Chili, Québec, Brésil, Europe… Les étudiants en lutte pour un système universitaire plus démocratique

Ces dernières années ont vu le  déclenchement  de  mouvements  étudiants   puissants   dans   plusieurs pays, du Nord comme du Sud : au Chili en   2011,  au  Québec  (Canada)  en  2012  puis  au  Brésil  en  2013.  Partout,  une  même  revendication  pour  un  système  universitaire  plus  démocratique. Au  Chili,  en  2011,  les  étudiants  ont  dénoncé  le  fait  que  le  système  d’éducation chilien est financé majoritairement par le secteur privé au détriment du   secteur   public (héritage   de   la   dictature   de   Pinochet). En effet,   seulement   25 % du système d’éducation chilien est financé par l’État, les étudiants devant verser par le biais   des   frais   universitaires   les   75  %   restants.

Critiquant ce système cher et inefficace, les étudiants ont réclamé une augmentation de l’implication de l’État dans l’éducation, afin de mettre en place une éducation gratuite,  publique,  et  de  qualité.  Le  mouvement  a  vu  l’émergence  de  leaders   étudiants charismatiques, comme Camila Vallejo, présidente de la Fédération des étudiants de l’université du Chili (FECH) et Giorgio Jackson, président de la Fédération des étudiants de l’université catholique du Chili (FEUC). Peu à peu, des élèves des établissements secondaires se sont joints aux mobilisations, suivis par les élèves et étudiants des établissements privés. En juin 2011, les   étudiants   ont   organisé   des   marches   dans   les   villes   principales   du   Chili,   largement  suivies,  tant  par  des  étudiants  que  par  des  sympathisants.

Le   mouvement   étudiant   chilien   a   continué   en   2012   et   repris   de   l’ampleur   en  2013,  dans  la  perspective  de  l’élection  présidentielle  prévue  en  novembre   prochain. Le 11 avril 2013, entre 120 000 et 150 000 personnes ont défilé à Santiago. Le 26 juin 2013, des dizaines de milliers de jeunes ont manifesté à  Santiago  ainsi  qu’à  Concepcion,  dans  le  sud  du  pays,  pendant  que  d’autres   occupaient  des  lycées  et  des  universités  de  la  capitale.  Selon  les  organisateurs,   ils  étaient  100  000  dans  le  centre  de  Santiago.  Il  s’agit  de  la  6e  marche  depuis   le   début   de   l’année.

Ils   ont   érigé   des   barricades   autour   des   établissements,   provoquant  d’énormes  embouteillages  dans  les  rues  de  la  capitale.  Ce  mouvement de juin 2013 a donné lieu à une répression violente de la police, déplorée par  la  maire  de  Santiago,  Carolina  Toha  (gauche).  Depuis  2011,  les  étudiants   chiliens  ont  organisé  près  d’une  centaine  de  manifestations  pour  demander  au   gouvernement de Sebastian Pinera – premier président de droite depuis la fin de  la  dictature  en  1990  –  une  réforme  du  système  éducatif.

L’ancienne  présidente  de  centre  gauche  Michelle  Bachelet  (2006-­2010),  qui   vient  de  remporter  la  primaire de gauche  en  vue  de  la  présidentielle[1] ,  a  promis   de  travailler  à  la  mise  en  place  d’une  éducation  gratuite  dans son  pays,  classé   au  dernier  rang  des  34  pays  membres  de  l’OCDE  en  termes  d’inégalités.  Elle  tente de séduire le mouvement étudiant qui, jusqu’à présent, reste sceptique envers  elle, chantant  dans  les  manifestations :

«  Elle  va  tomber,  elle  va  tomber,  l’éducation  de  Pinochet…  et  de  Bachelet.  » Pourtant  Michelle  Bachelet   a   une   position   progressiste   sur   les   questions   d’éducation,   mais   les   étudiants   mobilisés  en  réclament  plus  encore.

Au  Québec,  le  «  printemps  érable  »  de  2012  s’est  traduit  par  la  plus  longue   grève   étudiante   de   l’histoire   de   cette   province   canadienne,   de   février   à   septembre 2012, en protestation contre l’augmentation projet e des droits de scolarité  universitaires,  décidée  par  gouvernement  du  Parti  libéral  (droite)  de   Jean Charest. Cette grève massive a été finalement victorieuse puisqu’elle a abouti   à   la   chute   du   gouvernement   Charest   et   à   l’annulation   par   décret   de   la   hausse   des   frais   de   scolarité,   par   la   nouvelle   Première   ministre,   Pauline   Marois   (sociale-­démocrate),   en   septembre  2012.   En   même   temps,   celle-­ci   a   supprimé  la  «  loi  12  »  qui,  adoptée  en  mai  2012  par  le  gouvernement  libéral,   empêchait la tenue de piquets de grève et imposait des restrictions aux manifestations   de   plus   de   50   participants.

Ce   sont   principalement   les   fédérations   d’associations étudiantes québécoises, la FECQ, la FEUQ, et la plus radicale CLASSE  (Coalition  large  de  l’Association  pour  une  solidarité  syndicale  étudiante)  qui  ont  coordonné  la  grève.  De  nombreuses  manifestations  ont  été  organisées ainsi que des moyens d’action plus originaux comme les  » concerts de   casseroles  ».   Depuis   1990,   les   droits   d’inscription   universitaires   avaient   augmenté de manière exponentielle au Québec lors des périodes où le parti libéral  était  au  pouvoir  (augmentation  de  plus  de  200  %  entre  1995  et  2005).   En  mars  2012,  on  comptait  plus  de  300  000  étudiants  en  grève,  sur  un  total   d’environ 400 000, soit une écrasante majorité. De nombreux professeurs d’université  ont  soutenu  le  mouvement,  signant  le  Manifeste  des  professeurs   contre  la  hausse.

Mouvements  sociaux  et  alliances

Ce   mouvement   étudiant   québécois,   avec   pour   emblème   un   carré   rouge,   a   reçu des soutiens dans de nombreux pays : ainsi le 22 mai 2012, 100e jour de la  grève  étudiante  québécoise,  une  manifestation  de  soutien  a  lieu  à  Paris,  une   autre à New York, où les étudiants ont publié une lettre ouverte en appui à la grève  étudiante  québécoise. Après  le  succès  du  mouvement,  la  CLASSE  est  allée  encore  plus  loin,  réclamant la gratuité pure et simple de la scolarité universitaire, ce qui rejoint les revendications  du  mouvement  étudiant  chilien.

Au  Brésil,  lors  du  vaste  mouvement  de  protestations  du  printemps  2013,  les   étudiants   ont   été   en   pointe   et   même   à   l’origine   du   mouvement.   L’université   de Sao Paulo (USP) a été un centre important de ce mouvement. Immense campus   à   l’américaine,   rassemblant   plus   de   80   000   étudiants,   c’est   là   qu’a   germé   le   Mouvement   Passo   libre   («  libre   passage  »)   qui   prône   la   gratuité   des   transports   publics.   Pourtant   cette   université,   très   élitiste   (elle   est   la   plus   prestigieuse  et  la  plus  sélective  d’Amérique  latine),  rassemble  essentiellement   des   étudiants   issus   de   la   classe   moyenne   ou   supérieure.   En   effet,   bien   que   les   études   y   soient   gratuites,   la   sélectivité   fait   que   les   élèves   pauvres,   issus   d’écoles  publiques  (au  niveau  médiocre),  n’ont  aucune  chance  d’y  être  admis.   Mais ces jeunes étudiants favorisés ont développé une sensibilité aux problèmes sociaux qui touchent leur pays. Ils dénoncent le fait que  » la croissance ne profite qu’à une poignée de gens à et réclament des « réformes en profondeur  ».[2]

Marcelo  Ridenti,  le  mouvement  étudiant   brésilien  de  2013  se  rapproche  du  Mai  68  français,  survenu  lui  aussi  en  pleine   période  de  prospérité[3]. D’ailleurs l’USP a été lancée dans les années 1930 par des  intellectuels  français  tel  Claude  Lévi-­Strauss.  Et  le  Mai  68  français  avait en son temps suscité des échos au Brésil où les étudiants s’étaient alors élevés contre   la   dictature   militaire,   sa   violence,   son   arbitraire,   sa   répression[4].   Les   étudiants  brésiliens  avaient  dénoncé  la  dictature  dès  son  installation  en  1964,   réclamant  notamment  une  réforme  universitaire,  ce  à  quoi  le  pouvoir  avait  répondu en incendiant l’immeuble de l’UNE Rio,  puis  en  1966  en  opérant  une  violente  répression  à  la  faculté  de  médecine   de  Praia  Vermelha  (Rio),  restée  connue  sous  le  nom  de  «  massacre  de  la  Praia   Vermelha ».  En   1968,   la   mort   du   lycéen   Edson   Luís   Souto,   tué   parce   qu’il   participait  à  une  manifestation  à  Rio  pour  défendre  le  restaurant  Calabouço,   réservé aux étudiants, et que la dictature voulait fermer le considérant comme un  local  de  réunions  et  de  mobilisation,  a  provoqué  une  mobilisation  pour  son   enterrement.

Durant les mois qui ont suivi, des conflits armés et sanglants ont   eu   lieu   dans   tout   le   pays,   aboutissant   à   la   grande   «  Passeata   dos   Cem   mil   » [manifestation des cent mille] le 26 juin 1968. Ensuite, tout au long des années  1970,  le  mouvement  étudiant  brésilien  a  été  très  actif  pour  lutter  contre   la dictature et pour un système universitaire plus juste[5].  Le  mouvement  de   2013 est l’héritier de ces mouvements étudiants ; galvanisés par les jeunes, Chili, Québec, Brésil, Europe… Les étudiants en lutte pour un système universitaire plus démocratique, les Brésiliens étaient plus de 250 000 à manifester le 18 juin dernier (dont 100 000 dans la seule ville de Rio de Janeiro et 65 000 à Sao Paulo).

Loin d’être des isolats, ces différents mouvements nationaux jettent des ponts entre eux : ainsi, en juillet 2012, la CLASSE a publié une «  Déclaration de   solidarité   avec   le   mouvement   étudiant   du   Brésil  »   qui   rend   hommage   à   la   solidarité exprimée par le mouvement étudiant brésilien envers le  » printemps érable « . Elle appelle à des actions communes et affirme :  » Nous luttons ensemble  pour  une  priorité  à  l’éducation  accessible,  gratuite  et  de  qualité  et  contre   la   marchandisation   de   l’éducation  »[6].   Dans   différents   pays   concomitamment   émerge ainsi l’idée d’une éducation gratuite et de qualité, fournie par l’État.

Comme l’illustre le film El  Estudiante,  ou  récit  d’une  jeunesse  révoltée,   réalisé  en  2012  par  l’Argentin  Santiago  Mitre,  qui  dépeint  l’atmosphère  très   politisée à l’université à Buenos Aires, beaucoup d’étudiants d’aujourd’hui, que  ce  soit  dans  les  pays  du  Nord  ou  du  Sud,  connaissent  une  profonde  prise   de   conscience   politique   et   sociale   qui   les   amène   à   revendiquer   un   système   éducatif plus juste et progressiste, et à dénoncer le caractère mercantile et inégalitaire  du  système  actuel.

Aux États-Unis, les montants astronomiques des prêts universitaires que les   étudiants   sont   obligés   de contracter   pour   payer   leurs   études   provoquent   actuellement  une  «  bombe  de  la  dette  étudiante  »[7] qui pourrait bien préfigurer la  prochaine  crise  à  éclater,  après  celle  des  subprimes. En France, la situation n’est guère plus réjouissante : la multiplication d’établissements supérieurs privés, aux frais d’inscription très élevés[8],  dans  des  domaines  peu  couverts   par  l’enseignement  public  (écoles  de  commerce,  d’informatique,  de  manage­ment,   d’ingénierie   numérique),   apparaît   inquiétante   (ces   écoles   opérant   une   sélection par l’argent et le niveau de leurs diplômes ne faisant l’objet d’aucune garantie),  de  même  que  l’ensemble  de  la  politique  universitaire,  caractérisée   par  la  mise  en  avant  du  principe  de  concurrence,  inspirée  par  les  idées  de  la   droite néolibérale hostile à l’État-providence et par l’essor du « new  public   management  ».

Dans   l’esprit   du   processus   de   Bologne   initié   en   1999,   la   loi   LRU (relative aux libertés et aux responsabilités des universités) de 2007 a représenté   un   pas   énorme   dans   la   voie   de   l’université   entrepreneuriale.   Elle   pose également les bases d’une privatisation du financement universitaire. Entre les deux modèles universitaires existants, le modèle scandinave fondé sur  la  gratuité  des  études  supérieures  et  le  modèle  anglais  qui  fait  payer  de  plus   en  plus  cher  l’accès  à  l’enseignement  supérieur,  c’est  ce  dernier  qui  a  le  vent   en poupe en Europe aujourd’hui[9].

Dans ce contexte il apparaît souhaitable que continuent à se diffuser par-delà  les  frontières  une  prise  de  conscience  de  l’urgence  de  refuser  la  mise  en   marché  de  l’université  et  la  marchandisation  du  savoir,  et  un  mouvement  de   fond   pour   la   mise   en   place   de   systèmes   universitaires   égalitaires   et   de   qualité.

Notes

1) Au moment où nous publions ce numéro (novembre 2013) nous ignorons encore les résultats du second  tour  de  l’élection  présidentielle  au  Chili  (15  décembre).  Mais,  selon  toutes  les  prévisions,   Michelle Bachelet, arrivée largement en tête au premier tour avec 46,7 % des voix, devrait remporter cette  élection.

2) Benoît Hopquin, « Brésil, le cocon de la contestation », Le  Monde, 9 juillet 2013.

3)  Marcelo Ridenti : « Ce sont les jeunes Brésiliens éduqués qui sont dans la rue », Le  Monde,  Culture  et idées, 4 juillet 2013, propos recueillis par Benoit Hopquin.

4) Angélica Müller, « Le mouvement étudiant au Brésil : résonances françaises et spécificités », Matériaux pour l’histoire de notre temps, 2009/2 (No. 94), p. 78-84.

5)  Angélica  Müller,  « La  résistance  du  mouvement  étudiant  brésilien  au  régime  dictatorial  et  le  retour  de  l’UNE à la scène politique (1969-1979) », thèse de doctorat en histoire, sous la direction de Michel Pigenet et de Maria Helena Capelato, 2010 (université Paris 1).

6) http://www.asse-solidarite.qc.ca/actualite/lettre-de-solidarite-avec-le-mouvement-etudiant-du-bresil/

7) François Delapierre, La  Bombe  de  la  dette  étudiante.  Le  capitalisme  contre  l’université,  Paris,  Bruno  Leprince,  2013.

8) En France, le coût de la rentrée universitaire a augmenté de 50 % en dix ans (cf. Isabelle Bruno,«  Pourquoi  les  droits  d’inscription  universitaires  s’envolent  partout  »,  Le  Monde  diplomatique,  septembre  2012).

9) Christian Laval, Francis Vergne, Pierre Clément, Guy Dreux, La  nouvelle  école  capitaliste,  Paris,  La  Découverte,  2011.



[1] Au moment où nous publions ce numéro (novembre 2013) nous ignorons encore les résultats du second  tour  de  l’élection  présidentielle  au  Chili  (15  décembre).  Mais,  selon  toutes  les  prévisions,   Michelle Bachelet, arrivée largement en tête au premier tour avec 46,7 % des voix, devrait remporter cette  élection.

[2] Benoît Hopquin,  » Brésil, le cocon de la contestation », Le  Monde, 9 juillet 2013.

[3] Marcelo Ridenti : “Ce sont les jeunes Brésiliens éduqués qui sont dans la rue », Le  Monde,  Culture  et idées, 4 juillet 2013, propos recueillis par Benoit Hopquin

[4] Angélica Müller,  » Le mouvement étudiant au Brésil : résonances françaises et spécificités », Matériaux pour l’histoire de notre temps, 2009/2 (No. 94), p. 78-84.

[5] Angélica  Müller,  «  La  résistance  du  mouvement  étudiant  brésilien  au  régime  dictatorial  et  le  retour  de  l’UNE à la scène politique (1969-1979) « , thèse de doctorat en histoire, sous la direction de Michel Pigenet et de Maria Helena Capelato, 2010 (université Paris 1).

[6] http://www.asse-solidarite.qc.ca/actualite/lettre-de-solidarite-avec-le-mouvement-etudiant-du-bresil/

[7] François Delapierre, La  Bombe  de  la  dette  étudiante.  Le  capitalisme  contre  l’université,  Paris,  Bruno  Leprince,  2013.

[8] En France, le coût de la rentrée universitaire a augmenté de 50 % en dix ans (cf. Isabelle Bruno,«  Pourquoi  les  droits  d’inscription  universitaires  s’envolent  partout  »,  Le  Monde  diplomatique,  septembre  2012).

[9] Christian Laval, Francis Vergne, Pierre Clément, Guy Dreux, La  nouvelle  école  capitaliste,  Paris,  La  Découverte,  2011.