Thème

Conjonctures et actualités

Réforme du mode de scrutin
Trudeau est-il en train de paver la voie au vote préférentiel ?
lundi 19 décembre 2016
Conjonctures et actualités

Lors de l’entrevue qu’il accor­dée à Radio-Canada récem­ment le pre­mier ministre Justin Trudeau a réitéré l’engagement que son gou­ver­ne­ment ferait adop­ter une réforme du mode de scru­tin à temps pour la tenue des élec­tions de 2019 comme le Parti libé­ral l’avait promis lors de la der­nière cam­pagne élec­to­rale. Le chef du gou­ver­ne­ment contre­dit ainsi des décla­ra­tions que lui même, ainsi que la ministre de la réforme élec­to­rale, Maryam Monsef, avaient faites il y a quelques semaines.

Lire la suite...
Entretien avec Gilbert Achcar (1)
Les dessous de la crise en Syrie
Propos recueillis par Pierre Beaudet (2)
dimanche 18 décembre 2016
Conjonctures et actualités

PB – La crise en Syrie a éclaté au moment où au Moyen-Orient et en Afrique du Nord sur­gis­sait le « prin­temps arabe ». Il y avait un fond commun de reven­di­ca­tions démo­cra­tiques, ainsi que des mou­ve­ments popu­laires rela­ti­ve­ment spon­ta­nés, non vio­lents. En quoi la situa­tion en Syrie s’est-elle déve­lop­pée d’une manière spé­ci­fique ?

GA – Le sou­lè­ve­ment syrien de 2011 s’inscrit plei­ne­ment dans ce qui a été appelé le prin­temps arabe. Il n’en dif­fère en rien du point de vue de ses racines pro­fondes, sociales, éco­no­miques et poli­tiques. Comme l’ensemble des pays de la région, la Syrie est un pays qui a connu une aggra­va­tion des condi­tions éco­no­miques au cours de la der­nière décen­nie, très mar­quée, notam­ment dans les zones rurales. Parallèlement, dans les villes, le chô­mage a for­te­ment aug­menté, consé­quence d’un phé­no­mène de dés­in­dus­tria­li­sa­tion. Entre-temps, les mesures néo­li­bé­rales dans le domaine de l’économie ont pro­vo­qué une énorme concen­tra­tion de la richesse dans la famille régnante. Le cousin du pré­sident actuel est l’homme le plus riche de la Syrie et contrôle une partie majeure de l’économie syrienne.

Lire la suite...
Il serait pourtant plus facile d’instaurer un scrutin proportionnel que de négocier des accords de libre-échange
lundi 12 décembre 2016
Conjonctures et actualités

Comme il fal­lait s’y attendre le gou­ver­ne­ment Trudeau ne rem­plira pas l’engagement de réfor­mer le mode de scru­tin pour les pro­chaines élec­tions qui a été un des prin­ci­paux élé­ments de la pla­te­forme de son parti lors de la cam­pagne élec­to­rale de 2015. Le pre­mier ministre l’avait lui-même laissé entendre au Devoir il y a quelques semaines et la ministre Maryam Monsef, res­pon­sable de la réforme élec­to­rale, l’a confirmé il y a quelques jours au moment du dépôt de son rap­port par le comité par­le­men­taire mul­ti­par­tite mis sur pied afin de consul­ter la popu­la­tion au sujet de la réforme élec­to­rale.

Lire la suite...
Pourquoi Cuba est-elle devenue un problème difficile pour la gauche ?
mercredi 30 novembre 2016
Conjonctures et actualités

Boaventura de Sousa SantosCette ques­tion peut paraître étrange, et cer­tains diront que la for­mu­la­tion inverse serait peut-être plus exacte : pour­quoi la gauche est-elle deve­nue un pro­blème dif­fi­cile pour Cuba ? Au cours du XXe siècle, en effet, la révo­lu­tion cubaine a occupé une place incon­tour­nable au sein de la pensée et de la pra­tique de la gauche. Cela semble d’autant plus vrai que l’on porte moins le regard sur la société cubaine, en elle-même, et plus sur la contri­bu­tion de Cuba en matière de liens entre les peuples, tel­le­ment les actes de soli­da­rité inter­na­tio­na­liste posés par la révo­lu­tion cubaine au cours des 50 der­nières années ont été nom­breux. On peut dire que l’Europe et l’Amérique du Nord ne seraient pro­ba­ble­ment pas autre chose que ce qu’elles sont sans la révo­lu­tion cubaine. Mais il n’en a pas été ainsi dans le cas de l’Amérique latine, de l’Afrique et de l’Asie, c’est-à-dire dans les régions de la pla­nète où vit 85% de la popu­la­tion mon­diale. Au cours des cinq der­nières décen­nies, la soli­da­rité inter­na­tio­na­liste four­nie par Cuba a porté sur les domaines les plus divers, entre autres, sur les domaines poli­tique, mili­taire, social et huma­ni­taire.

Lire la suite...
¡Hasta siempre Comandante !
samedi 26 novembre 2016
Conjonctures et actualités

fidel-castroLes pro­chaines géné­ra­tions se sou­vien­dront long­temps de Fidel Castro et de sa révo­lu­tion impro­bable. En 1959 avec une poi­gnée de gué­rillé­ros et une orga­ni­sa­tion fan­to­ma­tique, il s’empare du pou­voir détenu par quelques voyous et mafio­sos. Au début, les États-Unis hésitent, mais rapi­de­ment, le conflit éclate, notam­ment lorsque le nou­veau gou­ver­ne­ment décide de redis­tri­buer les terres qui appar­tiennent à la puis­sante United Fruit. Dès 1960, une guerre invi­sible com­mence avec les mul­tiples ten­ta­tives de la CIA d’assassiner Castro. En 1961, une ten­ta­tive d’invasion menée par des mer­ce­naires cubains à la solde des États-Unis se ter­mine par un lamen­table échec. En 1962, le monde passe à un cheveu de la guerre nucléaire quand les États-Unis décident d’empêcher l’installation de mis­siles sovié­tiques à Cuba.

Castro tient le coup parce qu’essentiellement, il a l’appui de la popu­la­tion. D’une part, il rompt avec la cor­rup­tion géné­ra­li­sée et l’insolence des riches qui avaient trans­formé ce pays en une sorte de bordel déli­rant des États-Unis. D’autre part, le nou­veau régime, certes peu démo­cra­tique, a l’immense qua­lité de répondre aux besoins du peuple, ce qui place Cuba bien en avant des pays d’Amérique latine au niveau des poli­tiques sociales et de l’intégration socio-éco­no­mique des couches mar­gi­na­li­sées (notam­ment des Afro-Cubains). Cuba devient le cham­pion dans plu­sieurs domaines (santé mater­nelle et infan­tile, alpha­bé­ti­sa­tion et sco­la­ri­sa­tion, etc.)

Lire la suite...
États-Unis
Trump à la Maison blanche : La droite dure contre l’establishment ?
mercredi 16 novembre 2016
Conjonctures et actualités

La vic­toire du répu­bli­cain Donald Trump amène au pou­voir le pré­sident le plus réac­tion­naire de l’histoire contem­po­raine des États-Unis. Elle ouvre aussi sur un futur incer­tain, ne serait-ce que parce que cet homme est un total out­si­der poli­tique. Il est cepen­dant sûr que sa vic­toire va conduire à des attaques contre le monde du tra­vail, les femmes, les lati­nos, les afro-amé­ri­cains et les per­sonnes LGBT.

Lire la suite...
Le syndrome de Donald Trump
mardi 15 novembre 2016
Conjonctures et actualités

des-manifestants-a-detroit-avant-une-visite-de-donald-trump-le-3-septembre-2016_5662289Même les obser­va­teurs les plus avisés furent ébran­lés par l’élection de Donald Trump à la pré­si­dence des États-Unis. Pour cer­tains, ce fut un véri­table trau­ma­tisme. L’homme ne pré­sen­tait-il pas tous les signes d’un indi­vidu écer­velé, atteint sans doute de copro­la­lie, visible sur­tout dans les moments de stress ? Sa rhé­to­rique struc­tu­rée par une ana­phore insi­pide et ses gestes com­pul­sifs de clown ne fai­saient-ils pas de lui un indi­vidu inculte, vul­gaire, doté d’une intel­li­gence bien au-des­sous de la moyenne ? On disait qu’il était là pour amuser la gale­rie ; sa pré­sence et ses dis­cours atti­raient certes les foules et sur­tout une plé­thore de camé­ras, mais on savait per­ti­nem­ment que, le jour venu, il allait tirer sa révé­rence, gêné comme un petit enfant qui s’est rendu compte qu’il n’avait ni l’expérience ni l’âge mental pour riva­li­ser avec des poli­ti­ciens che­vron­nés. On riait, riait et les grandes comme les petites chaines de télé­vi­sion fai­saient leur chou gras de la pré­sence de cet homme sur la scène poli­tique : leur côte d’écoute aug­men­tait de façon expo­nen­tielle, l’argent de la publi­cité cou­lait à flots.

Lire la suite...
La gauche et la question nationale
Le Parti socialiste du Québec et la question nationale
Le rendez-vous manqué
vendredi 28 octobre 2016
Conjonctures et actualités

En 1963, une for­ma­tion poli­tique voit le jour au Québec pour mettre de l’avant un projet socia­liste. Avec des syn­di­ca­listes et des intel­lec­tuels, le Parti socia­liste du Québec (PSQ) s’inscrit dans cette gauche « émer­gente » qui se déve­loppe dans le contexte d’une révo­lu­tion pas-si-tran­quille qui tra­verse le Québec. Au départ pro­met­teur, le projet s’étiole jusqu’à sa dis­pa­ri­tion dans l’indifférence géné­rale en 1968. L’intention de cet essai n’est pas de faire une his­toire « défi­ni­tive » du PSQ, mais d’explorer à partir de cette expé­rience his­to­rique les débats qui se sont concen­trés sur la ques­tion natio­nale. Un tableau synop­tique sur l’histoire du PSQ se retrouve à la fin du texte.

Lire la suite...
Communiquer de la NAPAC
Des professeur-e-s de CÉGEP s’opposent à la création du Conseil des collèges
tant qu’il sera inspiré par une mentalité et des orientations commerciales
jeudi 27 octobre 2016
Conjonctures et actualités

logo-napacL’association des pro­fes­seurs de phi­lo­so­phie des CÉGEP du Québec, la Nouvelle alliance pour la phi­lo­so­phie au col­lège (NAPAC), s’oppose à la créa­tion d’un Conseil des col­lèges, puisque le projet, dans sa forme actuelle, est animé par des orien­ta­tions uti­li­ta­ristes repre­nant la rhé­to­rique de l’arrimage école-marché au détri­ment de l’équilibre entre tech­nique et culture qui est au fon­de­ment de la mis­sion des CÉGEP. C’est ce que les pro­fes­seur-e-s ont fait valoir aujourd’hui dans un mémoire déposé dans le cadre des consul­ta­tions minis­té­rielles visant la consti­tu­tion d’un Conseil des col­lèges, d’un Conseil des uni­ver­si­tés et d’une Commission mixte de l’enseignement supé­rieur.

Par
Lire la suite...
Un extrait de
Ce cauchemar qui n’en finit pas
Une crise historique de la gauche
mercredi 26 octobre 2016
Conjonctures et actualités

dardot-lavalLa gauche dite de gou­ver­ne­ment a toute sa res­pon­sa­bi­lité dans la radi­ca­li­sa­tion néo­li­bé­rale. Elle n’est pas, comme elle vou­drait le faire croire, l’innocente vic­time des méchants mar­chés finan­ciers ou de l’abominable doc­trine ultra­li­bé­rale des Anglo-Saxons. Elle a orga­nisé son propre sabor­dage intel­lec­tuel et poli­tique plutôt que de résis­ter à la puis­sance de la droite néo­li­bé­rale. Lorsqu’elle fut majo­ri­taire en Europe, à la fin des années 1990 et au début des années 2000, cer­tains ont pu croire que l’Europe sociale et poli­tique allait enfin prendre le dessus sur l’« Europe des banques ». Las, l’occasion d’une réorien­ta­tion de la poli­tique euro­péenne fut com­plè­te­ment gâchée par la conduite de la plu­part des diri­geants de la « social-démo­cra­tie ». Avec Schröder, la soli­da­rité euro­péenne est passée tota­le­ment à la trappe et prio­rité fut donnée à la com­pé­ti­ti­vité de la seule Allemagne par la com­pres­sion des salaires et la flexi­bi­li­sa­tion du marché du travail(1).

Pour com­prendre cet ali­gne­ment, il faut remon­ter un peu plus loin dans le temps. Si les poli­tiques d’austérité ont pu si faci­le­ment s’imposer en Europe, la « social-démo­cra­tie » euro­péenne en est la pre­mière res­pon­sable. Loin de consti­tuer une contre-force, elle a en effet pré­féré faire alliance avec la droite sur ce ter­rain. Mieux, elle a voulu prou­ver à quel point elle était encore plus zélée quand il s’agissait de faire peser le poids de la crise sur la popu­la­tion en aug­men­tant les impôts, en rédui­sant les retraites, en gelant les trai­te­ments des fonc­tion­naires, en s’attaquant au code du tra­vail. La gauche de gou­ver­ne­ment a ainsi cessé d’incarner une force de jus­tice sociale dont l’objectif était l’égalité civile, poli­tique et éco­no­mique et dont le res­sort était la lutte des classes. L’extrême droite n’a eu qu’à bra­con­ner dans les terres ouvrières en déshé­rence pour ins­tru­men­ta­li­ser la colère sociale d’une frac­tion de l’électorat popu­laire et la diri­ger contre les immi­grés et le « sys­tème » sup­posé les favo­ri­ser.

Lire la suite...