Thème

Cahiers du socialisme

 
La bataille des sables bitumineux
Comment vaincre
vendredi 20 octobre 2017
No. 18 - Hiver 2017

En 2006, je suis arrivé à Fort McMurray, en plein cœur du pays des sables bitu­mi­neux. Dans cette ville faite pour 35 000 per­sonnes vivaient déjà 75 000 habi­tants, prin­ci­pa­le­ment des hommes âgés de 18 à 60 ans, tra­vaillant presque tous dans l’industrie pétro­lière. Le long de l’autoroute 63, nous avons longé les immenses étangs pleins de déchets pétro­liers. Recevant des rési­dus toxiques 24 heures par jour, ils sont tel­le­ment vastes qu’on pour­rait les aper­ce­voir de l’espace. Nous avons plus tard sur­volé cet incroyable pay­sage de terres dévas­tées, de puits de pétrole et de machi­ne­rie indus­trielle qui détruisent les ter­ri­toires cris et dénés. Partout, l’odeur âcre du bitume nous enva­his­sait, rap­pe­lant aux popu­la­tions locales dans quel enfer elles vivaient.

Lire la suite...
Les minières canadiennes contre les peuples autochtones au Mexique
mardi 10 octobre 2017
No. 18 - Hiver 2017

Pierre Beaucage[1]

Depuis plu­sieurs années, les res­sources minières que recèlent les ter­ri­toires autoch­tones de plu­sieurs pays d’Amérique latine sus­citent la convoi­tise de puis­sants inté­rêts. Les peuples amé­rin­diens ont dû adap­ter leurs stra­té­gies de défense à ce nou­veau contexte. Au Mexique, la Sierra Nororiental de Puebla, une zone mon­ta­gneuse située à envi­ron trois cents kilo­mètres au nord-est de la capi­tale, ne fait pas excep­tion. Cette région est habi­tée par envi­ron 600 000 Autochtones, majo­ri­tai­re­ment des Nahuas et des Totonaques. En 1992, pour plaire à ses par­te­naires de l’ALÉNA, le gou­ver­ne­ment mexi­cain a adopté une nou­velle légis­la­tion minière.

Lire la suite...
La souveraineté du Québec et les peuples autochtones
mardi 3 octobre 2017
No. 18 - Hiver 2017

Pierre Trudel[1]

Premier ministre d’un gou­ver­ne­ment qui allait mettre tenir un réfé­ren­dum sur l’indépendance du Québec, René Lévesque orga­nisa en 1978 une ren­contre de plus de 100 chefs des Premières Nations avec des membres impor­tants de son conseil des ministres[2]. Ce texte vise à pré­sen­ter l’évolution de la poli­tique du Parti qué­bé­cois (PQ) sur la ques­tion du droit des peuples autoch­tones depuis les dis­cus­sions tenues en 1978 jusqu’à la poli­tique du nou­veau chef, Jean-François Lisée. Celui-ci, dans un livre publié en 2015, explique ce que devrait être la poli­tique de son parti dans l’éventualité d’un pro­chain réfé­ren­dum[3].

Lire la suite...
Nouveaux Cahiers du socialisme - No. 8 - Automne 2012
Les menaces sur l’enseignement collégial
À l'occasion du 50e anniversaire des cégeps
jeudi 13 avril 2017
Numéros des NCS

À l’occasion du 50e anni­ver­saire des cégeps, bien que cet article soit paru à l’automne 2012 dans le numéro 8 de la revue des Nouveaux Cahiers du socia­lisme, il nous est apparu qu’il demeu­rait plus que jamais per­ti­nent. Une ver­sion PDF est éga­le­ment dis­po­nible au bas de la pré­sente page. [NCS]


Les col­lèges d’enseignement géné­ral et pro­fes­sion­nel ou cégeps ont 45 ans. C’est bien jeune pour une ins­ti­tu­tion d’enseignement, en par­ti­cu­lier si on les com­pare aux uni­ver­si­tés dont les ori­gines qué­bé­coises remontent à 1663, date de la fon­da­tion de l’ancêtre de l’Université Laval. Pourtant, si les cégeps existent encore aujourd’hui, c’est envers et contre toute une série d’attaques concer­nant leur per­ti­nence et leurs carac­té­ris­tiques, et ce, dès leur créa­tion jusqu’à nos jours.

Lire la suite...
Les femmes et la justice au Canada : quelle justice ?

Par Rachel Chagnon[1]

L’accès plein et entier à un sys­tème de jus­tice neutre et effi­cace est pré­senté comme l’un des grands acquis, si ce n’est le plus grand, de la démo­cra­tie libé­rale. Le droit à un juge­ment « juste et équi­table » est d’ailleurs garanti consti­tu­tion­nel­le­ment au Canada. Ce sont de très belles garan­ties sur papier ; tou­te­fois, qu’en est-il dans les faits ? Dans cet article, nous allons nous inter­ro­ger sur l’accès à la jus­tice, plus par­ti­cu­liè­re­ment pour les femmes[2].

Lire la suite...
Numéro 17, Hiver 2017
Démocratie : entre dérives et recomposition
Présentation du dossier thématique
mardi 7 février 2017
Cahiers du socialisme, Numéros des NCS

Démocratie : demos et kratos

La démo­cra­tie est une vieille idée qui s’est déve­lop­pée à tra­vers les luttes et les résis­tances des peuples. L’étymologie du mot (demos : peuple et kratos : pou­voir) réfère à la cité grecque, à l’agora des citoyens (sans les femmes et sans les esclaves, qui sont la majo­rité des habi­tants), où les déci­sions sont prises sur les prio­ri­tés et l’allocation des rôles et des res­pon­sa­bi­li­tés par tout un chacun. Mais l’expérience démo­cra­tique dépasse de loin le péri­mètre athé­nien. Elle découle éga­le­ment de peuples et de com­mu­nau­tés qui s’inventent des pro­ces­sus et des struc­tures par­ti­ci­pa­tives, par­fois même sans État ni struc­ture impo­sée sur et au-dessus de la société[1].

Par
Lire la suite...
Les nouvelles des NCS
vendredi 3 juin 2016
Infolettre des NCS

Le 9 août vers 17 h, le Forum social mon­dial se met en branle avec une grande marche popu­laire, suivie d’un évè­ne­ment festif à l’esplanade des spec­tacles devant la Place des arts. Par la suite, ce sont trois jours rem­plis (10, 11 et 12 août) d’ateliers, de ren­contres de conver­gence, d’échanges à tous les niveaux. Au sein de l’espace « éman­ci­pa­tion » coor­donné par les NCS, nous aurons 23 rai­sons de dis­cu­ter avec plus de 80 per­sonnes res­sources du monde entier. L’espace « éman­ci­pa­tion » inclut 27 orga­ni­sa­tions popu­laires, publi­ca­tions et think tanks de gauche des Amériques, d’Europe, du Moyen-Orient, d’Afrique et d’Asie.

Par
Lire la suite...
no 24
Les nouvelles des NCS
Avril 2016
mercredi 6 avril 2016
Infolettre des NCS

Le Forum social mondial en marche et l’université populaire des NCS

FSM 2016 sigleDu 9 au 14 août pro­chain, vous le savez, Montréal accueille le monde des mou­ve­ments et des résis­tances de toute la pla­nète. Les NCS vont d’ailleurs orga­ni­ser leur uni­ver­sité popu­laire à l’intérieur du FSM. Pour le moment, les ins­crip­tions dépassent 5000 per­sonnes et 400 orga­ni­sa­tions. Elles viennent de chez nous, mais aussi des États-Unis, de la France, du Brésil, du Japon, de la Chine, du Mali, de la Palestine et d’ailleurs. Cette année, plu­sieurs groupes se sont mis ensemble pour créer des « espaces » thé­ma­tiques dans les­quels seront abor­dés les plis et les replis de l’éducation, de la santé, de l’environnement, du tra­vail, des jeunes et de la soli­da­rité inter­na­tio­nale. Tout cela sera mis pro­chai­ne­ment en ligne.

Par
Lire la suite...
NUMÉRO 15, HIVER 2016
Les territoires de l’art – Art et politique
LANCEMENT : Jeudi 25 février 2016 à 18 h
jeudi 4 février 2016
Numéros des NCS
NCS-15-couverture

Feuilletez un aperçu…

Introduction au dossier

« Nous ne vivons plus dans le beau » dira le socio­logue Guy Rocher [1] en par­lant de ce Québec aux formes aus­té­ri­taires. Notre rap­port à l’esthétique, au poli­tique, au commun, à la diver­sité des formes d’expression artis­ti­co­po­li­tique n’a cessé de nous ques­tion­ner tout au long de la pré­pa­ra­tion de ce dos­sier. Si notre géné­ra­tion porte en elle la mémoire du Refus global, c’est-à-dire de l’apport cen­tral des arts accom­pa­gnant nos déci­sions col­lec­tives, le prin­temps rouge des étu­diantes et des étu­diants est venu ravi­ver ce souffle contes­ta­taire, nous invi­tant de nou­veau dans « la beauté de la colère », le refus du pater­na­lisme éta­tique, l’effervescence de la créa­tion dans la recon­quête des espaces publics, la beauté d’exister en ces temps post­ré­fé­ren­daires. De Speak white à Speak red, l’histoire d’une révolte créa­tive se dresse encore, recon­fi­gu­rant irré­mé­dia­ble­ment les pour­tours d’un monde à construire, à par­faire. Si la révolte contre l’autorité jugée illé­gi­time amal­game le juste et le beau, en des temps plus pai­sibles, la conju­gai­son entre les arts et le poli­tique demeure sujette à inter­pré­ta­tion y fou­lant d’innombrables ter­ri­toires et axes d’analyse.

Par
Lire la suite...
NUMÉRO 14, AUTOMNE 2016
La décroissance, pour la suite du monde
mardi 20 octobre 2015
Cahiers du socialisme, Numéros des NCS
NCS14_couverture

Visualiser un aperçu…

INTRODUCTION AU DOSSIER

Comment faire croître la décroissance ?

Yves-Marie Abraham, Andrea Levy et Louis Marion

L’appel expli­cite à une « décrois­sance sou­te­nable » a été lancé au début des années 2000, en Europe latine d’abord, contre l’idéologie du « déve­lop­pe­ment durable » sur­tout, mais contre aussi le déve­lop­pe­ment tout court. Le petit livre publié par Serge Latouche en 2004 sous le titre Survivre au déve­lop­pe­ment. De la déco­lo­ni­sa­tion de l’imaginaire éco­no­mique à la construc­tion d’une société alter­na­tive[1] a pra­ti­que­ment fait office de manifeste.

Pour les « objec­teurs et de crois­sance », le « déve­lop­pe­ment durable » ou aujourd’hui la « crois­sance verte » ne per­met­tront, dans le meilleur des cas, que de « pol­luer moins pour pol­luer plus long­temps ». Rappelant qu’une crois­sance éco­no­mique infi­nie dans un monde fini n’est pas pos­sible, ils ajoutent qu’elle n’est pas sou­hai­table. Cette crois­sance est pour eux en effet syno­nyme d’injustices entre humains et de sou­mis­sion à une méga­ma­chine tech­no­ca­pi­ta­liste de plus en plus alié­nante. Pour la plu­part d’entre eux cepen­dant, la décrois­sance n’est plus une option. Elle est leur (notre) hori­zon. La ques­tion est de savoir si cette décrois­sance sera subie, consé­quence bru­tale et incon­trô­lable du dépas­se­ment des limites bio­phy­siques de la pla­nète, ou si elle sera choi­sie et assu­mée col­lec­ti­ve­ment, dans le but d’éviter aux humains, en par­ti­cu­lier aux plus dému­niEs d’entre eux, les effets désas­treux d’un tel dépas­se­ment. Militer en faveur de la « décrois­sance sou­te­nable », c’est croire qu’il est encore pos­sible de mettre en œuvre cette décrois­sance choisie.

Par
Lire la suite...