­lions de Dominicains d’origine haï­tienne nés en République domi­ni­caine. Cela, en vio­la­tion de la consti­tu­tion domi­ni­caine qui recon­naît le prin­cipe de non-rétro­ac­ti­vité de la loi et malgré le fait que la République domi­ni­caine soit signa­taire de la conven­tion de l’ONU sur la réduc­tion de l’apatridie.

Par
Lire la suite...
Modernité et interconnexions :
La crise systémique du capital et l’augmentation des différentes formes de violences à l’égard des femmes
mardi 25 octobre 2016
Conjonctures et actualités

w-silviafederici2Silvia Federici, écri­vaine, mili­tante et pro­fes­seure de l’Université de Hofstra de New York, est consi­dé­rée comme une réfé­rence pour com­prendre l’interconnexion entre la crise sys­té­mique actuelle du capi­tal et l’augmentation des dif­fé­rentes formes de vio­lences à l’égard des femmes, en se réfé­rant aux ana­lyses fémi­nistes de la tran­si­tion du féo­da­lisme au capi­ta­lisme et au rôle du tra­vail repro­duc­tif non sala­rié dans la consti­tu­tion du sys­tème capi­ta­liste. De pas­sage en Équateur pour par­ti­ci­per à dif­fé­rentes ren­contres uni­ver­si­taires et avec les mou­ve­ments fémi­nistes en mai 2016, elle nous a accordé le pré­sent entre­tien. Elle y ana­lyse de manière cri­tique l’actualisation directe et indi­recte des « chasses aux sor­cières » et les consé­quences des poli­tiques extrac­ti­vistes sur les vies et les corps des femmes, entre autres en Amérique latine. Elle montre le grave impact qu’a eu la crise du sys­tème pour les femmes à dif­fé­rents niveaux, mais aussi de manière dif­fé­ren­ciée selon les régions.

Lire la suite...
Le CETA et la protection des investisseurs :
Lettre ouverte d’universitaires canadiens
au Parlement de la région wallonne et aux Belges
lundi 24 octobre 2016
Conjonctures et actualités

AU PARLEMENT DE LA RÉGION WALLONNE ET AUX ÉLECTEURS BELGES A PROPOS DU CETA ET DE SON SYSTÈME DE PROTECTION DES INVESTISSEURS ÉTRANGERS (ISDS)

17 Octobre 2016

cetaNous sommes des uni­ver­si­taires cana­diens pos­sé­dant une vaste exper­tise col­lec­tive dans le règle­ment des dif­fé­rends inves­tis­seurs-État (ISDS) et les ques­tions connexes rela­tives aux accords de com­merce et d’investissement du Canada. Nous appar­te­nons éga­le­ment au petit groupe d’experts cana­diens dans ce domaine qui ne tra­vaillent pas comme juges arbitres ISDS dans des cabi­nets d’avocats ou pour le gou­ver­ne­ment.

Nous écri­vons après avoir lu les articles de presse du week-end passé fai­sant état des tac­tiques d’intimidation uti­li­sées par les poli­ti­ciens cana­diens et les repré­sen­tants des entre­prises pour influen­cer vos pro­ces­sus légis­la­tifs et gou­ver­ne­men­taux. Nous ne pen­sons pas que ces voix rendent compte fidè­le­ment de l’expérience du Canada dans le cadre du sys­tème de pro­tec­tion des inves­tis­seurs étran­gers que le CETA vou­drait étendre. Il faut savoir que de nom­breux Canadiens ont exprimé leur pro­fonde pré­oc­cu­pa­tion au sujet de ce sys­tème de pro­tec­tion des inves­tis­seurs étran­gers en raison de l’expérience du Canada avec un sys­tème simi­laire, l’Accord de libre- échange nord-amé­ri­cain (ALENA), et lors des débats sur le FIPA (Canada-China Foreign Investment Promotion and Protection Agreement), parmi d’autres accords.

Lire la suite...
Le communisme comme horizon [1]
La démocratie et le capitalisme
mercredi 19 octobre 2016
Conjonctures et actualités

jody-deanLe charme discret de la démocratie bourgeoise

Le capi­ta­lisme com­mu­ni­ca­tion­nel est le lieu de conver­gence entre les idéaux démo­cra­tiques et l’exploitation capi­ta­liste à tra­vers les réseaux contem­po­rains de l’information, des loi­sirs et des com­mu­ni­ca­tions. La démo­cra­tie semble être réa­li­sée parce que de plus en plus de gens par­ti­cipent. Des voix aupa­ra­vant inau­dibles se font entendre. De nou­velles dis­cus­sions expri­mant de nou­veaux points de vue prennent forme. Et alors quel est le résul­tat ? En gros, ces dis­po­si­tifs ren­forcent le contrôle exercé par le capi­ta­lisme et rendent la contes­ta­tion encore plus dif­fi­cile. La « démo­cra­ti­sa­tion » pro­vo­quée par le capi­ta­lisme com­mu­ni­ca­tion­nel soli­di­fie l’édifice du capi­tal. Des « démo­crates radi­caux » veulent élar­gir ou revi­go­rer la démo­cra­tie. Ils parlent d’une « vraie » démo­cra­tie, une démo­cra­tie « authen­tique ». Selon moi, cela n’est pas le vrai pro­blème. Le pro­blème du capi­ta­lisme ne réside pas dans la pro­cé­dure, mais dans la sub­stance. Il ne faut pas aban­don­ner l’idée qu’il existe des alter­na­tives au capi­ta­lisme. Il faut éviter une fas­ci­na­tion pour la pro­cé­dure et penser que la solu­tion réside dans une plus grande par­ti­ci­pa­tion popu­laire au sein du pro­ces­sus poli­tique. Ce pro­ces­sus est struc­turé par le capi­ta­lisme. Lénine avait raison de dire que l’État démo­cra­tique est la meilleure inven­tion pour pro­té­ger la bour­geoi­sie. Sous le régime démo­cra­tique bour­geois, on observe l’aggravation de l’inégalité.

Par
Lire la suite...
Amérique latine:
Dérive des « progressismes » luttes sociales et horizons émancipateurs
La gauche en question
jeudi 13 octobre 2016
Conjonctures et actualités

bastaPenser le post-pro­gres­sisme en Amérique latine est devenu une urgence et un impé­ra­tif à la lumière de l’accélération dérou­tante de la fin du cycle à laquelle on assiste depuis 2015. Ainsi, tandis que cer­tains gou­ver­ne­ments pro­gres­sistes com­mencent à vivre leurs der­nières années de mandat sans que leurs lea­ders aient la pos­si­bi­lité d’être réélus à la pré­si­dence (comme en Équateur et en Bolivie), d’autres ont déjà été brus­que­ment dépla­cés par des forces de droite (au moyen des urnes en Argentine ou par d’autres moyens, légaux mais illé­gi­times au Brésil) ; ou affrontent, en mino­rité par­le­men­taire, une implo­sion sociale et éco­no­mique, comme c’est le cas au Venezuela.

Lire la suite...
FSM 2016
Les défis de la gauche en Amérique latine
Synthèse de l’atelier « Les défis de la gauche en Amérique latine »
lundi 3 octobre 2016
Conjonctures et actualités

fsm2016Depuis les années 1980, la stra­té­gie de la gauche latino-amé­ri­caine a été de conqué­rir les espaces ins­ti­tu­tion­nels tout en inves­tis­sant dans les mou­ve­ments sociaux et la contes­ta­tion publique. Dans ce pro­ces­sus, la gauche ins­ti­tu­tion­nelle a été happée par l’État et par la logique du pouvoir.(1)

Ce phé­no­mène n’est pas nou­veau. Depuis le début du 20e siècle, dif­fé­rents mou­ve­ments révo­lu­tion­naires de gauche ou pro­gres­sistes sont arri­vés par divers moyens à la tête de divers pays. Malgré le fait qu’ils ont pro­vo­qué d’importantes trans­for­ma­tions, ils ont pra­ti­que­ment tous fini par être absor­bés par la logique du capi­ta­lisme et par celle du pou­voir, deux logiques très simi­laires. Tout d’un coup, leur objec­tif le plus impor­tant était devenu de cher­cher le moyen d’acquérir plus de pou­voir pour rester au pou­voir.

La gauche a tenté d’y trou­ver une raison logique en arguant que ne pas remettre en ques­tion les struc­tures poli­tiques éta­blies per­met­tait d’élaborer rapi­de­ment des poli­tiques publiques de redis­tri­bu­tion de la richesse. Cette façon de penser a été pro­blé­ma­tique à plu­sieurs niveaux. Dans des pays comme le Brésil, la démo­cra­ti­sa­tion des années 1980 n’a entraîné de rup­ture ni avec les struc­tures oli­gar­chiques du pou­voir bâties depuis l’époque colo­niale ni avec le fédé­ra­lisme répu­bli­cain cen­tra­li­sa­teur établi depuis le début du 20e siècle, per­pé­tuant ainsi l’accumulation des pro­fits et de la richesse de l’élite. Les États d’Amérique latine sont tra­di­tion­nel­le­ment répres­sifs et repré­sen­ta­tifs des valeurs et conser­va­trices éli­tistes et des torts qu’elles causent. En s’adaptant aux struc­tures éta­tiques, la gauche a renoncé à son objec­tif ini­tial de faire de la trans­for­ma­tion un moyen et une fin.
Pour pou­voir diri­ger, les chefs de gou­ver­ne­ment de gauche ont opté pour une stra­té­gie d’alliances avec les repré­sen­tants éco­no­miques de l’opposition. À cause de cela, il n’y a pas eu de véri­table réforme agraire, car l’union avec le plus impor­tant sec­teur de l’agro-industrie, celui des expor­ta­teurs de soya trans­gé­nique, a permis l’augmentation de la pro­duc­tion d’OGM.

Lire la suite...
FSM2016: Bilan et prospective
Pensant ensemble l’avenir du Forum social mondial
Pour garder le sillon de l’espoir
mardi 20 septembre 2016
Conjonctures et actualités

maher-haninkacemLa tenue au cours de cette deuxième semaine d’une nou­velle ses­sion du FSM ici à Montréal est venu en temps oppor­tun, en effet, beau­coup d’événements se sont suc­cédé et beau­coup de chan­ge­ments mar­quants, poli­tiques, géos­tra­té­giques et des mul­tiples dyna­miques depuis la clô­ture de la ses­sion de Tunis nous invitent à s’engager davan­tage à la fin de notre ren­contre cana­dienne dans un débat franc, plu­riel et construc­tif sur la place, le rôle et le futur de notre mou­ve­ment alter­mon­dia­liste, et de l’espace qui nous réunis depuis 2001 ( le FSM )

La crise de la gauche en Amérique latine, la montée des droites et des popu­lismes en Europe, la pré­sence de plus en plus frap­pante du monde des affaires et de l’argent sur la scène poli­tique inter­na­tio­nale ainsi que la double impasse dans laquelle se trouve les prin­temps arabes semblent retar­der le déclin de l’hégémonie néo­li­bé­rale et nous inter­pellent à redé­fi­nir notre démarche pour ren­for­cer la capa­cité du forum à arti­cu­ler les mou­ve­ments émer­gents pour le chan­ge­ment social et le renou­veau de la gauche .
En effet, cinq ans après le réveil de l’histoire pour reprendre l’expression d’Alain Badiou, grâce aux émeutes his­to­riques en Tunisie puis en Égypte, la région du Maghreb Machrek ne semble pas garder la même dyna­mique.

Lire la suite...
Bulletin du réseau Intercoll
Bilan du FSM2016
lundi 19 septembre 2016
Conjonctures et actualités
Quelques notes sur le Forum de Montréal et sur l’avenir du FSM
dimanche 18 septembre 2016
Conjonctures et actualités

L’appréciation du Forum social mon­dial de Montréal en août 2016 est contra­dic­toire. La par­ti­ci­pa­tion des mou­ve­ments du Sud a été frei­née par les scan­da­leux refus de visas et la fai­blesse du fonds de soli­da­rité. Ces pro­blèmes étaient atten­dus, mais leurs consé­quences ont été sous-esti­mées. Le déve­lop­pe­ment, dans le Nord, du pro­ces­sus des Forums sociaux mon­diaux est néces­saire ; il ne peut se faire au détri­ment de la par­ti­ci­pa­tion pleine et entière, pre­mière même, des mou­ve­ments des pays du Sud. La par­ti­ci­pa­tion des mou­ve­ments de dif­fé­rents pays à Montréal, ville inter­na­tio­nale, a permis une cer­taine diver­sité des par­ti­ci­pants, sans pour autant cor­ri­ger les absences qui ont pesé très lourd. Les débats ont été, dans l’ensemble, de très bonne tenue. La prin­ci­pale raison est le retour des Forums thé­ma­tiques et des mobi­li­sa­tions inter­na­tio­nales. Les réseaux de mou­ve­ments se sont ren­for­cés dans beau­coup de domaines qui ont été visibles à Montréal. On a pu le voir dans les tables de conver­gence et dans les grandes confé­rences qui ont été très sui­vies. Des ren­contres régio­nales de mou­ve­ments ont été très impor­tantes. Celle sur l’Amérique latine (orga­ni­sée par l’Espace éman­ci­pa­tion des NCS) a permis de prendre la mesure d’une évo­lu­tion dra­ma­tique. De même que les ren­contres sur le Moyen-Orient avec la pré­sence des mou­ve­ments pales­ti­niens et de BDS, les confé­rences sur la Syrie, l’Irak, l’Égypte. On a pu mesu­rer le dyna­misme du pro­ces­sus avec les forums asso­ciés tels le Forum mon­dial des migra­tions, le Forum des médias libres, le Forum sur la théo­lo­gie de la libé­ra­tion, le Forum des par­le­men­taires et des élus locaux.

Lire la suite...
Forum parlementaire mondial
Déclaration finale
Bilan FSM
dimanche 18 septembre 2016
Conjonctures et actualités

forum_parlementaire_fsm2016Nous, par­ti­ci­pantes et par­ti­ci­pants du Forum par­le­men­taire mon­dial, réuni.es à Montréal, le 9 août 2016, dans le cadre du Forum social mon­dial, des élu.es de tous les conti­nents repré­sen­tant des for­ma­tions poli­tiques adhé­rant à la Charte de Porto Alegre, des repré­sen­tantes et repré­sen­tants des mou­ve­ments sociaux et des citoyennes et citoyens engagé.es, adop­tons la décla­ra­tion sui­vante. Nous dénon­çons l’État cana­dien qui a inter­dit de séjour de nom­breux par­ti­ci­pants et par­ti­ci­pantes du Forum social mon­dial engagé.es pour la paix, la démo­cra­tie, la jus­tice sociale et l’environnement, parmi les­quels plu­sieurs par­le­men­taires.

Lire la suite...