Conférence Mondiale des Peuples sur le Changement Climatique et les Droits de la Mère Terre

Mis en ligne le 24 janvier 2010

Conférence Mondiale des Peuples sur le Changement Climatique et les Droits de la Mère Terre

Du 20 au 22 avril 2010 à Cochabamba, Bolivie

Constatant le grave péril que cela repré­sente pour les îles, les zones côtières, les gla­ciers de l’Himalaya, des Andes et des mon­tagnes du monde, des pôles de la Terre, des régions chaudes comme l’Afrique, des sources d’eau, des popu­la­tions tou­chées par les désastres natu­rels crois­sants, des plantes et des ani­maux, ainsi que l’écosystème en géné­ral ;

Démontrant que les per­sonnes les plus tou­chées par le chan­ge­ment cli­ma­tique seront les plus pauvres de la pla­nète, ceux qui ver­ront leurs mai­sons et sources de survie détruites seront obli­gés à partir et à cher­cher un refuge ; confir­mant que le 75% des émis­sions his­to­riques de gaz à effet de serre sont appa­rues dans les pays indus­tria­li­sés du nord ;

Constatant que le chan­ge­ment cli­ma­tique est le pro­duit du sys­tème capi­ta­liste ;

Regrettant l’échec de la Conférence de Copenhague à cause de la res­pon­sa­bi­lité des pays dit “déve­lop­pés” qui ne recon­naissent pas la dette cli­ma­tique envers les pays en voie de déve­lop­pe­ment, des futures géné­ra­tions et de la Mère Terre ;

Affirmant que pour garan­tir le res­pect total des Droits de l’Homme au XXI siècle, il faut recon­naître et res­pec­ter les Droits de la Mère Terre ;

Réaffirmant le besoin de lutter pour la jus­tice cli­ma­tique ;

Reconnaissant le besoin d’assumer les actions urgentes afin d’éviter des dom­mages plus impor­tants et des souf­frances à l’humanité, à la Mère Terre et de réta­blir l’harmonie avec la nature ;

Sûr que les peuples du monde guidés par les prin­cipes de soli­da­rité, jus­tice et res­pect à la vie, seront capables de sauver l’humanité et la Mère Terre ; et com­mé­mo­rant le jour inter­na­tio­nal de la Mère Terre,

Le Gouvernement de l’Etat Plurinational de la Bolivie convoque les peuples, les mou­ve­ments sociaux et les défen­seurs de la Mère Terre du monde, et invite les scien­ti­fiques, les cher­cheurs, les juristes et les gou­ver­ne­ments qui veulent tra­vailler avec leurs peuples à la Conférence Mondiale des Peuples sur le Changement Climatique et les Droits de la Mère Terre, qui aura lieu du 20 au 22 avril 2010 à Cochabamba, Bolivie.

Les objec­tifs de la Conférence Mondiale des Peuples sur le Changement Climatique et les Droits de la Mère Terre sont :

1) Analyser les causes struc­tu­relles et sys­té­ma­tiques qui pro­voquent le chan­ge­ment cli­ma­tique et pro­po­ser les mesures de fond qui entraî­ne­ront le bien-être de l’humanité tout entière en har­mo­nie avec la nature.

2) Discuter et conve­nir du projet de la Déclaration Universelle des Droits de la Mère Terre.

3) Convenir des pro­po­si­tions des enga­ge­ments nou­veaux pour le Protocole de Kyoto et des pro­jets de Décisions de la Convention des Nations Unies sur le Changement Climatique qui gui­de­ront les actions des gou­ver­ne­ments enga­gés avec la vie aux négo­cia­tions sur le chan­ge­ment cli­ma­tique et dans les scé­na­rios des Nations Unies, selon :

a) La dette cli­ma­tique ;

b) Migrants-réfu­giés du chan­ge­ment cli­ma­tique ;

c)Réduction des émis­sions ;

d) Adaptation ;

e) Transfert de tech­no­lo­gie ;

f) Financement ;

g) Forêts et chan­ge­ment cli­ma­tique ;

h)Vision par­ta­gée ;

i) Peuples indi­gènes et…

j) Autres

4) Travailler sur l’organisation du Référendum Mondial des Peuples sur le Changement Climatique.

5) Analyser et éta­blir un Plan d’Action pour avan­cer dans l’établissement d’un Tribunal de Justice Climatique

6) Définir les stra­té­gies d’action et la mobi­li­sa­tion pour la défense de la vie face aux chan­ge­ments cli­ma­tiques et pour les Droits de la Mère Terre.

Bolivie, le 5 jan­vier 2010

Evo Morales Ayma, Président de l’Etat Plurinational de la Bolivie

Les commentaires sont fermés.