Chili : le nouveau visage de la résistance

NOAM TITELMAN, Nueva sociedad, 8 JUILLET

En octobre 2019, le Chili a connu une épidémie sociale sans précédent qui a fait descendre des millions de personnes dans la rue. Le mouvement social né de ces manifestations n’avait pas un seul programme, porte-parole ou organisation nationale. Cependant, dans tout le pays, certaines choses se sont répétées. Premièrement, il n’y avait pas de drapeaux de parti. Il ne pouvait en être autrement, puisque le mouvement reflétait un fort rejet de l’institutionnalité politique des trente dernières années, qui s’exprimait avant tout dans un sentiment anti-parti. Deuxièmement, les icônes qui faisaient référence aux courants féministes abondaient, dont le foulard vert, symbole de la lutte pour la dépénalisation de l’avortement.

Enfin, deux drapeaux ont joué un rôle de premier plan dans les manifestations : le drapeau chilien en noir et blanc et le drapeau mapuche. Sans surprise, plusieurs ont déclaré que l’explosion sociale avait combiné les exigences historiques du peuple mapuche avec la diversité des maux qui affligeaient la société chilienne dans son ensemble. Les revendications liées à l’amélioration du système des retraites, de l’éducation et de la santé, ou des luttes féministes ou régionales trouvaient dans le drapeau mapuche un puissant symbole de l’incapacité de la politique à répondre au nouveau Chili qui se dessinait.

En novembre 2019, dans une tentative de canaliser institutionnellement le mécontentement, un accord transversal dans la politique chilienne a convenu d’initier un processus constituant. Il fut également décidé que celui-ci était chargé d’une convention constitutionnelle. Un organe qui, contrairement au Congrès, avait des règles sur la parité hommes-femmes, facilitait l’incorporation de candidats indépendants et, soit dit en passant, avait des quotas réservés aux peuples autochtones. Dimanche dernier, 4 juillet, marqué par la pandémie qui a rendu nécessaire le maintien des protocoles de distanciation sociale et d’usage du masque, la Convention s’est constituée. Dans son premier acte officiel, le conclave a élu sa présidence. La personne élue à ce poste était l’universitaire mapuche Elisa Loncon, qui avait obtenu un grand nombre de voix de différentes forces politiques. Justement,

Comme l’ explique l’historien Fernando Pairrican, le drapeau de Wenüfoye est né d’un effort collectif, en octobre 1992, et depuis son apparition il a été réprimé. Le mouvement mapuche a généré cet emblème comme symbole de ses revendications pour les droits fondamentaux et l’autodétermination. Les gouvernements de la Concertation de l’époque ont affronté les tentatives de récupération des terres, les marches civiles et le Wenüfoye comme une menace terroriste, en appliquant des lois d’exception telles que la loi sur la sécurité intérieure de l’État. Comme l’explique Pairrican : « Les Wenüfoye représentaient une étape dans le processus de décolonisation idéologique. Accompagné d’eux viendra la reconstruction politique de la nation mapuche, qui positionnera ses autorités traditionnelles comme les chefs d’orchestre du processus de libération nationale.

Selon le recensement de 2017, les peuples autochtones représentent un segment important de la population chilienne, avec 12,8 % d’auto-identification dans ce groupe (environ 2 185 792 personnes). Ce qui rend la relation de l’État chilien avec le peuple mapuche, qui compte plus de 1 700 000 personnes, particulièrement complexe, c’est que, contrairement à ce qui s’est passé avec d’autres peuples, leur domination n’était pas à l’époque coloniale mais plutôt leur conquête était l’œuvre du Chilien indépendant. État. Cela a annexé ses territoires dans le Wallmapu au milieu du XIXe siècle. De même, tout au long de l’histoire du Chili, l’appartenance à un peuple d’origine et, en particulier, les Mapuche, a été associée à une série de marginalisations et d’exclusions.

Ainsi, alors que dans la population non autochtone la pauvreté multidimensionnelle atteint 20,9%, dans la population autochtone elle atteint 30,8%, selon les  données de la Banque interaméricaine de développement. En outre, les classes supérieures chiliennes ont été marquées par leur ascendance à prédominance blanche, tandis que les individus d’origine indigène se sont retrouvés systématiquement marginalisés des professions les plus prestigieuses et les mieux rémunérées. Cela se reflète dans le fait que les noms de famille les plus fréquents parmi les médecins, les avocats et les ingénieurs sont d’origine castillane, basque, anglaise, française, italienne et allemande, et les indigènes sont rares ou marginaux.

L’histoire de ce phénomène d’exclusion est longue et complexe. Comme l’explique Pablo Marimán dans son article « Les Mapuche avant la conquête militaire chilienne-argentine » (2019), au moins une partie de cette différence socio-économique s’explique par une politique délibérée d’usurpation du territoire mapuche qui a ses origines dans le soi-disant  » Commission d’établissement indigène « de 1883. Grâce à cela, les 10 millions d’hectares de territoire mapuche reconnus par l’Espagne ont été réduits à seulement 536 000 hectares pour 150 000 personnes, ce qui a laissé la grande majorité sans terre.

Les terres mapuches sont d’une importance fondamentale pour la subsistance économique de ce peuple, puisque l’agriculture avait traditionnellement été l’axe central de leur activité productive. A cette histoire s’est ajoutée l’usurpation du développement, au cours des 30 dernières années, d’une industrie extractive qui a encore appauvri la vie des communautés. Cela a été le cas des entreprises forestières et salmonicoles qui ont occupé leurs territoires et leurs ressources maritimes. Deux étapes importantes dans ce processus ont été l’installation du barrage de Ralco en 1993, qui a inondé les terres ancestrales mapuches, et l’incendie de trois camions forestiers Arauco en 1997. L’histoire des abus de l’État et des entreprises depuis lors est marquée par des événements similaires. . La réclamation contre les politiques des 30 dernières années, caractéristique de l’épidémie de 2019,

Ces  marginalisations économiques et culturelles des peuples autochtones sont reproduites avec une profondeur notoire dans la sphère politique. Avec la fin de la dictature d’Augusto Pinochet en 1990, la démocratie chilienne n’a pas sensiblement inversé les inégalités politiques. La présence indigène au Congrès a été minime et pratiquement inexistante dans la première ligne du pouvoir exécutif.

En ce sens, l’arrivée de Londres à la présidence de la Convention constitutionnelle est un événement sans précédent dans l’histoire nationale. Avec elle s’élève une voix qui n’avait jamais pu avoir le podium pour elle-même. Mais, plus encore, une voix arrive qui peut refléter des millions de personnes dans le pays, même au-delà des demandes mapuches. L’appui transversal qu’il a suscité est notoire. Au-delà de ce que vous avez dit, votre présence incarne l’exigence de présence de cette voix. Alors, qu’est  ce que  les sondages montrer que Loncon correspond au profil recherché par les citoyens. 91% affirment qu’ils briguaient une présidence sans militantisme politique, 67% pas de Santiago, 56% expert/universitaire (Lonçon a deux doctorats) et 47% qu’elle est une femme. En ce sens, le référent mapuche est déjà devenu une figure politique qui peut s’exprimer avec une légitimité qui fait défaut à une grande partie de la direction chilienne.

D’un autre côté, le grand soutien qu’il a généré s’accompagne d’attentes élevées et il ne sera pas moins difficile d’être à la hauteur. Un élément qui permet un certain optimisme quant à la tâche ardue qu’il aura dans sa tâche de diriger une Convention constitutionnelle extrêmement plurielle est qu’il a fait preuve d’une conscience notoire du rôle qu’il a eu à jouer. C’est ainsi qu’elle l’a montré dans son discours d’investiture, au moment de son élection : « Aujourd’hui se fonde un nouveau Chili pluriel et multilingue, avec toutes les cultures, avec tous les peuples, avec les femmes et avec les territoires, c’est notre rêve d’écrire un Nouvelle Constitution ». De plus, dans un geste qui rappelle sans aucun doute le déclenchement de 2019, il a dédié son triomphe à tout le peuple chilien, à tous les secteurs, régions, peuples et nations d’origine, à la diversité sexuelle et aux femmes qui ont marché contre tout système de domination. Quelle que soit l’issue de la convention, le nouveau Chili a enfin un visage. Et c’est une femme. Et il est aussi mapuche.

 

https://nuso.org/articulo/mujer-y-mapuche-el-nuevo-rostro-de-chile/?utm_source=email&utm_medium=email&utm_campaign=email