Thème

Conjonctures et actualités

La question nationale revisitée
Introduction au dossier
Numéro 24 - Automne 2020
jeudi 17 septembre 2020
Conjonctures et actualités

La pré­pa­ra­tion de ce dos­sier des NCS a pris une tour­nure tota­le­ment inat­ten­due avec l’éclatement de la pan­dé­mie de la COVID-19 en mars der­nier. Cela fai­sait plu­sieurs mois que nous avions com­mencé à défi­nir les contours de la ques­tion natio­nale en tenant compte des évé­ne­ments contem­po­rains, notam­ment de la vic­toire élec­to­rale du natio­na­lisme conser­va­teur et iden­ti­ta­riste de la Coalition Avenir Québec (CAQ), de l’imminente réces­sion éco­no­mique et de la recon­fi­gu­ra­tion de la ques­tion natio­nale au sein de l’univers néo­li­bé­ral contem­po­rain.

Et puis un jour, le ciel nous est tombé sur la tête.

Lire la suite...
LA DROITE : QUELLES DROITES ?
La société américaine hantée par le fascisme culturel, religieux et « doux »
Enjeux nationaux et internationaux
vendredi 11 septembre 2020
Conjonctures et actualités, No. 23 - Hiver 2020

État de la situa­tion

L’arrivée au pou­voir de Donald Trump est, pour les États-Unis et pour l’ensemble des socié­tés capi­ta­listes avan­cées, symp­to­ma­tique de la crise et de la fai­blesse de la gou­ver­nance au sein de la classe capi­ta­liste. Cette der­nière ne peut plus répondre aux reven­di­ca­tions des tra­vailleurs et des tra­vailleuses rela­tives aux condi­tions de vie, à l’environnement, à la mili­ta­ri­sa­tion de notre pla­nète et au dépé­ris­se­ment de la démo­cra­tie libé­rale. La colère des classes popu­laires est inti­me­ment liée à la peur d’un avenir incer­tain. Aux États-Unis, cela s’est tra­duit par un res­sen­ti­ment pro­fond envers les élites poli­tiques et une méfiance à l’endroit des ins­ti­tu­tions. Si la Bourse de New York semble en pleine santé, c’est sur­tout au béné­fice de la classe capi­ta­liste et de ses valets au sein de la classe poli­tique. Les faits parlent d’eux-mêmes : baisses d’impôts pour les riches, avan­tages tari­faires pour les com­pa­gnies et socié­tés état­su­niennes et, qui plus est, une Maison-Blanche aux mains des ténors de Wall Street.

Lire la suite...
LA DROITE : QUELLES DROITES ?
CAQ : quel retour du nationalisme économique ?
Enjeux nationaux et internationaux

Après un peu plus d’un an de gou­ver­ne­ment de la Coalition avenir Québec (CAQ), quel bilan éco­no­mique peut être tracé ? Sommes-nous face à un parti qui pour­suit l’œuvre aus­té­ri­taire de ses devan­ciers libé­raux ? Son ancrage natio­na­liste lui fait-il déve­lop­per une poli­tique éco­no­mique moins béa­te­ment favo­rable au capi­tal inter­na­tio­nal ? Ou sommes-nous en pré­sence d’une sorte d’Action démo­cra­tique du Québec (ADQ) 2.0 ?

Lire la suite...
Alain Philoctète (1963-2020)
samedi 30 mai 2020
Conjonctures et actualités
Alain Philoctète

Alain Philoctète

C’est tôt ce matin que notre ami Alain est parti pour le grand voyage. Pendant des mois, il a com­battu la mala­die. Alain ne lâchait pas.

Il laisse der­rière ses quatre fils et sa for­mi­dable com­pagne, Chantal Ismé.

Alain était le genre d’intellectuel formé dans les batailles de rue à l’époque de la dic­ta­ture de « Baby Doc » en Haïti. Il lisait beau­coup, il avait une vaste culture théo­rique, mais au bout de la ligne, les pages obs­cures de Marx et de Gramsci devaient servir à la lutte et non pour faire le fan­fa­ron uni­ver­si­taire. Appelons cela le « mar­xisme » de la bar­ri­cade, qui est pro­ba­ble­ment le seul « mar­xisme » qui compte.

Lire la suite...
La santé malade du capitalisme
Biopouvoir et souffrance psychique
Souffrance psychique et capitalisme

Propos recueillis par Marie-Claude Goulet

Miguel Benasayag est phi­lo­sophe, psy­cha­na­lyste et ancien résis­tant gué­va­riste franco-argen­tin. Il a publié de nom­breux ouvrages, dont Du contre-pou­voir, Résister, c’est créer, Le mythe de l’individu. L’entretien réa­lisé avec Miguel Benasayag por­tera plus spé­ci­fi­que­ment sur les deux ouvrages sui­vants : La santé à tout prix : méde­cine et bio­pou­voir[1]et Les pas­sions tristes. Souffrance psy­chique et crise sociale[2].

Lire la suite...
Valleyfield, mémoires et résistances
Nick Srnicek – Capitalisme de plateforme. L’hégémonie de l’économie numérique
Notes de lecture

Montréal, Lux, 2018

Voici un livre péda­go­gique qui réper­to­rie et explique quels rôles rem­plissent les dif­fé­rents types de pla­te­formes mon­tées par Google, Apple, Facebook, Amazon (les GAFA) ou par les Netflix, Airbnb, Tesla et Uber (les NATU), tout en situant leur appa­ri­tion et, sur­tout, leur fara­mi­neux déve­lop­pe­ment, dans l’évolution du capi­ta­lisme des qua­rante der­nières années. L’ouvrage fait donc œuvre de vul­ga­ri­sa­tion scien­ti­fique, tant sur les phé­no­mènes récents de muta­tion des formes d’entreprises capi­ta­listes asso­ciées à l’envol de l’économie dite numé­rique, que sur quelques-uns des apports du mar­xisme en termes de grille de lec­ture. Ce petit fas­ci­cule, en outre très bien écrit, ne traite pas de thèses déjà avan­cées, par exemple sur le phé­no­mène d’accumulation par dépos­ses­sion cerné par David Harvey. Ici, l’auteur décrit plutôt les ten­ta­tives, qu’il estime vouées à l’échec, des nou­velles formes d’entreprises sup­por­tant les tech­no­lo­gies numé­riques de sus­ci­ter des pro­ces­sus d’accumulation par repro­duc­tion.

Lire la suite...
L'accès à la justice, quelle justice?
Autopsie d’un rendez-vous manqué
Bilan des luttes Front commun 2015
samedi 25 avril 2020
Conjonctures et actualités

Cet article repose sur la convic­tion que le demi-mil­lion de tra­vailleuses et de tra­vailleurs du sec­teur public qué­bé­cois mobi­li­sés au sein du Front commun n’a pas fait tous les gains qu’il aurait pu et dû faire sur les plans sociaux, éco­no­miques et poli­tiques. La der­nière négo­cia­tion débouche sur l’appauvrissement dans les pro­chaines années des tra­vailleuses et des tra­vailleurs du sec­teur public. Pire encore, nous pen­sons que l’offensive de déman­tè­le­ment des ser­vices publics du gou­ver­ne­ment actuel n’a pas été sérieu­se­ment ébran­lée par le Front commun alors qu’elle aurait pu l’être. Le constat est d’autant plus alar­mant que nous avons été témoins, depuis plus d’un an, d’une mobi­li­sa­tion phé­no­mé­nale – à cer­tains égards sans pré­cé­dent – des tra­vailleuses, des tra­vailleurs, des citoyennes et des citoyens du Québec.

Lire la suite...
Valleyfield, mémoires et résistances
Réflexions engagées sur le municipalisme au Québec
Débat sur le municipalisme

L’automne mont­réa­lais de 2017 a été marqué, avec l’élection de Projet Montréal (PM) et la créa­tion du col­lec­tif Gauche urbaine de Montréal (GUM), par un regain d’intérêt pour les pers­pec­tives pro­gres­sistes sur le droit à la ville. L’année 2019, pour sa part, consti­tue non seule­ment l’année de mi-mandat de PM, mais com­porte aussi deux anni­ver­saires impor­tants pour la gauche muni­ci­pale qué­bé­coise, soit le cin­quan­te­naire de la fon­da­tion du Front d’action poli­tique (FRAP) et le 45e anni­ver­saire de la fon­da­tion du Rassemblement des citoyens de Montréal (RCM), ce der­nier ayant été au pou­voir de la métro­pole entre 1986 et 1994.

Lire la suite...
Valleyfield, mémoires et résistances
Le mouvement pour 15 dollars l’heure : où en sommes-nous ?
Bilan des luttes

Dans la foulée des mou­ve­ments amé­ri­cains et onta­riens pour un salaire mini­mum à 15 dol­lars l’heure, un mou­ve­ment qué­bé­cois s’est mis en place afin de reven­di­quer à son tour une aug­men­ta­tion sub­stan­tielle du salaire mini­mum. En fai­sant le por­tait du mou­ve­ment pour le 15 dol­lars au Québec, un pre­mier constat s’impose : le mou­ve­ment qué­bé­cois pour l’augmentation du salaire mini­mum n’est pas unifié. Contrairement à l’Ontario et à la cam­pagne 15 and Fairness, nous ne sommes pas devant une seule et unique coa­li­tion regrou­pant l’ensemble des orga­ni­sa­tions sou­hai­tant se mobi­li­ser pour le 15 dol­lars. Les dif­fé­rents acteurs orga­nisent tout de même des actions com­munes.

Lire la suite...
Valleyfield, mémoires et résistances
Les enseignantes et enseignants d’Oakland ont gagné leur grève
Bilan des luttes

Bien qu’elle n’ait pas atteint tous ses objec­tifs, la grève des ensei­gnantes et ensei­gnants d’Oakland a trans­formé la ville, permis des gains impor­tants et donné aux édu­ca­teurs un rap­port de force contre les mil­liar­daires qui pour­suivent l’objectif de la pri­va­ti­sa­tion de l’éducation.

Lire la suite...