Chili : la nouvelle gauche en construction

En 2017, le Frente Amplio (FA) a causé toute une surprise en obtenant 20 % des votes pour sa candidate Beatriz Sánchez aux élections présidentielles au Chili, pas très loin de ce qu’a obtenu  la « Concertacion », regroupant les principaux partis de la gauche traditionnelle. Le FA est une coalition dont la principale composante est la Révolution démocratique (RD), en grande partie issue du mouvement qui mène depuis les années 2011 de grandes mobilisations. Il propose une refonte en profondeur de la gauche qui résulte d’une critique des grands partis traditionnels dont le Parti socialiste et le Parti communiste. Récemment, le FA a participé activement dans le référendum visant à mettre en place une constituante qui s’est révélé un grand succès pour la démocratie.
Le texte qui suit vient de divers groupes au sein de RD, d’inspiration féministe et écosocialiste, et qui proposent une réalignement de RD vers les mouvements sociaux et vers ce qu’ils appellent un « socialisme en vert et violet »
Le texte nous est parvenu par Sebastián Vielmas, un militant de la diaspora chilienne à Québec.
Construire un socialisme démocratique vert et violet
La révolution démocratique est confrontée à un moment difficile, qui nécessite une réflexion approfondie. Les récents coups que nous avons reçus, sous forme de défaites électorales et de démissions de dizaines de militants, dont certains occupaient des postes de représentation populaire, sont le signe de problèmes structurels dans notre organisation. Nous pensons que le parti n’a pas été en mesure de s’adapter au nouveau contexte historique après le 18 octobre. Dans le scénario du nouveau cycle politique qui a commencé par le plébiscite constitutif, nous voulons proposer un chemin différent, un chemin qui recueille le sentiment et le sens des temps que nous vivons dans notre pays et dans le monde. Nous voulons transformer le Chili de notre identité révolutionnaire et démocratique, qui exige aujourd’hui une option décidée pour le socialisme démocratique féministe et environnemental.
Nous reconnaissons plusieurs tâches pour cette fois. D’une part, soulever la nécessité de renforcer notre proposition idéologique et programmatique, promouvant une définition claire et ferme dans l’espace vide du socialisme démocratique écoféministe. Nous voulons nous imposer comme la première tendance idéologique et programmatique du parti. Bien que nous valorisions les conductions que le parti a eues dans sa brève existence, nous considérons que les clivages qui ont dominé le conflit pour le pouvoir interne répondaient principalement à des discussions tactiques contingentes et non à un projet clair de société, ni à une stratégie différenciante de la forme. pour se diriger vers lui. En ce sens, nous visons à teindre le modèle et l’expérience du militantisme en vert et violet, ainsi que les principes et critères pour naviguer dans ces temps turbulents. Comme l’a dit Jose Carlos Mariátegui, nous ne cherchons pas seulement à identifier un itinéraire, mais une boussole de voyage.
Tout ce qui précède peut sembler intéressant, mais que voulons-nous vraiment offrir à RD? En premier lieu, nous visons à construire un plus grand pouvoir avec des racines territoriales , l’un des défis éternellement en suspens du parti. Ici, nous serons directs et clairs: il n’y aura pas de réelle décentralisation du parti si nous n’avançons pas pour construire le pouvoir à partir du cadre institutionnel. Pour cette raison, nous parierons pour toucher les collectivités locales et donner la priorité aux travaux des conseils, qui agissent comme de véritables laboratoires de politiques publiques issues de l’écoféminisme. Nous nous battrons pour mettre en place un focus sur la transition sociale et écologique, sur l’économie des soins et la défaite du patriarcat. Nous viserons à aller plus loin que les déclarations sur l’urgence de ces principes. Nous construirons des politiques publiques qui améliorent les conditions de vie des populations par des investissements dans les transports publics, la souveraineté alimentaire et la lutte contre la précarité énergétique, et l’administration des biens communs naturels avec des critères publics, en même temps que nous créons des systèmes de soins publics, en prenant sphère strictement féminine les tâches de reproduction sociale. Nous veillerons à ce que tout cela soit conçu, planifié et exécuté de manière démocratique, avec une participation contraignante de la part du peuple et dans une perspective à long terme.
Deuxièmement, nous pensons que l’expérience quotidienne du militantisme s’est détériorée ces derniers temps. C’est une période complexe pour être un militant et à cela s’ajoute un problème constant dans notre histoire, les demandes personnelles de participer activement à la fête nous fatiguent, nous fatiguent et nous obligent souvent à choisir notre vie privée, nos familles ou continuer avec nos rêves révolutionnaires. Inspirés par le féminisme, nous espérons pouvoir observer notre culture militante , en favorisant des espaces d’accompagnement affectif et politique, avec la fraternité et la fraternité et une formation idéologique et politique constante.
En tant que troisième axe, nous nous engageons à faire face à ces défis locaux, ainsi qu’au changement climatique, à la financiarisation de la nature, aux oppressions systémiques du capitalisme, du colonialisme et du patriarcat, et à la montée de l’extrême droite à travers la coopération internationale et l’intégration latino-américaine. . Dans une perspective altermondialiste, nous proposons, d’une part, de promouvoir les contacts, les alliances et les mobilisations avec les mouvements et partis politiques du monde entier, et particulièrement d’Amérique latine, qui partagent nos principes socialistes démocratiques, écologistes et féministes et, d’autre part, pour établir des réseaux de soutien et d’apprentissage grâce à des expériences de gouvernement local transformatrices d’autres latitudes.
Ces lignes ne seraient pas complètes sans une mention de la situation actuelle vécue par le parti et le pays. Le mandat aujourd’hui est clair, participez aux campagnes électorales avec toutes nos énergies. Des centaines de collègues vivent déjà l’expérience réconfortante de sortir pour convaincre, pour raconter nos rêves d’un pays plus juste et plus équitable. Nous devons persister dans cet effort, nous sommes convaincus que le résultat sera positif. Une fois ce processus terminé, des élections internes auront lieu, pour lesquelles nous invitons tous les membres du militantisme qui se sentent appelés à élaborer une proposition conforme à ce que nous présentons dans ce bref discours. Nous sommes convaincus qu’un mandat clair émergera des votes pour mettre ces principes et propositions dans la gestion locale et le débat constitutif. De même, nous déclarons explicitement notre intention d’œuvrer pour que le parti participe, d’une certaine manière, à la construction d’une proposition progressiste pour un gouvernement de transition qui marque le nouveau cycle politique. Une stratégie commune pour vaincre la droite, un pacte gouvernemental d’engagements clairs, où nous accepterons d’avancer dans la conquête des droits sociaux et d’initier une véritable transition vers une société au-delà du capitalisme, du colonialisme et du patriarcat. Nous ne connaissons pas la forme que prendra cet accord, mais nous sommes convaincus que c’est ce qu’exige le moment historique.
Le peuple chilien exige une réponse qui avance dans la justice sociale et dans la promesse d’un avenir possible pour nos descendants, ce doit être une révolution démocratique socialiste, verte et violette.

 

Le texte original en espagnol : https://bit.ly/hortensiasRD

Le site de RD : https://revoluciondemocratica.cl/